Sur Angelus Silesius et le Cherubinischer Wandersmann

Die Rose ist ohne Warum, sie blühet, weil sie blühet.
Sie achtet nicht ihrer selbst, fragt nicht, ob man sie siehet.

La rose est sans pourquoi, elle fleurit parce qu’elle fleurit,
N’a pour elle-même aucune attention, ne demande pas si on la voit.

 

Le distique ci-dessus est sans doute le plus célèbre de ceux  extraits du Cherubinischer Wandersmann. Ce n’est pourtant pas le seul, loin s’en faut, puisque cet ouvrage mystique, paru pour la première fois en 1657 sous le titre Geistreiche Sinn- und Schlussreime, ne contient pas moins de 1676 distiques et 10 sonnets.

Il a connu bien des rééditions depuis la seconde moitié du XVIIe siècle dont certaines sont accessibles en ligne :

Archive DTA GDZ Google Halle MDZ WDB
1657 oui oui
1675 oui oui
1701 oui
1737 oui
1827 oui
1829 oui
1862 oui oui
1895 oui

Par ailleurs, le texte de l’ouvrage a été reproduit sur Zeno.org et Gutenberg-DE.

Cherubinischer Wandersmann, 1674

https://books.google.fr/books?id=AQY7AAAAcAAJ&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

https://books.google.fr/books?id=emUVAwAAQBAJ&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

https://books.google.fr/books?id=LX0RAwAAQBAJ&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

https://www.babelio.com/livres/Silesius-Le-Voyageur-cherubinique/483753

https://www.babelio.com/auteur/Angelus-Silesius/69631/citations

https://www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=ASSR_166_0115

Cherubinischer Wandersmann, 1674

Traductions intégrales

Pèlerin chérubinique — « Cherubinischer Wandersmann », [bilingue], trad. d’Henri Plard, Paris, Aubier, « Classiques étrangers », 1946.

Le Pèlerin chérubique, [bilingue], trad. d’Eugène Susini, PUF, Paris, 1964, 2 tomes [bilingue]

Le Pèlerin chérubinique, trad. de Camille Jordens, Éditions du Cerf / Éditions Albin Michel, Paris, 1994.

Le Voyageur chérubinique, trad. de Maël Renouard, Payot & Rivages, Paris, 2004.