halqa

Appel à communication : journées de la HALQA – Date limite 30 mars 2017

 Jeudi 8 et vendredi 9 juin 2017 à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence

Ici l’appel à communication  appel-halqa-pdf-2

La Halqa (association des doctorants en sciences sociales sur les mondes musulmans modernes et contemporains) organise la cinquième édition des journées doctorales qui auront lieu les 8 et 9 juin 2017 dans les locaux de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) à Aix-en-Provence. Ces rencontres sont l’occasion pour les adhérents de l’association de se réunir au cours de deux journées rythmées par des communications réparties en ateliers thématiques. En offrant un espace aux doctorants pour présenter leurs travaux, les journées de la Halqa leur permettent d’échanger sur des problématiques communes par-delà les barrières disciplinaires des sciences sociales, de confronter leurs méthodes et leurs approches tout en proposant un état des lieux de la recherche en France sur les mondes musulmans modernes et contemporains.

Pour cette cinquième édition, nous proposons aux jeunes chercheurs les axes de réflexion suivants dans lesquels insérer leurs propositions de communication. Ces axes n’étant pas exclusifs, il est également possible pour les postulants d’envoyer une proposition individuelle.

Ax 1 :  Révolutio de migrations révolutio de espaces   trajectoires pratique et gestions (flux, frontières, villes)

La « crise des réfugiés » de 2015 a, encore une fois, démontré comme le phénomène migratoire constitue une des problématiques majeures du XXIème siècle. Cela est dû non seulement à l’incapacité européenne et globale d’y faire face – en terme de gestion de flux, de frontières,  de questions sécuritaires, d’impact sur l’urbanisme – mais aussi au fait inéluctable que ces migrations déterminent : le mouvement des idées et des identités, l’impact à d’autres cultures, l’attachement à la culture d’origine et les relations entre cultures, mais aussi l’appropriation et la perception de l’espace. Cet axe propose d’analyser le phénomène migratoire moderne et contemporain à travers différentes perspectives (juridiques, économiques, sociales) et méthodologies.

Axe 2: Acteurs et mobilisations dans le champ religieux

Cet axe propose d’interroger les dynamiques conduisant les acteurs à utiliser une rhétorique confessionnelle pour investir le champ politique, structurer les sociétés et à créer ainsi de nouvelles dynamiques, en portant le regard sur différents enjeux dans une perspective transdisciplinaire au carrefour des sciences humaines : les vecteurs de diffusion des idées religieuses ; les redéploiements d’alliances au sein du champ religieux, et entre champs religieux et politique ; l’impact de ces redéploiements sur la consolidation ou la fragilisation des structures politiques ; la question des fractures confessionnelles et la construction de discours de minorisation ; la dimension sécuritaire corrélée à ces bouleversements, via l’émergence de nouvelles forces politico-religieuses aux marges des sociétés musulmanes, et la création de nouveaux espaces de conflictualité.

Axe 3: Transformations du genre, identités et mouvements

Le paradigme du genre, de plus en plus emprunté pour l’étude des sociétés musulmanes, permet l’analyse de la même manière qu’il est parfois contesté. Il renvoie autant à des pratiques et discours observables au quotidien qu’à des mouvements et mobilisations employant la problématique du genre pour se définir. Pourront être évoquées dans ce panel les modalités des militantismes contemporains, mais aussi les processus et discours identitaires dans sa relation avec le versant musulman. Usage des textes religieux, fatwas au sujet des identités LGBTQ, emploi du religieux dans les luttes pour l’égalité ou contre la violence, pratiques sociales du corps et de la sexualité, par quels canaux les différenciations de genre passent-elles  ?

Axe 4  :  Islam en contexte européen 

L’étude des pratiques religieuses de l’Islam en Europe, leur diversité et leurs spécificités, permet d’envisager les visages pluriels de l’islam et ses formes multiples de religiosité, les choix religieux des acteurs, les relations entre les textes fondateurs et la religion telle qu’elle est vécue par les croyants. Cet axe consistera à s’intéresser d’une part, aux diverses pratiques religieuses islamiques en Europe, à leur diversité, leur spécificité, à la formation de la piété à l’œuvre, les postures individuelles  ; d’autre part aux interactions entre le quotidien, le vécu, et les préceptes dogmatiques. Il s’agira de mettre en perspective faits religieux et enjeux du quotidien. Seront privilégiées les contributions relatives à toutes les religiosités, les acteurs, leur capacité de réflexivité, leurs trajectoires, leur façon de vivre leur foi mais aussi aux points suggérés ci-après : la notion d’islamophobie, Islam et prescriptions alimentaires, les terminologies qui globalisent et entraînent des confusions dans le sens commun ( immigrés, musulmans, arabes …), la question de la «  visibilité  » de l’islam, désorientaliser/décoloniser l’enseignement de l’Islam, décoloniser la laïcité.

Axe 5 : Expressions plurielles : discours, textes, symboles

Cet axe invite à réfléchir aux formes diverses de l’expression par le prisme de l’islam. La notion d’expression est à comprendre au sens le plus large, c’est-à-dire en tant que modalité de mise en forme de la pensée, comme passage qu’amorce le langage du sensible à l’intelligible. La diversité des formes d’expression sera privilégiée : le textuel, le symbolique, l’artistique ou encore le parlé sont autant de formes qui connaissent aujourd’hui des mutations, comme en témoigne par exemple l’omniprésence des nouvelles technologies. De nombreux enjeux sociaux sont ainsi révélés : du sentiment de justice aux enjeux politiques de la création artistique, l’inégalité de l’accès aux langages (au sens large) et l’absence de l’expression, de l’évocation du spirituel et du religieux, de la tension entre les langues à la problématique de la traduction, la portée des discours et leurs formes sont ainsi à questionner.

Axe 6 : Guerre et paix dans les mondes musulmans Théâtre de conflits majeurs au XXème siècle, et théâtre de transformations au XXIème, la région nécessite que l’on s’intéresse à la question de la guerre et de la violence (violence de guerre, violence d’Etat, violences sociales et sociétales). Cependant, afin de dépasser le seul prisme du conflit, l’étude des processus démocratiques et/ou de résolution de conflits ainsi que des dynamiques propres aux cessations des hostilités s’impose. Cet axe propose, à travers différentes perspectives et approches, une analyse des conflits, des processus de négociation et des relations internationales entre les pays de la région (processus de régionalisation) et le reste du monde.

Axe 7 : Orientalisme et représentations de l’islam  

De nouvelles approches permettent de mettre à jour les thèses d’E. Saïd sur de nouveaux terrains contemporains : la différence des regards sur l’islam en fonction des contextes européen ou nord-américain, le poids des héritages coloniaux dans les représentations sur le monde arabe, les nombreux biais à l’oeuvre dans l’élaboration des politiques publiques et des pratiques diplomatiques aujourd’hui. Dans sa dimension historique, la question de l’orientalisme interroge le legs du savoir  laissé par les sciences pré-coloniales et coloniales : leur examen critique permet d’en mesurer l’apport tout en en critiquant les biais, et l’étude de leur usage dans des contextes politiques particuliers peut montrer comment les dimensions construites de ces représentations pèsent sur les décisions des acteurs historiques. Symétriquement, la ré-appropriation des savoirs de l’Orient par l’Orient lui-même et ses acteurs scientifiques est au coeur des renouvellements de la question.

Les propositions de communication – comprenant un titre accompagné de trois mots-clefs et d’un résumé de 300 mots maximum – sont à envoyer avant le 30 mars 2017 par voie électronique à l’adresse halqadesdoctorants@gmail.com. Les propositions seront ensuite examinées par le bureau de l’association Halqa et les auteurs sélectionnés recevront une notification.

Les frais de participation aux Journées qui incluent les repas, l’hébergement sur place si nécessaire et l’adhésion à l’association – sont fixés à 15 euros par personne.

Les Journées de la Halqa seront également l’occasion de renouveler le bureau de l’association au  cours de lassemblée générale qui se tiendra à l’issue de ces deux journées.