Archives de catégorie : Égypte/Monde arabe

Égypte/Monde arabe

Revue de sciences sociales traitant du monde arabe et musulman contemporain

A social sciences journal devoted to Arab and Muslim contemporary world

13 | 2015 – Nouvelles luttes autour du genre en Egypte depuis 2011

EMA 13 Nouvelles luttes autour du genre en Egypte depuis 2011
ISBN 9782905838865

Depuis le soulèvement de 2011 en Égypte, les problématiques de genre ont émergé sous différentes formes dans le cadre des mouvements protestataires – révolutionnaires, réactionnaires – et plus largement, dans celui des transformations sociales se produisant autour et entre ces vagues de mobilisation.

Alors que les relations entre citoyens et autorités étatiques ont été contestées, modifiées, puis repoussées dans une direction réactionnaire, comment les relations de genre ont-elles été contestées depuis 2011 ? Quels nouveaux imaginaires, quels nouveaux rôles et identités ont été revendiqués ? Quelles mobilisations se sont construites face à l’essor saisissant des violences sexistes dans l’espace public ?

Quatre ans après le début de la période révolutionnaire, ce numéro d’Égypte/Monde arabe explore les nouvelles luttes liées au genre en Égypte au prisme de la sociologie, l’anthropologie et la science politique. Chercheuses, expertes et/ou activistes proposent ici un éventail de regards scientifiques et analytiques, et de témoignages militants sur ces combats et mutations, sur l’expérience gagnée et le terrain perdu, à partir d’enquêtes de terrain approfondies sur ces objets de recherche sensibles et parfois éphémères.

Since the 2011 uprising in Egypt, gender issues have emerged in various forms within revolutionary or reactionary protest movements and more broadly, in the framework of the social transformations occurring in and around these waves of mobilization.

As relationships between citizens and State authorities have been challenged, altered then pushed back in a reactionary direction, how have gender relationships been contested since 2011? What new imaginations of gender, which new roles and identities have been claimed? What mobilizations have developed to confront the shocking rise of gender-based violence in the politicized public sphere?

Four years after the revolutionary period began, this issue of Égypte/Monde arabe explores new struggles related to gender in Egypt through the lenses of sociology, anthropology and political science. Scholars, experts and/or activists share with us a range of scientific and analytical perspectives, and insider accounts of these struggles and changes, of experience gained and ground lost, based on in-depth fieldwork on sensitive and sometimes transient research objects.

14 | 2016 – Le Soudan, cinq ans après l’indépendance du Soudan du Sud

EMA 14 - Le Soudan, cinq ans après l'indépendance du Soudan du Sud
ISBN 2-905838-88-4

South Sudan officially gained independence on the 9th July 2011. This was the outcome of the peace agreement signed in January 2005 and in accordance with the national referendum of January 2011. This historic event, which should have put an end on the historical conflict between the Northern and Southern regions and communities, constituted a real challenge in term of adaptation, resilience and innovation for the whole of the society. In this unprecedented context of the birth of a new national territory, and the remodelling of existing spatial and political configurations, South Sudan has logically been at the centre of attention – whether this be from political actors, researchers or humanitarian donors. However, the North has been profoundly affected by this rupture as well. The intention of this issue is to shed light on some of these transformations.

Le Soudan du Sud a accédé officiellement à l’indépendance le 9 juillet 2011, à l’issue d’un processus de paix acté en janvier 2005 et conformément au résultat du référendum national de janvier 2011. Cet événement historique qui devait clore une page de l’histoire conflictuelle entre les régions et communautés soudanaises du Nord et du Sud a constitué un réel défi en termes d’adaptation, de résilience et d’innovation pour l’ensemble de la société. Dans ce contexte inédit de naissance d’un nouveau territoire national, et de remodelage des configurations spatiales et politiques existantes, le Soudan du Sud a été très logiquement au centre des attentions – qu’il s’agisse des acteurs politiques, des chercheurs ou des bailleurs humanitaires. Pourtant, le Nord a été aussi profondément affecté par cette rupture. Le propos de ce numéro est d’éclairer certaines de ses transformations.

14 | 2016 – Le Soudan, cinq ans après l’indépendance du Soudan du Sud

EMA 14 - Le Soudan, cinq ans après l'indépendance du Soudan du Sud
ISBN 2-905838-88-4

South Sudan officially gained independence on the 9th July 2011. This was the outcome of the peace agreement signed in January 2005 and in accordance with the national referendum of January 2011. This historic event, which should have put an end on the historical conflict between the Northern and Southern regions and communities, constituted a real challenge in term of adaptation, resilience and innovation for the whole of the society. In this unprecedented context of the birth of a new national territory, and the remodelling of existing spatial and political configurations, South Sudan has logically been at the centre of attention – whether this be from political actors, researchers or humanitarian donors. However, the North has been profoundly affected by this rupture as well. The intention of this issue is to shed light on some of these transformations.

Le Soudan du Sud a accédé officiellement à l’indépendance le 9 juillet 2011, à l’issue d’un processus de paix acté en janvier 2005 et conformément au résultat du référendum national de janvier 2011. Cet événement historique qui devait clore une page de l’histoire conflictuelle entre les régions et communautés soudanaises du Nord et du Sud a constitué un réel défi en termes d’adaptation, de résilience et d’innovation pour l’ensemble de la société. Dans ce contexte inédit de naissance d’un nouveau territoire national, et de remodelage des configurations spatiales et politiques existantes, le Soudan du Sud a été très logiquement au centre des attentions – qu’il s’agisse des acteurs politiques, des chercheurs ou des bailleurs humanitaires. Pourtant, le Nord a été aussi profondément affecté par cette rupture. Le propos de ce numéro est d’éclairer certaines de ses transformations.

14 | 2016 – Le Soudan après l’indépendance du Soudan du Sud

EMA 14 Le Soudan après l'indépendance du Soudan du Sud
ISBN 2-905838-88-4

South Sudan officially gained independence on the 9th July 2011. This was the outcome of the peace agreement signed in January 2005 and in accordance with the national referendum of January 2011. This historic event, which should have put an end on the historical conflict between the Northern and Southern regions and communities, constituted a real challenge in term of adaptation, resilience and innovation for the whole of the society. In this unprecedented context of the birth of a new national territory, and the remodelling of existing spatial and political configurations, South Sudan has logically been at the centre of attention – whether this be from political actors, researchers or humanitarian donors. However, the North has been profoundly affected by this rupture as well. The intention of this issue is to shed light on some of these transformations.

Le Soudan du Sud a accédé officiellement à l’indépendance le 9 juillet 2011, à l’issue d’un processus de paix acté en janvier 2005 et conformément au résultat du référendum national de janvier 2011. Cet événement historique qui devait clore une page de l’histoire conflictuelle entre les régions et communautés soudanaises du Nord et du Sud a constitué un réel défi en termes d’adaptation, de résilience et d’innovation pour l’ensemble de la société. Dans ce contexte inédit de naissance d’un nouveau territoire national, et de remodelage des configurations spatiales et politiques existantes, le Soudan du Sud a été très logiquement au centre des attentions – qu’il s’agisse des acteurs politiques, des chercheurs ou des bailleurs humanitaires. Pourtant, le Nord a été aussi profondément affecté par cette rupture. Le propos de ce numéro est d’éclairer certaines de ses transformations.

13 | 2015 – Nouvelles luttes autour du genre en Egypte depuis 2011

EMA 13 Nouvelles luttes autour du genre en Egypte depuis 2011
ISBN 9782905838865

Depuis le soulèvement de 2011 en Égypte, les problématiques de genre ont émergé sous différentes formes dans le cadre des mouvements protestataires – révolutionnaires, réactionnaires – et plus largement, dans celui des transformations sociales se produisant autour et entre ces vagues de mobilisation.

Alors que les relations entre citoyens et autorités étatiques ont été contestées, modifiées, puis repoussées dans une direction réactionnaire, comment les relations de genre ont-elles été contestées depuis 2011 ? Quels nouveaux imaginaires, quels nouveaux rôles et identités ont été revendiqués ? Quelles mobilisations se sont construites face à l’essor saisissant des violences sexistes dans l’espace public ?

Quatre ans après le début de la période révolutionnaire, ce numéro d’Égypte/Monde arabe explore les nouvelles luttes liées au genre en Égypte au prisme de la sociologie, l’anthropologie et la science politique. Chercheuses, expertes et/ou activistes proposent ici un éventail de regards scientifiques et analytiques, et de témoignages militants sur ces combats et mutations, sur l’expérience gagnée et le terrain perdu, à partir d’enquêtes de terrain approfondies sur ces objets de recherche sensibles et parfois éphémères.

Since the 2011 uprising in Egypt, gender issues have emerged in various forms within revolutionary or reactionary protest movements and more broadly, in the framework of the social transformations occurring in and around these waves of mobilization.

As relationships between citizens and State authorities have been challenged, altered then pushed back in a reactionary direction, how have gender relationships been contested since 2011? What new imaginations of gender, which new roles and identities have been claimed? What mobilizations have developed to confront the shocking rise of gender-based violence in the politicized public sphere?

Four years after the revolutionary period began, this issue of Égypte/Monde arabe explores new struggles related to gender in Egypt through the lenses of sociology, anthropology and political science. Scholars, experts and/or activists share with us a range of scientific and analytical perspectives, and insider accounts of these struggles and changes, of experience gained and ground lost, based on in-depth fieldwork on sensitive and sometimes transient research objects.

12 | 2015 – Evolution des systèmes médiatiques après les révoltes arabes

EMA 12 2015 Evolution des systèmes médiatiques après les révoltes arabes
ISBN 9782905838858

Les révoltes arabes obligent à remettre en question les approches théoriques portant sur le rôle des médias dans la région. Plus que toute autre discipline, l’étude des médias a été l'objet de profonds bouleversements et a connu d'importants changements de perspective au cours de ces dernières années. D'abord considérés comme outils fondamentaux des processus de transformation politique et sociale, ils tendent en effet aujourd'hui à être tenus comme les principaux responsables de l’échec des révolutions.
Les analyses effectuées par les auteurs réunis dans ce numéro proposent une lecture innovante et plus nuancée des processus médiatiques, donnant ainsi à voir un contexte particulièrement diversifié, en proie à des changements radicaux mais aussi à des obstacles apparemment insurmontables. Les articles se focalisent en particulier sur une relecture de l’impact des nouvelles technologies dans la région et proposent une remise en question de la relation entre les médias et les contestations, aussi qu'une étude des points d'intersections entre les différents médias (graffitis, social web, médias traditionnels), lesquels tendent aujourd'hui à constituer des systèmes hybrides aux effets difficilement prévisibles.
 

The Arab revolts have forced us to re-evaluate our theoretical approaches and many of our assumptions on the role of media in the Arab region. In fact, radical changes of perspective have affected the study of media in the Arab region over the last four years. Whereas in the aftermath of the 2011 revolts media were considered to be crucial instruments in fostering profound socio-cultural transformations, today they are accused of being in part responsible for the failure of the Arab revolutions.
This collection brings together the work of scholars who offer innovative and more nuanced interpretations of communication processes in the Middle East and North Africa after 2011. In particular, the essays collected here re-examine the relationship between media and politics of dissent, as well as the impact of new technologies in the region. They describe a particularly vital and hybrid media environment, in which different tools – graffiti, social web, traditional media – interact together, with effects that are difficult to predict.
 

Evolution des systèmes médiatiques après les révoltes arabes

EMA 12 2015 Evolution des systèmes médiatiques après les révoltes arabes
ISBN 9782905838858
Les révoltes arabes obligent à remettre en question les approches théoriques portant sur le rôle des médias dans la région. Plus que toute autre discipline, l’étude des médias a été l'objet de profonds bouleversements et a connu d'importants changements de perspective au cours de ces dernières années. D'abord considérés comme outils fondamentaux des processus de transformation politique et sociale, ils tendent en effet aujourd'hui à être tenus comme les principaux responsables de l’échec des révolutions. Les analyses effectuées par les auteurs réunis dans ce numéro proposent une lecture innovante et plus nuancée des processus médiatiques, donnant ainsi à voir un contexte particulièrement diversifié, en proie à des changements radicaux mais aussi à des obstacles apparemment insurmontables. Les articles se focalisent en particulier sur une relecture de l’impact des nouvelles technologies dans la région et proposent une remise en question de la relation entre les médias et les contestations, aussi qu'une étude des points d'intersections entre les différents médias (graffitis, social web, médias traditionnels), lesquels tendent aujourd'hui à constituer des systèmes hybrides aux effets difficilement prévisibles.
The Arab revolts have forced us to re-evaluate our theoretical approaches and many of our assumptions on the role of media in the Arab region. In fact, radical changes of perspective have affected the study of media in the Arab region over the last four years. Whereas in the aftermath of the 2011 revolts media were considered to be crucial instruments in fostering profound socio-cultural transformations, today they are accused of being in part responsible for the failure of the Arab revolutions. This collection brings together the work of scholars who offer innovative and more nuanced interpretations of communication processes in the Middle East and North Africa after 2011. In particular, the essays collected here re-examine the relationship between media and politics of dissent, as well as the impact of new technologies in the region. They describe a particularly vital and hybrid media environment, in which different tools – graffiti, social web, traditional media – interact together, with effects that are difficult to predict.

11 | 2014 – Ville et révolution en Égypte

Couverture EMA n° 11 - Ville et révolution en Égypte
ISBN 978-2-905838-84-1

Trois ans se sont écoulés depuis la révolution du 25 janvier, autant de temps pour observer le jeu des acteurs urbains pris dans la transition politique en Égypte. Comment pouvoirs publics, urbanistes et citadins s’inscrivent-ils dans la mécanique de changement enclenchée en 2011 ? Quels repositionnements peut-on observer sur la scène politique et professionnelle ? Quelles évolutions des modes d’action ?

Mobilisations, contestation des politiques urbaines et réinvention des pratiques urbanistiques : avec l’ambition de reconsidérer les dynamiques urbaines à l’aune des changements politiques et sociaux qui secouent l’Égypte depuis 2011, ce dossier fait état de la mutation de l’action et de l’imaginaire urbanistique alors que le pays vit un moment critique de son histoire contemporaine.

The three years that have gone by since the January 25 revolution have offered us the opportunity to observe urban actors amid the political transition in Egypt. How do public authorities, urban planners, and citizens take part in the dynamic of change that was sparked in 2011? What shifts on the political and professional scene can be noticed? What evolutions in the modes of action?

Mobilizations, contestation of urban policies, the reinvention of urban practices: this issue investigates urban dynamics in light of the deep political and social changes that have been shaking Egypt since 2011. It scrutinizes the mutation happening in the urban actions and imagination while the country experiences a critical moment of its modern history.

11 | 2014 – Ville et révolution en Égypte

Couverture EMA n° 11 - Ville et révolution en Égypte
ISBN 978-2-905838-84-1

Trois ans se sont écoulés depuis la révolution du 25 janvier, autant de temps pour observer le jeu des acteurs urbains pris dans la transition politique en Égypte. Comment pouvoirs publics, urbanistes et citadins s’inscrivent-ils dans la mécanique de changement enclenchée en 2011 ? Quels repositionnements peut-on observer sur la scène politique et professionnelle ? Quelles évolutions des modes d’action ?

Mobilisations, contestation des politiques urbaines et réinvention des pratiques urbanistiques : avec l’ambition de reconsidérer les dynamiques urbaines à l’aune des changements politiques et sociaux qui secouent l’Égypte depuis 2011, ce dossier fait état de la mutation de l’action et de l’imaginaire urbanistique alors que le pays vit un moment critique de son histoire contemporaine.

The three years that have gone by since the January 25 revolution have offered us the opportunity to observe urban actors amid the political transition in Egypt. How do public authorities, urban planners, and citizens take part in the dynamic of change that was sparked in 2011? What shifts on the political and professional scene can be noticed? What evolutions in the modes of action?

Mobilizations, contestation of urban policies, the reinvention of urban practices: this issue investigates urban dynamics in light of the deep political and social changes that have been shaking Egypt since 2011. It scrutinizes the mutation happening in the urban actions and imagination while the country experiences a critical moment of its modern history.

10 | 2013 – Les élections de la révolution (2011-2012)

Couverture EMA n°10
ISBN 978-2-905838-81-0

Le paradoxe des élections égyptiennes de 2011-2012 est qu’il s’agit d’élections « fondatrices », dont les effets institutionnels ont tous été annulés avant terme. Entre les deux séquences révolutionnaires du 25 janvier 2011 et du 30 juin 2013, les électeurs égyptiens se sont en effet rendus cinq fois aux urnes, pour approuver deux textes constitutionnels depuis lors annulés, élire deux assemblées aujourd’hui dissoutes, et choisir un président de la République désormais démis de ses fonctions. Ces différentes opérations électorales n’en demeurent pas moins les premières élections libres organisées au sortir de six décennies d’autoritarisme, et elles ont contribué – plus sans doute que tout autre événement – à renouveler les acteurs du jeu politique égyptien et à bouleverser leurs pratiques.

Les contributions rassemblées dans cette livraison d’Égypte/Monde arabe se concentrent surtout sur les élections législatives, qui constituent un enjeu crucial dans la renégociation en cours du pacte liant l’État égyptien à la société. Leurs auteurs – de jeunes chercheurs issus de différentes disciplines des sciences sociales – ont traité durôle des représentations dans la phase de transition, mais aussi de la création de nouveaux partis politiques issus de plusieurs secteurs de la société, et enfin de la reconfiguration des enjeux politiques locaux. Les articles réunis dans ce dossier montrent ainsi comment ces élections, à la fois baromètre et enjeu des transformations en cours, occupent une place centrale dans cette période charnière de l’histoire égyptienne.

Paradoxically, even though the Egyptian elections of 2011-2012 are regarded as being “founding elections”, all their results have since been annulled. Between the two revolutionary moments of the 25th January 2011 and the 30th June 2013, five elections were conducted in Egypt: two were held in order to approve constitutional documents, which have since been canceled, two others focused on the election of members to two assemblies, which have since been dissolved, and one was held in order to elect the president of the Republic, thereafter ousted. Nevertheless, these various electoral activities still constitute the first to be organized after six decades of authoritarianism, and they contributed–most probably more than anything else–to the revival of Egyptian political players and to changes in their practices.

The contributions gathered in the present volume of Égypte/Monde Arabe focus mainly on the Parliamentary elections, which are a crucial element in relation to the current balance in relations between the Egyptian state and society. The authors–young researchers from many disciplines within the social sciences field–address the role of representations in a period of transition, the creation of several political parties which have stem from numerous sections of civil society, and the reconfiguration of power balances at the local political level. While the 2011-2012 elections represent a barometer of the ongoing political changes, they also constitute the actual heart of the struggle between the various political players during this crucial period of Egyptian history.