Archives de catégorie : Migrations

Ester Serra Mingot’s PhD research on « Transnational Social Protection. How Sudanese migrants in the Netherlands and the United Kingdom and their families in Sudan make use of social protection, locally and transnationally »

CV_picEster Serra Mingot, PhD Candidate at the Faculty of Arts and Social Sciences in Maastricht University is currently doing her PhD on « Transnational Social Protection. How Sudanese migrants in the Netherlands and the United Kingdom and their families in Sudan make use of social protection, locally and transnationally ».

In Sudan, CEDEJ Khartoum will support her fieldwork.

Here is a brief extract of Ester Serra Mingot’s research plan:

« This study, thus, investigates how Sudanese migrants in the Netherlands and the UK, and their families, in Sudan, make use of different forms of social protection, locally and across borders. I will do this by answering the main research question:
“How do Sudanese migrants in the Netherlands and the UK and their families in Sudan make use of different forms of social protection, locally and across borders?”

In order to answer this question, four sub-questions have been identified:

  • What forms of social protection do Sudanese transnational families use, in order to receive and provide protection?
  • Are different forms of social protection used to address different needs, and if so how?
  • What factors of receiving country contexts influence the forms of social protection used?
  • How do the different forms of social protection affect the relationships between the migrants and their families ‘back home’?

Appel à contributions « Migrations contemporaines, territorialité, information et communication médiatisées » (jusqu’au 20 juin 2016)

Ce colloque international se tiendra les 03 et 04 novembre 2016 à la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont Ferrand (MSH). Il s’inscrit dans la stratégie scientifique pluridisciplinaire de la MSH et entre dans le cadre d’un programme de recherche pluridisciplinaire financé par cette institution et dont le sujet porte sur « les Migrations et les liens sociaux : vers des innovations territoriales» (MILISOC). Ce projet interdisciplinaire, coordonné par Khaled Zouari et Mauricette Fournier, associe des enseignants-chercheurs des laboratoires de recherche suivants : Communication et Solidarité (EA 4647),  CERAMAC (EA 997), Geolab, ACTé et Pacte Grenoble.

Télécharger la version intégrale de l’appel à communication

DATES À RETENIR (ÉCHÉANCIER)

20 Juin 2016 DATE LIMITE de dépôt des résumés (anciennement 29 mai) : une prémière page pour mentionner les informations suivantes : Acronym + nom et prénom de l’auteur, fonction, institution d’appartenance, adresse électronique numéro de téléphone, numéro de l’axe. Une deuxième page de résumé de la conférence : 3 000 à 4000 signes. Dépôt des résumés uniquement sur le site du colloque :https://migratic2016.sciencesconf.org/user/submit

12 Juin 2016 30 juin 2016 : Nouvelle date de réponse du comité scientifique aux auteurs.

25 septembre : Date limite d’inscription au colloque (inscription payante : 80 euros pour les enseignants chercheurs, 50 euros pour les doctorants). Adresse d’inscription : https://migratic2016.sciencesconf.org/

30 septembre 2016 : envoi de l’article complet en version numérique (entre 25 000 et 30 000 signes espaces compris) : Dépôt des articles sur le site du colloque : https://migratic2016.sciencesconf.org/user/submit

25 octobre 2016 : mise en ligne des actes numériques.

Jeudi 03 et vendredi 04 novembre 2016 : tenue du colloque à la MSH de Clermont Ferrand.

15 février 2017 : envoi des articles sélectionnés pour publication dans un ouvrage collectif.

30 juin 2017 : publication d’un ouvrage collectif qui recense les meilleures communications.

Contact : Pour tout renseignement complémentaire, veuillez contacter : 

Khaled Zouari : khaled.zouari@univ-bpclermont.fr 

Florine Garlot : florine.cerapcoop@gmail.com

CEDEJ Khartoum’s research activities on migration

In 2015 and 2016, CEDEJ Khartoum particularly invested in migration issues (through scientific events, researchers and PhD students’ fieldwork).

 

IMG_9604A scientific conference, organized by CEDEJ Khartoum, CFEE in Addis Ababa and the University of Khartoum entitled “Migration and Exile in the Horn of Africa: State of Knowledge and Current Debates” was held in November 2015 in Khartoum: for two days this major event brought together about forty researchers specialized in the field of migrations in the Horn of Africa.

♦♦♦

picture-115Dr Catherine Wihtol de Wenden is a renowned specialist on migration.

During her visit in CEDEJ Khartoum, we screened the documentary « Time to look at girls: migrants in Bangladesh and Ethiopia »(directed by Marco Speroni, 31 minutes – 2015), produced and researched by Katarzyna Grabska, Nicoletta Del Franco and Marina De Regt.

Affiche-film2

♦♦♦

  • Dr Katarzyna Grabska’s field research on patterns of return and displacement movements of South-Sudanese en route to Sudan/Ethiopia as a result of the civil conflict in the South.

In January 2016, CEDEJ Khartoum organized the book launch of her book « Gender, Home & Identity: Nuer repatriation to Southern Sudan » (James Currey, 2014) at the University of Khartoum.cover photo

♦♦♦

  • Film screening/debate about migration in March 2016: “Days of hope”, by the Danish director Ditte Haarlov Johnsen

“DAYS OF HOPE” (2013, 74 min) – Every year thousands of Africans leave their families behind and risk their lives in hope of a better life. “Days of Hope” brings us close to these people, providing an inside look at the struggles these emigrants face.

Dr Kasia GRABSKA and Dr Azza AZIZ, anthropologists with interest in migration issues, lead an after-screening discussion of the film.

♦♦♦

« The border between the Central African Republic and Sudan has always been porous and the Central African’s presence in Darfur is old. However, the migration of Central African in Khartoum seems to be more recent and linked with the troubles since the putsches of François Bozize and Michel Djotodia. This small community has still a low visibility and has not been studied since now. I focus my study on why and how they left the Central African Republic and came into Sudan. I try to find which networks lead them up to Khartoum and help to their integration. I also ask the question of the status of these migrants. This last point reveals a link between the refugees and the students. Actually, the main network for the Central African to integrate them in Khartoum seems to be the International University of Africa. » – Khadidja Medani

♦♦♦

  • Miralyne Zeghnoune’s ongoing fieldwork on Sudanese migrants in France and in Sudan.

Miralyne Zeghnoune, a master student, is currently collecting data on Sudanese migrants’ conditions in France (migratory route, reasons for leaving, future projects, connections with the family in Sudan, etc.). After two-month fieldwork in France (Paris, Lyon, Calais), she will study in Khartoum these migrants’ family and entourage (initial project, administrative procedures, contacts with the migrant, etc.).

♦♦♦

  • Alice Koumurian’s fieldwork on Syrian migrants (since 2011) in Khartoum.

Undeniably, the phenomenon of the increasing flow of Syrians coming to Sudan, resulting from the closing of the Turkish border coupled with the facility of entrance to Sudan due to the fact that they do not need a visa to enter Sudan and permission of stay is not unduly complicated, also requires the collection and analysis of data.

♦♦♦

 

La présence espagnole en Isère et dans le Rhône entre 1936 et 1939, accueil et insertion des populations

  • Par Louis Verger
  • Master 1 sous la direction de Claire Zalc

Au cours de l’entre-deux-guerres, la France a été une terre de forte immigration à la fois en provenance de l’Empire colonial et des autres pays européens. Cette immigration, encouragée et même organisée par le gouvernement et les entreprises fut, selon les périodes, les contextes économiques et politiques, plus ou moins bien acceptée par la population française. A la fin des années 1930, le délitement du Front Populaire et le contexte international de plus en plus tendu conduisent à un rejet de l’immigration et des étrangers par l’opinion publique de plus en plus xénophobe. C’est également au cours de cette période qu’éclate en Espagne la Guerre Civile suite au pronunciamiento du général Franco en juillet 1936. Dès le début, puis surtout à partir de 1939 et la chute de Barcelone, ce conflit pousse environ 455000 personnes sur les routes de l’exil en direction de la France. Durant les dernières années avant la Seconde Guerre mondiale cohabitèrent donc en France deux populations espagnoles différentes, l’une issue de l’immigration d’avant 1936, majoritairement économique, et l’autre composée d’exilés politiques poussés à chercher un refuge en France, alors l’une des dernières démocraties continentales de l’Europe de l’Ouest. Se pose donc la question du traitement différencié par les autorités de ces deux groupes, et des variations de statuts entre ressortissants d’un même pays.

Ce travail adopte une approche à l’échelle locale et prend pour point de départ la question du statut, ou justement de l’absence de statut de ces deux populations au niveau départemental. Les préfets, représentants de l’exécutif dans le département étaient ainsi chargés de contrôler leur population, et en particulier les étrangers dès 1938. Nous essayons également de montrer comment les autorités prirent en charge les Espagnols arrivant en France dépourvus de ressources et fuyant la guerre par la mise en place de structures d’hébergement au travers d’un système de camps d’internement. Pour cela nous nous appuyons sur le cas du département de l’Isère, concerné par ces politiques d’accueil d’urgence dans une mesure raisonnable en termes d’effectifs à héberger. Enfin, un autre axe de notre travail porte sur la mise en place d’un véritable réseau de solidarité, organisé à l’échelle européenne et mondiale, mais ayant également des représentations à l’échelle locale au travers d’associations et de groupes antifascistes. L’étude de ces réseaux permet de montrer les concordances et les divergences entre les associations à caractère politique et les associations proprement humanitaires en fonction des populations qu’elles aident en priorité.

Cette étude locale, permet donc de mieux comprendre comment, à l’échelle de deux départements, les autorités gérèrent une problématique de l’immigration tendue dans un contexte social crispé et xénophobe.

CfP « The Middle East and North African Migration Studies in a Time of Crisis » (jusqu’au 1er juillet 2016)

The Moise A. Khayrallah Center for Lebanese Diaspora Studies will host an international conference—titled The Stakes of Middle East and North Africa Migration Studies—at North Carolina State University (Raleigh, North Carolina, USA) on April 21 & 22, 2017.

This conference will consider the problematics of studying human movement to, from, and within the Middle East and North Africa in a time of mass displacement and multiple refugee “crises.” The region has long been defined by conflict and danger; conceived of as a place of flight and exile and expulsion, it has been imagined as the distorted obverse of a “Europe” or “America” imagined as spaces of refuge and safety. It is clear, then, that scholars working on Middle Eastern and North African migrations have much to contribute to discussions prompted by the wave of displacements the region is currently witnessing, from Syria and Iraq to Yemen and Libya.

The conference organizers welcome proposals along three axes. The first considers contemporary flows of refugees, displaced peoples and migrants, and the varying responses states and non-governmental organizations have developed to deal with these people in movement. The second, meanwhile, focuses on past patterns of Middle Eastern and North African movement (forced or voluntary), and the ways in which examining these may aid our understanding of the current moment. Conversely, the last of these axes concentrates on the ways in which the crisis in movement we are currently witnessing may pose new questions and methodological and theoretical challenges for scholars interested in movement, compelling us to revise our understanding of Middle Eastern and North African migrations and to refashion the tools we use to examine these flows.

The conference seeks to adopt an explicitly multi-disciplinary approach, and we therefore encourage proposals from scholars in history, anthropology, sociology, and geography, cultural and postcolonial studies and comparative literature as well as those in migration studies and area studies who seek to interrogate and reconsider the boundaries between different regions – the Middle East and North Africa, Europe, North and South America, etc. – and categories of moving people – migrants, refugees, displaced people –

Proposals may address the following questions:

  • – Is our present-day moment shifting the historical and conceptual boundaries between “refugee studies” and “migration studies?”
  • – How is the present-day “refugee crisis” redrawing the lines between so-called world areas and the institutionalized study of them?
  • – How have communities in and from the Middle East and North Africa responded to protracted and repeated forced displacement?
  • – How have refugees in, across and from the Middle East and North Africa prompted the construction of new exclusionary discourses and the recasting of older Orientalist tropes?
  • – In a region where displacement is characterized as “endemic,” how have categories of citizen and foreigner, host and refugee, home and exile, emplacement and displacement been reconfigured and reimagined?
  • – Are the humanities – themselves often characterized as plagued by a sense of “crisis – equipped to cope with the current “humanitarian crisis”?
  • – To what extent has displacement been a tool of state building, or a consequence of state collapse? What has been the relationship between displacement, war, and underdevelopment?
  • – What are the historical and conceptual tensions between social sciences and social work, especially in view of the resettlement of refugees and the recruitment of researchers in the process?

Please send paper proposals in MS Word or PDF format via email to the organizers at the following address: akhater@ncsu.edu. Proposals should have a title and abstract of no more than 300 words, and should include contact information and institutional affiliation.

We welcome proposals from graduate students, early-career researchers as well as established scholars.

The Moise A. Khayrallah Center for Lebanese Diaspora Studieswill provide financial support to help fund travel. In addition, the Center will provide accommodation and meals. Some papers will be selected for subsequent publication in Mashriq & Mahjar: Journal of Middle East Migration Studies.

The deadline for receipt of paper proposals is Friday July 1, 2016. Successful applicants will be informed by Friday, September 2, 2016.

Appel à candidature pour la 1ère université d’été du réseau Migrations – Agadir, 29 août au 4 septembre 2016 (date limite 11 mai 2016)

Le Réseau Migrations a le plaisir de vous informer de l’appel à candidature qu’il lance pour la tenue de sa première Université d’Eté qu’il organise à l’Université d’Ibn Zohr d’Agadir au Maroc du 29 août au 4 septembre 2016. La thématique de l’Université d’Eté porte sur les « Migrations et migrants au cœur du faire politique ». Encadrée par un comité scientifique composé de membres du Réseau Migrations et animée par des chercheurs spécialistes des phénomènes migratoires, cette semaine de réflexion articulera des ateliers de travail par axes de recherche ciblés pour les doctorant.e.s retenu.e.s, des conférences plénières, des tables-rondes avec des acteurs de la société civile ouvertes au public et des sorties de découverte du milieu local pour les participants. Le laboratoire MIGRINTER de l’Université de Poitiers et l’Observatoire Régional des Migrations, Espaces et Sociétés (ORMES) de l’Université Ibn Zohr d’Agadir sont partenaires de cet événement. Pour candidater, le ou la doctorant.e doit mener une recherche qui s’inscrit partiellement ou totalement dans un ou plusieurs des axes de l’argumentaire proposé. Le dossier de candidature doit être envoyé avant le 11 mai 2016 à l’adresse suivante : universite.reseaumig@gmail.com.

Pour plus d’informations, consultez l’appel à communication Université d’été Agadir 2016

Appel à contributions « Mobilités, migrations inter-transnationales et réseaux sociaux : regards croisés empiriques et méthodologiques »

La difficulté à saisir les mobilités contemporaines suscite un renouvellement des études nécessaire pour cerner à la fois les figures des migrants, les formes territoriales imaginaires ou matérielles (instituées et/ou construites par les individus) et les modalités du mouvement (circulation, immigration, retour, exode, passage, …). Aucune de ces dimensions ne semble suffire à elle seule pour restituer de manière convaincante les contours labiles des migrations contemporaines dans un contexte de mondialisation où territoires et réseaux se croisent à différents niveaux (Tarrius, Portès, Simon, Faret, Cortès, Urry, Glick-Schiller).

Depuis une vingtaine d’années, les terrains que les chercheurs ont observés et analysés sont transformés par différents processus de mise en réseau (Hily, Berthomière et Mihaylova, 2004). Les populations croisées, qu’elles soient en migration ou en mobilité internationales (professionnelles, étudiantes, forcées, environnementales, etc.), non seulement font évoluer les appartenances et constructions identitaires, mais questionnent aussi les lieux et espaces traversés. En dépit de frontières existantes toujours plus rigides (géographiques, administratives, politiques ou symboliques), les acteurs en/du mouvement, par leur mobilité, contribuent à d’importants changements sociaux et à des recompositions spatiales considérables.

Ce numéro a pour ambition de regarder les mobilités internationales, dont les migrations inter- et transnationales et les réseaux qui les constituent et les sous-tendent, et leurs différentes temporalités. Il s’agit par-là de dépasser toute approche qui serait uniquement limitée aux acteurs (candidat-e-s à la migration, agents institutionnels et politiques, société civile), ou aux lieux (villes de départ, villes d’arrivées, lieux de transit, …), ou aux espaces (quartiers, camps formels et informels, espaces d’enfermement, ..), ou aux modalités de migration en tant que tels, mais bien d’articuler ces différentes composantes/dimensions, dans la mesure où les mobilités inter- ou transnationales des personnes et leurs formes réticulaires (dont diasporiques) interrogent sans cesse les États-nations, travaillés à la fois dans leurs frontières et leurs identités.

L’objectif de ce numéro est de souligner et de décrypter les processus de constitution des réseaux de mobilités et de migrations internationales, l’émergence ou le déclin de certaines formes de réseaux (sociaux, familiaux, transnationaux, réseaux claniques ou de reconnaissance communautaire, confessionnels, d’expérience migratoire ou de circulation, …) qui sont soient activées ou réactivés selon les parcours des uns et des autres, pour un temps court ou plus long. Il est attendu des textes de nature empirique et/ou méthodologique, proposant des approches diachroniques et/ou synchroniques. Les terrains pouvant être situés autant au(x) Nord(s) qu’au(x) Sud(s), avec des niveaux d’analyse allant du local au global. Les terrains multi-scalaires seront très appréciés. Provenant d’un large spectre de disciplines relevant des SHS (sociologie, anthropologie, géographie, histoire, science politique), ce numéro d’EPS se penche sur les articulations entre mobilités et migrations internationales d’une part et réseaux sociaux de l’autre.

Les articles attendus traiteront, généralement de manière croisée, des questions suivantes :

  • réseaux et accès aux ressources de la mobilité et de la migration ;

  • réseaux et compétences transformés par/dans le mouvement ;

  • reconfigurations spatiales et temporelles des réseaux et des mobilités

  • réseaux personnels dans le parcours migratoire ;

  • visualisations et représentations graphiques et cartographiques des réseaux sociaux des migrant-e-s ;

  • Constructions et dépassement des frontières et des identités des territoires (des lieux d’enfermement aux États-nations).

Calendrier 

Résumés : 31 mai 2016

Articles : 31 octobre 2016

Contacts

Hasnia-Sonia Missaoui (Maître de Conférences, Sociologie, Université Jean-Jaurès Le Mirail, LISST-Cers)
missaoui@univ-tlse2.fr

Stéphanie Lima (Maître de Conférences, Géographie, Université Jean-François Champollion, LISST-Cieu)
stephanie.lima@wanadoo.fr

Jérôme Lombard (Directeur de Recherche, géographie, IRD, UMR Prodig)
jerome.lombard@ird.fr

Appel à communication Ecole d’été CHERPA-Sciences Po Aix “Le gouvernement des migrations en Méditerranée. Acteurs, normes, espaces, dispositifs” (25 mars 2016)

Chaque année, en juin, l’École d’été du CHERPA réunit à Sciences Po Aix de jeunes chercheurs pour une semaine (du lundi au vendredi inclus) d’échanges autour de leurs recherches doctorales en cours. Cet événement propose plusieurs formules de communications et de débats.

1) Les sessions « Fabrique des thèses » offrent aux doctorants du CHERPA l’opportunité de soumettre l’état d’avancement de leurs travaux à une discussion collective. C’est l’occasion pour eux de confronter leurs approches, leurs méthodes et leurs hypothèses au regard d’autres chercheurs.

2) Dans le cadre de ses « conférences thématiques », l’École d’été du CHERPA propose aux doctorants et jeunes docteurs de sciences sociales (Science Politique, Droit, Sociologie, Histoire, Économie, Anthropologie, Géographie) du CHERPA et des autres centres de recherche de répondre à un appel à communications pour venir y présenter leurs travaux en lien avec le sujet retenu comme l’axe thématique transversal de la semaine de communications et de débats. Les communications sélectionnées sont discutées par des chercheurs confirmés.

3) L’École d’été accueille également un cycle de « grandes conférences » qui sont prononcées par les grands spécialistes du thème mis en exergue. Le projet consiste à transformer la session 2016 de cet événement en « École d’été des études euroméditerranéennes » consacrée au thème du «gouvernement des migrations en Méditerranée». En ouvrant l’appel à communications et les invitations de conférenciers en direction des universités et centres de recherche de tout le pourtour méditerranéen, l’objectif est ainsi de créer une semaine de rencontre scientifique internationale réunissant des chercheurs et jeunes chercheurs venant des multiples rives de la Méditerranée.

4) Les sessions « Programme Off » sont préparées et animées par les doctorants du CHERPA qui y échangent et débattent autour des enjeux de la thèse en sciences sociales (méthodes, techniques d’enquête, cadre théorique, rapport au terrain, processus d’écriture, etc.).

Au sud et au nord de la Méditerranée, les formes et l’intensification qui caractérisent ces dernières années le phénomène migratoire possèdent de multiples dimensions – économiques, sociales, urbaines, culturelles, institutionnelles et politiques – dont les SHS cherchent à saisir les causes, les tendances et les effets.

Parmi les questions qui posent un défi à la connaissance académique, on peut citer les suivantes :

  •   Les dimensions localisées des migrations (frontières, camps, murs, espaces urbains…)
  •   Pratiques et groupes confessionnels (associations communautaires, ONG, revival, conversions ; etc.)
  •   Normes, politiques et dispositifs publics (asile, accueil et gestion des populations, rhétorique sécuritaire)
  •   Économie politique des circulations, des mobilités et des migrations (rationalisation et technicisation des stratégies de migration ; niches économiques des migrants ; impacts sociaux et territoriaux des remittancies ; réseaux criminels, mafias et économie migratoire
  •   Politisation de l’altérité (le réinvestissement politique, électoral et partisan des « identités » ; mouvements collectifs ; redéfinition du vivre-ensemble ; mythe national et communautés imaginées)
  •   Le cadrage social et représentations des migrations (les figures multiples du migrant ; traitement journalistique de la question et des « crises » migratoires ; événementialisation et émotions dans la mise en problème du fait migratoire ; la dialectique sécuritaire / humanitaire)

Modalités de soumission

Les doctorants et jeunes docteurs devront fournir pour le 25 mars 2016 au plus tard à l’adresse suivante recherche@sciencespo-aix.fr leur proposition de communication (2 pages maximum). Le texte comportera en tête les informations suivantes :

  •   Nom du doctorant ou docteur
  •   Titre de la thèse
  •   Directeur de la thèse
  •   Institution d’appartenance
  •   Nombre d’année d’inscription en thèse
    Le comité de sélection informera les auteurs le 8 avril 2016Les textes complets (30 000 à 40 000 caractères tout compris) des communications sélectionnées devront parvenir le 1er juin 2016 au plus tard à l’adresse suivante : recherche@sciencespo-aix.fr

3° Séminaire Annuel du Réseau Migrations – La Migration, au Miroir des Arts, et des Questions d’Ethique

Le Réseau Migrations a le plaisir de vous informer de l’appel à communication qu’il lance pour son troisième Séminaire Annuel qu’il organise à la M.S.H.S. de Poitiers, accueilli par le laboratoire MIGRINTER de l’Université de Poitiers, France, le 20 Juin 2016.

Nous aborderons lors de ce Séminaire Annuel la double thématique : « La Migration, au miroir des Arts, et des Questions d’Éthique ».

RESMIG-SEMANN-3-AFFPour accéder à l’appel, cliquez ici.

Cette journée sera en partie dédiée à la vie du réseau et à la création d’un espace informel de discussion pour les chercheurs dans les études migratoires, dans la continuité des premiers événements scientifiques organisés par le Réseau depuis Juin 2014. L’idée est de créer un cadre informel d’échanges et de discussions où tous les participants pourront évoquer leurs travaux et leurs réflexions, parallèlement et au-delà de la thématique fixée pour l’événement.

La date limite de soumission des propositions de communication est fixée au 15 mars 2016 inclus.

Pour les personnes qui interviendront lors de cette journée sous la forme d’une communication ou d’un poster, des possibilités de financement sont envisageables. (Renseignements: organisationreseaumig@googlegroups.com). Et pour toute demande d’informations complémentaires : bettyrouland@hotmail.frEn espérant vous trouver nombreux pour cet événement !

Les comités scientifiques et logistiques – pour le troisième Séminaire Annuel du Réseau Migrations

Call for applications – Doctoral scholarships CEDEJ-UofK

The CEDEJ Khartoum and the University of Khartoum offer two one year-doctoral scholarships to PhD candidates in Social Sciences and Humanities.

Eligibility:

Applicants must be registered as PhD candidates at the University of Khartoum. This scholarship does not cover the registration fees at the University of Khartoum. The scholarship is open to candidates in Social Sciences and Humanities: Sociology, Geography, Political Science, Anthropology, Economy and Law.

Description:

This scholarship is the result of a partnership between the University of Khartoum and the Center of Studies and Documentation in Economy, Law and Social Sciences (CEDEJ) in Khartoum. The scholarship lasts 12 months and allows students to do their research activities under the best possible conditions. The gross monthly scholarship amount is 2000 SDG. The two successful candidates will also have access to a workspace at the CEDEJ and to the documentation center. They will have to present the progress of their research twice a year in PhD seminars organized in CEDEJ or at the University of Khartoum.

Application and Selection:

Candidates have to apply before February 18th, 2016. A detailed CV, a motivation letter and a research PhD project (5 to 8 pages) must be sent by email to cedejkhartoum@gmail.com. Applications have to be written in English. Minimal knowledge of English is therefore required. The scholarships will start around mid-March 2016.

The selection will focus on the following themes:

Political Islam and processes of radicalization
– Urban studies
– Migrations
– Political Economy

The selection committee will be composed of:

– Dr Hassan Haj Ali, Dean of the faculty of Economic and Social Studies at the University of Khartoum
– Dr Alice Franck, Coordinator of CEDEJ Khartoum, University Paris 1 Panthéon Sorbonne
– Dr Atta el-Battahani, Professor in Political Science at the University of Khartoum
– Dr Ibtissam Satti, University of Khartoum
– Dr Katarzyna Grabska, Project Coordinator at the Global Migration Centre in the Graduate Institute in Geneva

After a pre-selection, candidates will be interviewed by the selection committee a few days after the application deadline.