Second séminaire SOCOSMA 2 juin 2020

Séance du 2 juin 2020
Politique des chiffres au Maroc en temps de pandémie
David Goeury / Youssef Oulhote

La crise du Covid-19 a été marquée très rapidement par la question de l’accès aux données épidémiologiques et de la collecte de ces données.
De nombreux gouvernements ont été accusés de masquer la réalité de l’épidémie. D’autres ont institué des points de presse régulier pour jouer la carte de la transparence de l’information comme le Maroc ou la Tunisie alors que le graphique publié dans The Lancet sur vague épidémique et capacité du système de santé se popularisait et était abondamment mobilisé pour justifier les politiques publiques de confinement. Les données statistiques apparaissent fondamentales pour comprendre l’épidémie mais aussi pour garantir un déconfinement efficient.
Ici, nous souhaiterions interroger à partir du cas du Maroc, la question de l’accès et de l’interprétation de ces données.
Dans un premier temps, il s’agira de réfléchir sur les données de santé communiquées par le gouvernement et la part d’incertitude qu’elles contiennent du fait même de la nature de la pandémie. Dans un second temps, nous souhaitons aussi dépasser la question purement médicale pour interroger aussi la vulnérabilité à travers d’autres critères notamment sociaux et ainsi réfléchir aux choix opérés alors que désormais l’épidémie affecte des catégories de population de plus en plus modestes du fait de la démultiplication de clusters industriels ou militaires.
Youssef Oulhote est titulaire d’un doctorat en épidémiologie et santé publique de l’EHESP. Il est enseignant chercheur d’épidémiologie et biostatistique à l’Université Publique du Massachusetts et ingénieur de recherche à l’école de santé publique de l’Université de Harvard. Il est membre du comité scientifique de Tafra.
David Goeury est docteur en géographie de Sorbonne Université. Il est membre du laboratoire Médiations de Sorbonne Université et chercheur associé au Centre Jacques Berque de Rabat. Il est l’auteur avec Philippe Sierra d’une Introduction à l’analyse des territoires. Il est membre du comité scientifique de Tafra.

Le séminaire se tiendra en visioconférence via zoom entre 14h et 15h heure de Paris (12h Rabat, 13h Tunis, 14h Le Caire, 15h Beyrouth, 15h Koweit, 16h Mascate)
L’inscription est obligatoire pour recevoir le lien et mot de passe de la réunion, auprès de socosma[at]pm.me

CERI – Dossier : Le monde à l’épreuve du Covid-19

Depuis le début de la flambée mondiale du Covid-19 à la mi-mars, le CERI s’est mobilisé pour réaliser un dossier consacré à l’impact international de la pandémie. Il réunit des contributions inédites de nos chercheurs, portant aussi bien sur des pays ou des régions du monde concernés par cette crise que sur des enjeux globaux qu’elle a crées.

Le dossier, disponible en ligne et évolutif, est aujourd’hui composé de 19 articles ou entretiens en français, dont la majorité sont aussi disponibles en version anglaise.

Initiative d’archivage/publication de témoignages : « Genre & confinement dans le monde arabe »

Collecte et publication de témoignages (écrits ou audios) sur « confinement et genre dans le monde arabe ».
Les témoignages reçus sont publiés sur le site du GREGaM, un réseau rassemblant des chercheuses et chercheurs travaillant sur le genre au Maroc. Vous trouverez plus de détails sur cette initiative dans l’appel : https://gregam.hypotheses.org/appel-%d8%af%d8%b9%d9%88%d8%a9

Témoignages déjà publiés :
https://gregam.hypotheses.org/category/coronavirus-confinement-et-genre/temoignage

Le projet a été initié par :
– Mériam Cheikh (chargée d’étude pour le projet européen Operas au sein de l’infrastructure OpenEdition-CNRS).
– Leila Bouasria (professeur de sociologie, Université Hassan II, Aïn
Chock – Casablanca)
– Yasmine Berriane (chargée de recherche CNRS, Centre Maurice
Halbwachs).

The Role of COVID-19 in Pilgrimage to Saints’ Shrines and Sacred Sites

COVID-19 is on the doorstep of the world and last week the World Health Organization officially declared it as a pandemic. This is a dramatic time in the history of human society during the 21st century which will affect many aspects of religious beliefs and related ritualistic behaviours, including those of pilgrimage to holy sites and saints’ shrines that have until now been considered as healing and curing devices.

With the outbreak of COVID-19, pilgrims and devotees of sacred places, governmental institutions and their health sectors, and also religious leaders and clerics are challenged. Each is endeavouring to be reasonable and resolve several key issues of the effect of COVID-19 on pilgrimage to the sacred sites, questions such as caution about the health of pilgrims and the provision of related guidance and manuals; bodies, touch and the transference of disease; the importance of purity and the miracles of saints, their relics and shrines for healing COVID-19 and other health problems.

This is a unique time for anthropologists and other social scientists to observe the behaviour of the entire society (pilgrims, governmental sectors and also religious authorities) regarding the pilgrimage of devotees to saints’ shrines and sacred pilgrimage sites based on COVID-19. This is a call for participation in general observation and the sharing of knowledge in this regard among all faiths around the globe.

Those who are interested can share their observations and experiences on this FB page:

https://www.facebook.com/groups/206400057252459/

Première séance SOCOSMA maintenant en ligne

Nous attirons tout particulièrement votre attention sur le séminaire SOCOSMA (séminaire d’Observation de la crise Covid-19 dans les Sociétés du Monde Arabe) qui rassemble les différentes UMIFRE du monde arabe, lancé à l’initiative de Laurent Bonnefoy et Frédéric Lagrange.
La première séance de ce séminaire peut être revisionnée depuis le lien suivant : https://www.youtube.com/watch?v=pjSPuI09zvA

La pandémie du Covid-19 au centre des désastres du quotidien : des femmes de la Méditerranée à la mer d’Arabie s’expriment (titre provisoire)

Ouvrage collectif, sous la direction de Atieh Asgharzadeh et Carol Mann. Publication prévue en français : rentrée 2020. L’intégralité des textes sera publié en langues originales en ligne sur un site dédié.

Cette publication a pour objectif d’évaluer les conséquences de la pandémie de covid-19 dans leur contexte social et politique sur les femmes, de mieux comprendre la nature et la portée des mesures prises par différents pays, surtout autoritaires, et surtout d’accueillir le récit de vie de celles qui vivent dans tous ces pays.

La problématique porte sur la question de rapport entre les genres durant cette pandémie, sur les modes de gestion de crise des femmes de tout âge, ici la maladie et le confinement à travers le vécu personnel, l’engagement dans l’écriture, l’art et les recherches sociologiques. Les comportements et réactions sont ici envisagés sur le plan de l’affectif et des émotions, sur le plan symbolique et dans les différents contextes socio-politiques et aussi de culture.

Un autre but important de cette publication est de saisir l’urgence de la pandémie vécue en direct et les analyses spontanées qui en sont faites. Après tout, les évaluations postérieures seront pléthore une fois que l’angoisse du présent se sera évanouie, c’est l’instantané qu’il nous faut saisir, à la façon d’un Instagram ou Snap-Chat.
Nous vivons un moment exceptionnel : et c’est bien la perspective féminine dans ces pays le plus souvent ignorés par la presse occidentale qui nous intéressent.
En bref, ce seront des textes personnels avec une dimension sociologique, anthropologique
Des extraits de journaux personnels seront les bienvenus.

Nous faisons appel aux jeunes chercheuses (doctorantes comprises) qui habitent les pays à l’est de la Méditerranée jusqu’à la mer d’Arabie (ce qui comprend également l’Afghanistan).

Date limite d’envoi des propositions : 25 mai 2020
Appel complet à télécharger

Le GIS recrute deux post-doctorants

Le Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS) Moyen-Orient et mondes musulmans recrute deux post-doctorants pour une durée de six mois éventuellement renouvelable une fois, pour un recrutement au 1er juillet 2020 :

Congrès des études sur le Moyen-Orient et mondes musulmans 2021 : Appel à contributions

4e Congrès des études sur le Moyen-Orient et mondes musulmans

Aix-en-Provence, 28-30 juin 2021

Appel à contributions

Après le succès des trois précédentes éditions, le Groupement d’Intérêt Scientifique « Moyen-Orient et mondes musulmans » organisera le quatrième Congrès des études sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans les lundi 28, mardi 29 et mercredi 30 juin 2021, dans les locaux de la Faculté des arts, lettres, langues et sciences humaines d’Aix-Marseille Université en collaboration avec l’IREMAM, l’IDEMEC, le CHERPA, l’IMAF, l’Institut Sociétés en Mutation en Méditerranée, et en partenariat avec l’IISMM (Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman) et la SEMOMM (Société des Études sur le Moyen-Orient et Mondes Musulmans).

Les chercheurs et enseignants-chercheurs (à partir du niveau doctorat) sont invités à envoyer des propositions d’atelier thématique au plus tard le 1er juillet 2020 en utilisant obligatoirement le document en word téléchargeable ici :

  • sous la forme d’un résumé en français ou en anglais de 1 500 signes maximum (espaces compris),
  • en indiquant clairement le nom du ou des responsables de l’atelier et les intervenants pressentis (jusqu’à quatre avec éventuellement un discutant),
  • en précisant l’adresse mail, l’institution et/ou le laboratoire d’appartenance pour chacun des participants,
  • en nommant le document selon le modèle : congres2021_Nom-porteur_OBLIGATOIRE.doc

Vous trouverez en pièces jointes l’appel traduit en

Les thèmes proposés peuvent relever d’un ou plusieurs domaines des sciences humaines et sociales (anthropologie, archéologie et histoire de l’art, droit, économie, géographie, histoire, islamologie et sciences religieuses, linguistique, littérature, philosophie, sociologie, science politique), dans une perspective globale ou régionale. Comme les années précédentes, le congrès est une invitation à dépasser les cloisonnements disciplinaires et institutionnels, en rassemblant des contributeurs d’horizon divers, travaillant en France et partout dans le monde. Les propositions collectives émanant de jeunes chercheurs, doctorants et post-doctorants sont encouragées. Les propositions de communication individuelle ne seront en revanche pas éligibles.

NB : Afin d’encourager la participation de chercheurs venant du Maghreb et du Moyen-Orient, une aide financière pour leur déplacement et leur hébergement pourra être accordée sur décision du conseil scientifique du GIS, en fonction des financements disponibles. Priorité sera donnée à la participation des jeunes chercheurs de ces régions.

Les propositions seront examinées par le comité scientifique du GIS qui donnera sa réponse aux participants au début du mois d’octobre 2020. Une fois la proposition d’atelier acceptée, la liste des participants pourra être complétée ou amendée jusqu’au 15 décembre 2020. Le programme définitif de l’atelier devra être remis à cette date.

Pour toutes les propositions, l’envoi est à faire à l’adresse suivante : gis.congres[at]gmail.com

Frais d’inscriptions (à régler au premier trimestre 2021) :

  • 30 euros pour tous les participants (participants à un atelier et public)
  • Exonération pour les adhérents de la SEMOMM (Société des Études sur le Moyen-Orient et les Mondes Musulmans)
  • 10 euros pour les doctorants participants à un atelier
  • Exonération pour les autres étudiants (Licence et Master) mais avec inscription obligatoire