45-1 | 2015 – Langues indiennes et empire dans l’Amérique du Sud coloniale

Couverture Mélanges Casa de Velázquez 2015 45-1

« La langue a toujours été compagne de l’empire », écrivait Antonio de Nebrija, premier grammairien de l’espagnol, l’année même où fut découverte l’Amérique. Pourtant, il n’en fut pas ainsi dans les colonies ibériques du Nouveau Monde, où la colonisation propagea quelques grandes langues indigènes comme le nahuatl, le quechua, l’aymara, le guarani ou le tupi. Les articles ici réunis étudient la formation et l’usage des principales notions qui désignaient les dynamiques linguistiques des empires portugais et espagnol : langue générale — avec ses antonymes langue maternelle et langue particulière —, langue universelle, tapuia — qui désignait en Amazonie portugaise les locuteurs de langues autres que la língua geral —, les glotonymes quechua, tupi, guarani et les expressions langue de Cuzco, langue de l’Inca, língua brasilica, etc. Ces articles combinent histoire intellectuelle, culturelle et sociale pour cerner ce que les différentes langues indigènes représentaient pour les Indiens et les Européens.

 

«Siempre la lengua fue compañera del imperio», escribía Antonio de Nebrija, primer gramático del español, el año mismo en que América fue descubierta. No sucedió así, sin embargo, en las colonias ibéricas del Nuevo Mundo, donde la colonización propagó algunas grandes lenguas indígenas como el náhuatl, el quechua, el aimara, el guaraní o el tupí. Los artículos aquí reunidos estudian la formación y el uso de las principales nociones que designaban las dinámicas lingüísticas de los imperios portugués y español: lengua general —con sus antónimos lengua materna y lengua particular—, lengua universal, tapuia —que designaba en la Amazonía portuguesa a los hablantes de idiomas otros que la língua geral—, los glotónimos quechua, tupí, guaraní y las expresiones lengua del Cuzco, lengua del inca, língua brasilica, etc. Estos artículos combinan historia intelectual, cultural y social para aprehender lo que las diferentes lenguas indígenas representaban para indígenas y europeos.

«Language has ever been the companion of empire», wrote Antonio de Nebrija, the first Spanish grammarian, in the same year that America was discovered. And yet this was not true of the Iberian colonies in the New World, where colonisation propagated several great Indian languages such as Nahuatl, Quechua, Aymara, Guarani or Tupi. This collection of articles examines the formation and usage of the chief notions designating the linguistic dynamics of the Portuguese and Spanish empires: lingua franca — with the antonyms mother tongue and special tongue —, universal tongue, Tapuia — which designated speakers of languages other than the língua geral in Portuguese Amazonia —, the glotonyms Quechua, Tupi, Guarani and the expressions Cuzco tongue, Inca tongue, língua brasilica, etc. These articles combine intellectual, cultural and social history to identify what the different indigenous tongues meant to Indians and Europeans.
 

Stage intensif de kurde à l’antenne de l’Ifpo à Erbil (septembre 2017)

Description et objectifs

Le stage intensif de langue kurde proposé par l’Institut français du Proche-Orient à Erbil vise à offrir à des stagiaires débutants et de niveau intermédiaire une formation linguistique et culturelle complète ouverte sur les mondes kurdes. Le stage met l’accent sur la maîtrise des premières notions des deux principaux dialectes kurdes, le soranî et le kurmancî, tout en sensibilisant à d’autres langues de la région (le soureth ou néo-araméen et le turkmène) ainsi qu’à l’histoire et à la civilisation du Kurdistan et de l’Irak.

Cette formation a lieu à Erbil, capitale de la région autonome du Kurdistan d’Irak, un domaine très peu exploré par les chercheurs et les diplomates occidentaux. Il représente non seulement une fenêtre ouverte sur la diversité de l’Irak arabe et kurde, chiite, sunnite et chrétien, mais se situe également au carrefour d’influences régionales culturelles et géopolitiques diverses (Turquie, Iran, Syrie) et, notamment, au centre d’un monde kurde en pleine effervescence et recomposition.

La formation offre aux stagiaires une véritable immersion dans la culture kurde et irakienne. Les connaissances acquises tout au long de ce mois d’apprentissage seront stimulées et approfondies par des interactions quotidiennes avec la population. La ville d’Erbil, de culture linguistique majoritairement soranî, abrite une importante communauté kurmancophone et intègre dans son agglomération la bourgade d’Ainkawa, qui constitue l’un des centres de la communauté assyro-chaldéenne au Kurdistan. Le stage apporte également aux participants, un approfondissement de leurs connaissances générales concernant le nord de l’Irak, fondé sur l’histoire et les cultures de cette région.

Les effectifs réduits (10 personnes maximum par niveau) de la session de cours permettent une meilleure réalisation des objectifs pédagogiques. 25 heures de cours sont dispensées par semaine (5 heures par jour pendant 4 semaines) pour un total de 100 heures par mois. Les cours portent sur les sujets suivants :

  • langues soranî et kurmancî
  • introduction au soureth
  • histoire de l’Irak contemporain
  • civilisation kurde
  • histoire et culture des églises d’Irak
  • introduction à la culture turkmène

Le stage propose deux niveaux. Les stagiaires de niveau “grand débutant”, vont acquérir de nouvelles compétences et notamment des bases sérieuses en langues kurdes soranî et kurmancî. Les stagiaires de niveau “intermédiaire” (entre 100 et 150 heures acquises) approfondiront leur maîtrise des deux langues kurdes grâce à des supports littéraires et journalistiques plus complexes et une pratique poussée de la conversation. Attention ! Un minimum de 5 stagiaires est requis afin d’ouvrir un groupe de niveau. Les cours sont assurés principalement par des professeurs irakiens ou syriens dont la langue maternelle est le kurde et possédant une solide expérience de l’enseignement à des publics étrangers. Les enseignements de civilisation peuvent être dispensés en français ou en anglais.

Pour en savoir plus

Responsables : Farooq Jamshid Khorshid et Boris James

Télécharger la plaquette du stage