Category Archives: Seminars, conferences, lectures

Images en mémoire, mémoires en image

La revue Regards – revue des arts du spectacle est une revue pluridisciplinaire publiée par l’Institut d’Etudes Scéniques, Audiovisuelles et Cinématographiques (IESAV) de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth (USJ). Pour son premier numéro, la revue Regards lance un appel à contribution pour la section « Dossier thématique » : Images en mémoire, mémoires en image – Les représentations des conflits dans les pays arabes durant les années 2010. Ce dossier traitera de la place qu’occupe le cinéma, la vidéo et les arts visuels dans la vie culturelle et sociale des pays arabes, ainsi que des différents moyens engagés par les cinéastes et artistes de la région pour représenter les conflits en cours ou passés.

Contemporary Amman and the Right to the City

A city of four million inhabitants today, Amman’s expansion has become disproportionate to its urban history. Amman has experienced an impressive urban growth over the past fifty years, driven by forced migration and market laws. Developing from a small rural settlement at the end of the 19th century, Amman evolved into a regional crossroad at the end of the 20th century, and has become today a symbol for the consolidation of Hashemite rule, and as a result, the site of its contestation. Amman’s exceptional position among other regional capitals and its recent urban history has forced its inhabitants to create narratives concerning the city’s foundation, invent urban traditions, and negotiate ways of socialization.

Monde arabe et diplomaties parallèles

Ébranlé par les soulèvements populaires de 2011, le monde arabe a vécu une séquence appelée à le marquer, en tant que tel et dans son rapport au monde. Pourtant, après une (re)découverte des sociétés, de leurs dynamiques et des registres de mobilisations d’acteurs nonétatiques, nombre d’analyses sont rapidement retombées dans des logiques plus traditionnelles. En effet, objet central des relations internationales, le monde arabe a le plus souvent été abordé selon des prismes bien particuliers.

Écritures du pouvoir

Les universités de Bordeaux, Pau et Toulouse, avec la collaboration de la Casa de Velázquez, organisent un séminaire de formation avancé qui propose un examen croisé et pluridisciplinaire des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb au Moyen Âge. La session 2018 de l’atelier propose d’étudier la culture et l’expérience politiques au prisme de l’écrit, des écritures du pouvoir. Les renouvellements historiographiques récents permettront d’interroger l’acte d’écrire en le replaçant dans un contexte spécifique, de soupeser le gouvernement et l’administration par l’écrit, le poids de l’écrit dans la culture politique. Les écritures du pouvoir seront envisagées dans toute leur diversité.

L’humanitaire : nouveau champ de recherche pour l’histoire de l’Europe

Dans le cadre de la venue de Johannes Paulmann, directeur de l’Institut Leibniz d’histoire européenne à Mayence (IEG), comme professeur invité, le laboratoire d’excellence (labex) « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe » (EHNE) organise le séminaire Migrations et mobilités en Europe, XIXe-XXe siècles. Ce cycle se termine le mercredi 13 juin par l’atelier L’humanitaire : nouveau champ de recherche pour une histoire nouvelle de l’Europe, qui réunit le LabEx EHNE, l’IEG, le laboratoire TEMOS (université d’Angers) et le Netherlands Organisation for Scientific Research (NWO/Leiden University). Les participants présenteront des travaux et des programmes de recherche sur la thématique.

Processus de paix et Justice transitionnelle

L’Institut Universitaire Varenne (IUV) et l’Association Francophone de Justice Transitionnelle (AFJT) organisent leur cinquième université d’été consacrée à la Justice transitionnelle. Elle est destinée – au travers d’un thème – à former et sensibiliser les participants à l’ensemble des mécanismes judiciaires et extra-judiciaires permettant de traiter les violations massives et systématiques des droits de l’Homme. Lors de l’édition 2018, l’université d’été aura pour thème « Processus de paix et Justice transitionnelle ». Cette dernière sera donc analysée au prisme du contexte de sa mise en œuvre.

Professeur·e en histoire, spécialité « histoire du Maghreb contemporain » à Sciences Po

Sciences Po recrute un·e professeur·e en histoire, spécialité « histoire du Maghreb contemporain ». L’histoire du Maghreb contemporain connaît d’importants développements à propos de l’histoire coloniale et impériale, comme de l’histoire pré-coloniale et post-coloniale dans une triple dimension politique, sociale et culturelle. Cette histoire renouvelée attire nombre d’étudiants. Le Centre d’histoire, qui poursuite sa politique d’internationalisation, souhaite en conséquence recruter un.e spécialiste du Maghreb contemporain apte à développer des recherches et des enseignements dans une perspective de longue durée, du XIXème siècle jusqu’aux temps présents, en l’insérant quant que possible dans une histoire transnationale et connectée autour de l’espace méditerranéen.

Expériences et politiques du VIH/sida au Maghreb

Alors que les recherches en sciences sociales se sont multipliées sur le VIH/sida en Afrique sub-saharienne (sur la diffusion des traitements ou sur les mobilisations, en partie impulsées ou façonnées à l’échelle internationale), elles sont restées peu développées concernant le Maghreb. Pourtant, l’imbrication des facteurs culturels, sociaux, économiques et politiques influe sur les systèmes de santé, les représentations de la maladie et les imaginaires qui l’entourent, le rapport à l’autre et la spécificité de la relation thérapeutique. Ces différentes articulations méritent analyse, dans la mesure où elles témoignent de la complexité de la réalité de l’épidémie en fonction des ancrages locaux. Ce dossier de L’Année du Maghreb entend croiser différentes perspectives et différents champs disciplinaires pour une meilleure compréhension des dynamiques de l’épidémie au Maghreb. Il vise, par ailleurs, à questionner le rapport à l’altérité et à la justice sociale à travers l’intérêt pour l’infection à VIH.