Tous les articles par

Urban Thinkers Campus – BEIRUT POST-BLAST RECONSTRUCTION : Climate-Heritage Planning to Build back better

17th March, 2:00-5:00 pm, Beirut local time (CET +1)

Please register on : https://zoom.us/meeting/register/tJEkdOuvqzwtH9APcmXNWP3O4CFNwbFJQiek

 

Marwan Abboud, Mohafez of Beirut
Elias Tawil, Director of Urban planning / Lebanon
Sarkis Khoury, Director of Antiquities / Lebanon
Jad Tabet, President Order of Engineers & Architects
Mr Vahakn Kabakian, UNDP
Mr Karim Hendili, UNESCO / Beirut Task force
Georges Abi Sleiman, UN-Habitat
Raja Rehan Arshad, World Bank
Fouad Awada, General Director, Institut Paris Region
Yasmine Makaron, ICOMOS-Lebanon, UL

Eric Huybrechts, ICOMOS (CIVVIH), IPR, FNAU-MTPA
Andrew Potts, Climate Heritage Network
Kamel Dorai, Institut Français du Proche-Orient
Mona Fawaz, Beirut Urban Lab / AUB
Howayda Al-Harithy, Beirut Urban Lab / AUB
Serge Yazigi, Beirut Urban Lab / AUB
Habib Debs, architect and urban planner
Edgard Mourad, Khatib & Alami
George Zouein, Gaia Heritage

BEIRUT POST BLAST RECONSTRUCTION: CLIMATE HERITAGE PLANNING TO BUILD BACK BETTER

The Beirut blast on 4th August 2020 killed more than 200 people, and affects more than 8.000 buildings, mainly the historical part of the City. The political, economic, financial and sanitary situation before the blast was critical. The reconstruction is particularly difficult to implement without national government (dismissed after the blast), weak institutions, social contest and slow process to deliver funds.

More than 500 NGOs support the reconstruction with the help of the population and subsidies from donors, under the coordination of the Army and the Governor of Beirut. But the reconstruction cannot be implemented only with NGOs. Among the main challenges for reconstruction is to strengthen the institutions, and build back better.

The Order of Engineers and Architects adopt a Declaration to fix the principles for the reconstruction of Beirut. The Beirut Urban Lab at the American university of Beirut with the support of the Institut Français du Proche-Orient and the Columbia World Projects, and the Post Conflict Cities Lab at  Columbia University, organized several debates on heritage preservation, model of development and engine of growth, housing and land policy, environment and quality of life, connectivity and urban synergies, port and large  infrastructure recovery, governance and funding modalities to define a strategy to mobilize actors for the implementation of the reconstruction. These debates aim at identifying an Integrated Vision for Beirut’s reconstruction.

The European Union, World Bank and UNDP have presented a Framework for Reform, Recovery and Reconstruction to define the condition for international loans and grants for 2.5 billion USD. The Integrated Vision for Beirut reconstruction is premised on the assumption that it is desirable to create an inclusive urban context in which the development model is redistributive and socially just, protective of heritage, and ecologically sound. As such, we begin by questioning the rentier development model that has guided the growth of the city over the past three decades. The historic neighborhoods that were damaged by the blast used to precisely challenge this rentier model, making an adaptive economic re-use of its cultural heritage, attracting successfully creative industries, cultural and tourism activities and relatively keeping the variety of its population. In addition, given that the post-blast recovery is occurring in the shadow of the breakdown of public institutions and a major financial meltdown, it is unlikely that any large-scale traditional master-planning will be possible or useful. Instead, we seek to articulate a vision that can guide and integrate the piecemeal interventions that are likely to produce the reconstruction projects. This vision should also act as a platform that can assemble actors engaged in the current recovery process around shared ideas, aspirations, and principles.

In its aims, the vision adopts the following priorities:

  1. People-centered
  2. Interconnected: reconnect the port to the city, reconnect the city to the sea, and ensure connectivity between neighborhoods and districts spatially, socially and economically.
  3. Respectful of the past, open to the future
  4. Decentralized
  5. Environmentally sound
  6. Rethinking the institutional mechanisms and adequate planning tools that can:
  • Adapt to a decentralized project financing structure that will be carried out on an ad hoc basis by multiple independent actors
  • Coordinate sustainable reconstruction of the stricken neighborhoods and the port that aims to return the population, economic fabric, and urban identity
  • Strengthen, as much as possible, the role local and central public agencies and institutions

More dialogue is necessary between institutions, funders, professionals and academicians to coordinate actions, following the principles adopted by the professionals to build back better. The key objectives of the urban Thinkers campus are the following:

  • To stress the reconstruction of Beirut on Climate Heritage Planning
  • To offer an opportunity to dialogue between institutions, funders, professionals and academicians
  • To give perspective for implementation the Declaration of Beirut provided by the Order of Engineers and Architects of Beirut
  • To summarize the initiatives done during last months for Building back better after the blast
  • To share best practices for innovation in climate resilient urban planning
  • To give hope for the reconstruction of Beirut

The Urban Thinkers Campus is hosted by the graduate programs in Urban Planning, Policy and Design (MUPP/MUD) in the Department of Architecture and Design, Maroun Semaan Faculty of Engineering and Architecture (MSFEA) at the American University of Beirut.

Speakers :

Eric Huybrechts, ICOMOS: Presentation of the UTC

Marwan Abboud, Mohafez (Governor) of Beirut: Introduction

Panel A – Climate resilient planning

Dr Kamel Dorai: Introduction

Dr Fouad Awada, Directorate general of the Institut Paris Region: Keynote speaker

Speakers:

Mr Elias Tawil, Director of Urban planning of Lebanon

Mr Jad Tabet President of the Order of Engineers and Architects of Beirut

Mr Georges Abi Sleiman, UN-Habitat

Mr Raja Rehan Arshad, World Bank (tbc)

Pr Mona Fawaz, MUPP-MUD and Beirut Urban Lab /AUB

Mr Edgard Mourad, Khatib et Alami

Questions/answers

Panel B – Culture and Heritage

Dr Serge Yazigi, AUB: Introduction

Pr Yasmine Makaron, ICOMOS-Lebanon: Keynote speaker

Speakers :

Mr Sarkis Khoury, Director of Antiquities of Lebanon

Mr Vahakn Kabakian, UNDP

Mr Karim Hendili, UNESCO Task force for the Reconstruction of Beirut

Mr Andrew Potts, Climate Heritage Network

Pr Howayda Al-Harithy, MUPP-MUD and Beirut Urban Lab/ AUB

Mr Habib Debs, architect and urban planner

Mr George Zouein, Gaia Heritage

Questions/answers

Conlusion

Revue de presse Ville, mobilités, environnement | février 2021

Les villes égyptiennes et la COVID-19

Le Premier ministre a expliqué devant le Parlement que le pays n’avait pas les moyens de supporter un confinement qui générerait une grande précarité sociale.

Par ailleurs, les prières collectives de nuit du Ramadan (Taraweeh), qui débute à la mi-avril, ont été autorisées dans certaines mosquées qui devront appliquer des mesures de distanciation.

Renouvellement urbain

Renouvellement et embellissement urbain au Caire

Alors que de nouveaux projets sont prévus, le gouverneur du Caire a assuré qu’aucun bâtiment, quel qu’il soit, ne serait détruit dans les quartiers du Darb el-Ahmar et de la Gamaliyya. L’UNESCO apporte un soutien technique au gouvernement égyptien pour les projets de développement du Caire historique. Le Premier ministre a annoncé une stratégie de préservation du bâti urbain dans ces quartiers. Plusieurs projets de restauration de bâtiments historiques sont en cours, notamment sur le Sabil Ruqayya Dudu.

Suite à certaines rumeurs, le gouvernement a démenti avoir pour projet de déplacer les marchés d’Ataba et du Muski pour vendre des terrains à des investisseurs étrangers. Plusieurs espaces verts et de loisirs sont en cours de réalisation ou de rénovation. À Zamalek, le parc Andalous fait l’objet de travaux, notamment pour l’installation d’un nouveau réseau d’irrigation. Par ailleurs, le projet d’Ain El-Sira serait terminé à 95 % d’après le ministère du Logement. Le projet comprend entre autres une cafétéria et des restaurants situés en face du Musée des Civilisations, mais aussi un parc de loisirs pour enfants, une marina, l’aménagement du lac et d’une île.

 

Protestation contre les projets d’infrastructures

Des voix s’élèvent contre les projets de construction d’infrastructures à Héliopolis alors qu’un nouveau pont autoroutier est en projet. D’une longueur de 2 kilomètres, il devrait longer la place Ismaïlia, passer par Salah el-Din, puis juste devant la basilique de la Vierge Marie qui est pourtant classée. La loi interdit tout aménagement qui nuirait à la vue sur le bâtiment. Il devrait se terminer au niveau du Club sportif d’Héliopolis. L’initiative Heliopolis Heritage a rédigé une pétition contre le projet. 7 000 personnes l’ont signée avec leur numéro national et plusieurs dizaines de milliers d’autres sans. Après avoir annoncé son soutien aux opposants au projet Cairo Eye à Zamalek, Amr Moussa, ancien ministre sous Moubarak et ancien secrétaire général de la Ligue Arabe, s’est aussi prononcé contre la construction de l’autopont. L’association des architectes égyptiens a publié une déclaration dans laquelle elle qualifie le projet de « désastre ». Des habitants envisagent également une action en justice. Alors que les travaux d’excavation avaient commencé, ils ont été suspendus le temps d’étudier des alternatives. À la suite de ces débats et de publications sur les réseaux sociaux, le gouvernement s’est défendu d’envisager la destruction de palais du quartier pour construire d’autres infrastructures routières.

Selon un entretien publié dans Daaarb, ces projets questionnent le maintien de l’intégrité patrimoniale du centre historique de la capitale. Ils ne sont pas les seuls à émouvoir l’opinion publique égyptienne. L’annonce de l’installation d’une grande roue à Zamalek le mois dernier (voir Revue de presse de janvier 2021) a suscité de nombreux débats qui se sont invités jusqu’au Parlement. Face à ces critiques, le ministre du Tourisme et des Antiquités lui-même a pris ses distances vis-à-vis du projet.

 

Réduire l’habitat non-réglementaire et reloger

Un incendie dans un immeuble de 13 étages, comportant 108 appartements dans le quartier de Faysal (Giza) a mis une fois de plus sur le devant de la scène médiatique la question des constructions non-réglementaires. L’incendie a duré plus de 5 jours et a en partie coupé la circulation sur le périphérique en bordure duquel l’immeuble était situé. Il n’a fait aucune victime, mais a suscité de nombreuses réactions politiques et médiatiques.

Plusieurs projets de destruction de quartier d’habitat spontané et de relogement ont été menés durant le mois de février. Dans le Vieux Caire, 40 % des habitations du quartier informel de Bani Hilal situé entre l’axe de Magra el-Uyun et la rue Salah Salem ont été démolis. La plupart des familles vont être transférées dans des logements meublés du quartier d’Asmarat. Le gouvernorat du Caire a payé pour leur transport. Un article de Youm7 montre quelques images de l’opération. Un autre projet concerne le quartier d’Izbet el-Hagana à l’Est de la capitale. Des familles ont été transférées dans le quartier d’Al-Mahrousa à proximité d’Al-Obour. Le gouvernement et le gouvernorat du Caire ont démenti avoir procédé à leur évacuation dans l’objectif de développer des projets d’investissement sur la zone. Ce quartier d’Izbet el-Hagana va être renommé « Ville de l’Espoir ».

En outre, et sans être exhaustif, 1 380 familles ont été déplacées et 390 habitations détruites pour permettre l’élargissement du périphérique à Al-Basateen. En compensation, l’Autorité des Routes a versé 1,5 milliards de livres aux famille touchées par le projet qui s’étend sur 106 kilomètres. Des prix ont été fixés en fonction du type d’utilisation des terres (agriculture ou logement).

Les opérations de relogements par la construction de nouveaux quartiers à l’extérieur des villes-centres participent d’un objectif de limitation de la croissance dite informelle des grandes villes du pays. En ce sens, le Premier ministre prévoit l’aménagement de 500 000 logements dans le cadre de l’initiative « Loger tous les Égyptiens ». Cette dernière a fait l’objet d’un accord avec la Banque centrale pour obtenir un financement de 60 milliards de livres. Le Fonds de développement des quartiers non-réglementaires a d’ailleurs annoncé que 42 projets similaires à Asmarat sont en cours dans 14 gouvernorats. Le président Abdel Fattah al-Sissi a précisé que régler définitivement la question de la construction spontanée en Égypte coûterait 3 à 4 milliards de livres égyptiennes. Le Fonds de développement des quartiers non-réglementaires a ajouté que la construction d’un million de logements, elle, coûterait 400 milliards de livres. Le Premier ministre a pour sa part rappelé que la création de villes nouvelles avait pour objectif d’offrir un logement décent à l’ensemble de la population.

 

Investissements dans les villes nouvelles

La compagnie immobilière Sky Abu Dhabi Real Estate Development Compagny a acquis 24 feddans dans la Nouvelle Capitale Administrative sur lesquels elle a décidé d’investir 4 milliards de livres égyptiennes pour construire des logements haut-de-gamme et de luxe. Ceux-ci ne dépasseront pas les 8 étages selon la réglementation en vigueur et seront destinés à des Égyptiens résidants, mais aussi aux Égyptiens à l’étranger et à des Émiratis. La société prévoit d’investir 15 milliards de livres dans le pays d’ici 2 ans. La société immobilière émiratie DAMAC cherche également à s’implanter sur le territoire égyptien par des investissements dans la Nouvelle Capitale. La Babylon Compagny for Urban Development prévoit elle aussi d’investir 1 milliard de livres dans des projets immobiliers.

Le Président Abdel Fattah al-Sissi a inspecté un certain nombre de projets, notamment celui du centre islamique Misr qui comprendra l’une des plus grandes mosquées du monde. Elle pourra accueillir 105 000 fidèles. Il a aussi visité la future Chambre des Représentants, trois fois plus grande que le Parlement actuel, qui pourra abriter 1 000 membres.

À New Alamein, des parcelles ont été ouvertes aux investissements fonciers. Ces derniers s’élèveront à 30 milliards de livres égyptiennes d’après le ministre du Logement. Il a précisé qu’ils seraient à l’origine de la création de 200 000 emplois directs et indirects. Le ministre du Logement a également signé un contrat avec la Chine pour la construction de 5 tours résidentielles, dont certaines dépassant les 55 étages, surplombant un lac artificiel dans la ville.

Tourisme

Faire face à la crise économique

Le Fonds Monétaire International a souligné que le secteur touristique était le grand perdant de la crise du coronavirus en Égypte. Les marchés touristiques subissent notamment de plein fouet la crise économique.

Assurer la sécurité

Des murs de béton et de barbelés sont en cours de construction autour des stations balnéaires de la Mer Rouge au Sud du Sinaï, à la frontière avec le désert. L’objectif est de protéger ces sites stratégiques pour l’économie du pays et de rassurer les voyageurs étrangers.

 

Environnement

Gestion des déchets

Le ministère de l’Environnement a annoncé le lancement au mois de mars d’une nouvelle campagne « Our Beautiful Country » (جميلة يابلدى) pour accompagner la mise en œuvre de la loi sur les déchets solides. Le nouveau système a été implanté à 80 % dans le gouvernorat du Caire. La ministre a également souligné la création de 9 stations de collecte des déchets dans 6 gouvernorats. Elle a précisé que l’obtention d’un permis serait nécessaire au ramassage des ordures. 2 200 personnes auraient déjà fait une demande au cours des deux derniers mois.

Le ministre du Développement Local a présenté devant la Chambre des Représentants les efforts du gouvernement concernant ce nouveau système dont le coût s’élève à 12 milliards de livres sur 4 ans. Cette somme est répartie entre différents programmes : fermeture des décharges informelles, mise en place de stations intermédiaires fixes et mobiles de traitement des déchets, construction et développement d’usines de recyclage et de traitement, mise en œuvre de décharges sanitaires sûres. Un article d’Al-Masri al-Youm détaille ces différentes réalisations. La première phase du projet a déjà coûté 3 milliards de livres. Ces actions s’inscrivent dans les directives de l’ONU et dans le plan d’action « Égypte 2030 »

Sur le terrain, une délégation du ministère de l’Environnement a visité plusieurs sites au Caire. La décharge d’Al-Hajer à Edfou quant à elle devrait recevoir 175 tonnes déchets par jour d’ici le mois de mai.

 

Pollution de l’air

Le Conseil des ministres a approuvé le projet présidentiel d’accord de financement entre l’Égypte et la Banque internationale pour la reconstruction et le développement afin de lutter contre la pollution atmosphérique dans le Grand Caire. Cet accord prévoit un financement de 200 millions de dollars. Par ailleurs, une nouvelle station de surveillance des polluants atmosphériques a été installée à Port Saïd.

Concrètement, le gouvernement a annoncé la mise en place d’incitations « vertes » pour les propriétaires de voitures : le remplacement d’un vieux modèle par un modèle roulant au gaz naturel donnera lieu à une subvention de 10 % du prix du véhicule (jusqu’à 22 000 livres maximum) pour une voiture privée, de 20 % pour un taxi (45 000 livres maximum) et de 25 % pour un microbus (65 000 livres maximum).

Florian Bonnefoi

 

 

 

الجسد في رواية الحرب السورية

couv-ifp7 Hassan Abbas
Édition (s) : Presses de l’Ifpo
Collection et numéro : Ifpoche 7
Année : 2021
ISBN : 978-2-35159-767-5
Prix : 15 €
Format : 11 x 18 x 2,2 cm
Nombre de pages : 148
Distributeurs : Presses de l’Ifpo, i6doc
Statut : en stock, impression à la demande
Langue (s) : arabe
Support (s) : livre brochévoir le sommaire

Résumé

Ce livre est fondé sur un paradoxe : les années de guerre, malgré la situation très dure de millions de Syriens, ont été une période de grande créativité, tant littéraire qu’artistique. Le roman s’est taillé la part du lion dans cette créativité, avec plus de 150 romans publiés entre 2011 et 2018. Un bon tiers fait de la guerre le cadre de son action.

Dans ce livre, le chercheur, professeur et acteur de la société civile Hassan Abbas explore la manière dont est abordé le corps dans les romans qui ont été publiés avec comme toile de fond la guerre. À partir d’une sélection de quinze romans, il aborde les thématiques suivantes : le corps auquel on donne la mort, la représentation littéraire du corps et notamment la charge symbolique et anthropologique de ses parties (les yeux, la barbe par exemple), l’animalisation du corps humain, et enfin le cadavre. La conclusion pointe vers le nihilisme qui relie entre elles ces approches du corps par les romanciers syriens : la littérature est peut-être le lieu où s’exprime le mieux ce que signifie une guerre qui dure depuis maintenant dix ans.

Il s’agit d’un essai de socio-littérature, à travers lequel un pan de l’histoire de la Syrie contemporaine (et pas seulement à compter de 2011) se dévoile au lecteur.

ملخص

عرف المشهد الثقافي السوري في سنوات الحرب طفرة إبداعٍ شملت جميع مجالات الإنتاج الفني والأدبي. وقد نالت الرواية نصيبا وافراً من ذاك الإبداع تمثّل في عدد الروايات المنشورة الذي فاق المائة وخمسين رواية بين عامي 2011 و 2018، ثلثها تقريبا جعل من وقائع سنوات الحرب إطاراً له.

في هذا الكتاب يتوقف الباحث عند موضوعة الجسد ليدرس حضوره في الأعمال الروائية التي كتبت عن الحرب. فيحدد بدايةً عدداً من الخصائص المادية المميزة للجسد (البدانة والنحول، العضلات، الهشاشة والقوة، العيون، اللحى والشوارب) إضافة إلى خصائص الجسد المُحَيوَن والجسد المنتهك أو الميّت، ثم يحلّل هذه الخصائص في الأعمال المدروسة ليختم بحثه بالقول: « لقد غدت العدميةُ الفلسفةَ التي يتبناها الروائيون السوريون في تعاملهم مع الجسد. وهذا أمرٌ لا غرابة فيه بعد ما آل إليه وضع السوريين ووضع أجسادهم في واقع الحرب التي تعيشها بلادهم ».

SÉMINAIRE ORIENT-LITTÉRATURES 2020-2021

Mohammad Rabie (Egypte)
Le roman dystopique égyptien:
ʿUṭārid / Trois saisons en enfer
(séance en langue arabe avec présentation en français)

Séminaire IISMM pour L3 et masterisants / en langue arabe

Mohammad Rabie est né au Caire en 1978. Ingénieur de formation, il est l’auteur de trois romans, dont La Bibliothèque enchantée, édité chez Sindbad/Actes Sud en 2019. ʿUṭārid / Trois saisons en enfer, nommé en 2016 dans la short list de l’International Prize for Arabic Fiction (IPAF), vient de sortir en traduction française.2025. Au Caire, la rive orientale du Nil est occupée par les forces armées de l’étrange République des Chevaliers de Malte, tandis que la résistance s’organise dans Le Caire-Ouest sous l’égide d’officiers de police désireux de
venger leur humiliation de 2011. Le colonel Ahmed Otared, posté en sniper au sommet de la tour du Caire, vise les chefs de l’armée ennemie. Envoyé en mission d’infiltration en zone occupée, il découvre la situation infernale du centre-ville, où les habitants volent, violent, se droguent au karbon, s’entretuent et se suicident en masse. Ses chefs sont convaincus que les Égyptiens sont responsables de leur malheur et que davantage de sang doit couler pour les sortir de leur ignoble passivité…
Trois saisons en enfer est la dystopie la plus violente et la plus désespérée de tous les romans ayant suivi le “Printemps arabe”.

 

Cette séance en format webinaire sur zoom se tiendra à 11h Paris (12h Le Caire, 14h Abu Dhabi).
Séance en langue arabe.
Lien d’inscription :
https://us02web.zoom.us/webinar/register/WN_ZK3i4AWlT0y0Lx4B81xrnA

 

Parution du n°14 d’Arabian Humanities

La culture pop dans la péninsule Arabique

Pop Culture in the Arabian Peninsula

الثقافة الشعبية الشائعة في الجزيرة العربية

 

La parution du n°14 d’Arabian Humanities, consacré à la Culture Pop dans la péninsule Arabique, coordonné par Clio Chaveneau (Sorbonne University Abu Dhabi) et moi-même.

https://journals.openedition.org/cy/6266