Archives de catégorie : Balnéorient

Les thermes byzantins de Taposiris Magna : campagne 2015

Par Joachim Le Bomin (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Dans le cadre de l’étude de la ville romaine et byzantine de Taposiris Magna (Maréotide/Égypte), une quatrième campagne de fouille, dans la poursuite des opérations engagées par M. El-Amouri (Ipso-Facto) et Th. Fournet (IFPO Amman), a été effectuée dans les thermes byzantins de la ville moyenne[1]. Ces travaux s’intègrent dans le programme d’étude des bains byzantins de Maréotide engagé sous la direction de Th. Fournet et B. Redon (HiSoMA) et soutenu par les programmes Balnéorient et « Bains antiques et médiévaux » de l’IFAO.

Plan d'ensemble de la vile de Taposiris Magna, localisation des thermes byzantins (Plan Th. Fournet / MAFT 2015)

Plan d’ensemble de la vile de Taposiris Magna, localisation des thermes byzantins (Plan Th. Fournet / MAFT 2015)

Situés à 20 mètres à l’ouest de la grande voie dallée descendant du sanctuaire d’Osiris (converti en camp militaire), au port lacustre, ils s’organisent sur 40 x 18 m au maximum, selon un axe nord-est/sud-ouest dont seule la partie orientale d’accueil et d’usage est actuellement dégagée (à l’ouest, un épais remblai recouvre les salles de service et une partie des salles chaudes). Des fouilles anciennes ont été identifiées mais aucune archive n’a été, pour le moment, retrouvée.

En 2015, l’attention s’est portée sur la partie nord-ouest des thermes, soit sur les niveaux de service supérieurs. Une citerne de 8m 3, ayant connu plusieurs réaménagements, a été dégagée. D’épais niveaux de cendres, vestiges probables du fonctionnement des fours, ont également été trouvés. D’autre part, un sondage stratigraphique accolé contre le bâtiment, à l’extérieur, a permis de définir la chronologie du bâtiment entre la fin du ve s. et le début du viie s. apr. J.-C. Le terminus ante quem de l’abandon du bâtiment est donné par le mobilier céramique, homogène, présent dès les niveaux de destruction et de dépotoir. Le matériel comprend majoritairement des amphores d’importations méditerranéennes du Levant, de Chypre et de Cilicie et une grande quantité de pots à saqia.

Plan d'ensemble simplifié des bains byzantins de Taposiris Magna en fin de campagne 2015 (MAFT)

Plan d’ensemble simplifié des bains byzantins de Taposiris Magna en fin de campagne 2015 (M. El-Amouri / Th. Fournet / M. Vanpeene – MAFT 2015)

Parallèlement aux travaux de terrain, l’étude architecturale vise à définir le plan du complexe thermal et ses aménagements au cours de ses 100 à 150 années de fonctionnement. Il semble qu’au moins lors de la dernière phase, il s’agisse de thermes doubles à deux parcours rétrogrades (système fréquent dans les thermes romains tardifs et byzantins de Maréotide) séparant peut-être les hommes des femmes de l’exercice hygiénique et social que constitue la pratique des thermes.

Vue des thermes depuis le sommet du dépotoir à l’ouest, avec une partie des salles d’usages du complexe et la cour à galeries (MAFT 2015).

Vue des thermes depuis le sommet du dépotoir à l’ouest, avec une partie des salles d’usages du complexe et la cour à galeries (J. Le Bomin – MAFT 2015).

Les prochaines campagnes s’attacheront à dégager le reste des pièces d’usage du complexe ainsi que ses espaces de service, à étudier les aménagements hydrauliques associés (la présence d’une multitude de pots à saqia laisse supposer l’existence d’une telle machinerie à proximité). Il s’agira également d’insérer l’édifice dans le tissu urbain d’un point de vue architectural, spatial, économique et social.

Fragment de peinture murale trouvé dans les bains byzantins de Taposiris Magna (M. El-Amouri, MAFT 2009)

Fragment de peinture murale trouvé dans les bains byzantins de Taposiris Magna (M. El-Amouri, MAFT 2009)

[1] Mission Archéologique Française de Taposiris Magna, sous la direction de M.-Fr. Boussac (Paris Ouest-Nanterre), financée par le MAE et soutenue par l’IFAO. L’opération a été réalisée par J. Le Bomin (Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et M. Vanpeene (architecte), avec l’aide de R. Saleh (Lyon 2 Lumière). Voir l’annonce de la première campagne sur le carnet Balnéorient.

Dossier thématique “Le hammam en Méditerranée”

INSANIYAT – Revue algérienne d’anthropologie et de sciences sociales

Crasc-Oran n° 63-64, janvier-juin 2014 (vol. XVIII, 1-2)

SOMMAIRE-HAMMAM

Insaniyat est une revue algérienne d’anthropologie et de sciences sociales valorisant l’activité de recherche sur le terrain. Largement ouverte aux différentes disciplines ayant pour objet l’homme et la société, elle s’inscrit dans le vaste projet anthropologique. Insaniyat rend compte des travaux menés sur tout le territoire national algérien par les chercheurs travaillant dans le cadre de projets initiés par les institutions de recherche. Elle tâche aussi de se constituer en un carrefour accueillant pour d’autres scientifiques en Algérie ou à l’étranger.

Sommaire du dossier thématique

  • PrésentationKhadidja ADEL, Nouria BENGHABRIT-REMAOUN (français / arabe)
  • Le modèle socioculturel du hammam et de son environnement, Heidi DUMREICHER, Bettina KOLB
  • Les hammams : espaces controversés, Bettina PROKOP
  • La rencontre entre la science et le public : l’interaction des résidents locaux et des décideurs autour du hammam, Ilse MARSCHALEK
  • Hammam : pratiques et rituels aujourd’hui, KhadidjaADEL, Nouria BENGHABRIT-REMAOUN
  • Un bain à coupole dans une demeure algéroise de l’époque ottomane, Nadjiba DRIOUECHE -DJAALALI
  • Les Hammams historiques entre la sauvegarde et la réhabilitation, Alaa EL HABACHI (en arabe)
  • La demande sociale du “hammam” en Egypte contemporaine, Dina KAMEL ELDIN SHEHAYEB (en arabe)
  • Les hammams traditionnels dans le tissu urbain des villes musulmanes de Méditerranée : étude comparative, Roula ABOU KHATER (en arabe)
  • Les enjeux sociaux du corps. Le hammam maghrébin (XIXe-XXe siècles), lieu pérenne, menacé ou recréé, Omar CARLIER (en arabe)
  • Le hammam populaire à Tlemcen, El Hadi BOUOUCHMA (en arabe)

 

Contact :

Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle (CRASC), Bir El Djir 31000 Oran

Tél. : (213) 41.72.07.05 / insaniyat@crasc.dz / revues@crasc.dz / crasc@crasc.dz

Étude archéologique du site de Khirbat al-Dusaq (Jordanie)

Le site de Khirbat al-Dūsaq s’élève dans le sud de la Jordanie, à 6km à l’est de la forteresse de Shawbak. Longtemps, sa nature comme sa datation, sont restées inconnues. Le site n’ayant jamais fait l’objet de fouilles, les auteurs en fournissaient des interprétations différentes. S’agissait-il d’un caravansérail, d’une station de pèlerinage, d’un palais, d’un fort ? Datait-il de l’époque croisée, ayyoubide, mamelouke ou ottomane ?

Vue d’ensemble du site (2013, ©Mission K. al-Dusaq/Vigouroux)

Vue d’ensemble du site (2013, ©Mission K. al-Dusaq/Vigouroux)

En 2008, l’Institut français du Proche-Orient s’est engagé dans l’étude de ce site constitué de nos jours de trois bâtiments visibles. Une première mission de relevés architecturaux fut menée par des membres de l’Ifpo [Chrystelle March, Norig Neveu, Jean-Paul Pascual]. Cette opération constituait le préalable à une première campagne de fouille conduite au printemps 2009, dans le cadre du programme Anr Balnéorient, par une équipe de l’Ifpo [Jean-Paul Pascual (Cnrs/Ifpo), René Elter (Université de Lorraine), Chrystelle March (Ifpo) et Élodie Vigouroux (Ifpo)]. Ces missions confirmèrent la présence d’un iwān doté d’un bassin mais elles révélèrent également l’existence d’un bain dont la salle chaude, richement décorée, avait été fouillée1. L’existence d’un iwān (bâtiment A) et d’un hammam (bâtiment C) ont conduit à éliminer l’hypothèse de l’ensemble croisé et celle du caravansérail. Il s’agirait donc d’un complexe de plaisance, vraisemblablement médiéval, en lien avec la forteresse de Shawbak, toute proche.

Plan général du site (©Mission Kh. Al-Dusaq/relevés et dessin Ch. March 2008-2009 & R. Elter 2014)

Plan général du site (©Mission Kh. Al-Dusaq/relevés et dessin Ch. March 2008-2009 & R. Elter 2014)

En 2014, une mission de diagnostic (Ifpo/Cnrs) sur ce site menacé a pu être menée afin d’évaluer les possibilités et les priorités d’une nouvelle étude. Les remblais issus de fouilles clandestines ont été évacués et une nouvelle pièce du bain a été dégagée. Au printemps 2015, une opération (Ifpo/Cnrs) dirigée par Élodie Vigouroux et René Elter a permis de poursuivre la fouille du hammam. L’étude du matériel céramique alors mis au jour a été confiée à Julie Monchamp (Ifao) et permettra d’affiner la datation du site. Le projet va se poursuivre dans les années à venir, il doit s’intéresser aux deux bâtiments résidentiels, au système d’approvisionnement en eau du site ainsi qu’à l’analyse de son environnement naturel. Une nouvelle mission est prévue pour le printemps 2016, elle a d’ores et déjà obtenu le soutien financier de l’Ifpo et de la Fondation Max Van Berchem2

Auteur : Élodie Vigouroux – Ifpo

1 Les résultats de ces deux missions seront publiés en 2015 dans le volume 92 de la revue Syria.

2 La Fondation Max Van Berchem constituée en 1973 en hommage à Max van Berchem (1863-1921), le fondateur de l’épigraphie arabe en tant que discipline. Établie à Genève, la Fondation a pour vocation de promouvoir l’étude de l’archéologie, de l’histoire, de la géographie, de l’histoire de l’art, de l’épigraphie, de la religion, de la littérature islamiques et arabes.

DusaqBalneo_2015_3

Cultes et cultures de l’eau en Méditerranée au 1er millénaire avant notre ère

HYDRΩMED

La première table ronde HYDRΩMED  se tiendra à Athènes les mercredi 15 et jeudi 16 juillet 2015.

Voir en ligne le programme, la liste des participants et les informations pratiques de cette rencontre, sur le carnet de recherche hypothèse dédié.

HYDRΩMED, “gestion des ressources en eau en Méditerranée pendant le 1er millénaire avant notre ère” (Fondation universitaire A*MIDEX), est un projet coordonné par le Centre Camille Jullian (CCJ) de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH, Aix-en-Provence), par Sophie Bouffier, professeur d’histoire grecque et directrice de la MMSH / département d’Aix-Marseille Université.

 

Exposition “Regards posés. Hammams de la médina de Tunis”

RegardsPosesYHakimi

Depuis 2013, l’association L’Mdina Wel Rabtine – Actions citoyennes en Médina a initié un projet de revalorisation des hammams historiques de la médina de Tunis. Un fonds photographique inédit, constitué dans le cadre du projet Regards posés, a mobilisé 19 photographes tunisiens et étrangers. Il est actuellement en cours de traitement en vue de l’édition d’un ouvrage rassemblant l’ensemble des résultats de recherche et des propositions concrètes de sauvetage des hammams en péril. Une sélection de 114 tirages avait été présentée au Musée de la Ville de Tunis – Palais Kheireddine de juillet à octobre 2014.

Pour cette nouvelle exposition en partenariat avec l’Institut Français de Tunisie, Regards Posés s’enrichit de courts métrages produits par les étudiants de l’Ecole Nationale d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis. Pendant 4 mois, 65 étudiants se sont attelés à réaliser des relevés détaillés de 16 hammams, des images de synthèse restituant leurs volumétries et architectures, mais aussi des fictions mises en scène dans les hammams et des entretiens avec les usagers, le personnel… Leurs travaux illustrent l’ancrage profond des hammams dans le tissu social de la médina et reflètent, en filigrane, les défis et la passion de la dernière génération de propriétaires. Sur 50 hammams historiques inventoriés depuis le XIXème siècle et cartographiés par l’association, seuls 26 demeurent encore en activité aujourd’hui et sont menacés de disparition si aucune requalification stratégique n’est initiée, privant ainsi le cœur historique de la capitale d’un patrimoine fascinant.

Fondée en janvier 2012, l’association L’Mdina Wel Rabtine réunit habitants, commerçants et amis de la Médina de Tunis autour d’une vision partagée de gouvernance démocratique et participative du patrimoine. Elle se mobilise pour renforcer la participation des citoyens dans la définition des priorités, des enjeux et des moyens de sauvegarde en Médina, domaine jusque-là longtemps réservé aux seuls spécialistes et aux professionnels. Les projets de l’association se veulent multidisciplinaires et tentent d’expérimenter des approches créatives de valorisation durable du patrimoine.

L’association remercie les photographes ainsi que les étudiants de l’Ecole Nationale d’Architecture et d’Urbanisme et leur encadreur, Monsieur Ali BOUZOUITA, pour leur disponibilité et leur implication dans le projet.

Exposition menée en partenariat avec la Maison de l’Image, avec le soutien précieux de l’Institut Français de Tunisie et l’Ambassade de Suisse en Tunisie et en coopération avec l’Ecole Nationale d’Architecture et d’Urbanisme.

Commissaire de l’exposition : Olfa FEKI

Photographie de l’affiche : Yassine HAKIMI

En savoir plus :

Balnéorient aux Rendez-vous de l’Histoire du monde arabe

RVHMA_web_2

À l’invitation des organisateurs des premiers « Rendez-vous de l’Histoire du monde arabe » l’ouvrage Balnéorient 25 siècles de bain collectif en Orient a été présenté le 6 juin à Paris.

La conférence de M.-Fr. Boussac, S. Denoix, Th. Fournet et B. Redon est désormais visible en ligne, ainsi que l’ensemble des communications de cet événement organisé par l’Institut du Monde Arabe.

logo_ima

 

Parution des actes du colloque Balnéorient de Damas

 

Télécharger le sommaire / download the summary

Depuis 2006, Balnéorient mène une enquête sur le bain collectif en Méditerranée orientale, de l’Antiquité (haute époque hellénistique) à l’époque contemporaine. Ce programme fédératif s’était donné pour but d’étudier les divers aspects d’une pratique sociale dans une région qui n’avait jamais encore été prise comme épicentre d’une réflexion menée à la fois sur le temps long et dans un cadre géographique large. L’ouvrage présent réunit 63 articles, études de cas et synthèses, accompagnés d’une bibliographie commune. Ils examinent le phénomène balnéaire à l’échelle du Proche-Orient et permettent d’en proposer une vision d’ensemble, ne serait-ce que pour en souligner la complexité et mettre en lumière l’extrême richesse du patrimoine thermal de cette région. L’approche diachronique adoptée permet, en particulier, de proposer une autre lecture de l’histoire du bain collectif, ailleurs présentée comme ponctuée de temps forts, que seraient les époques romaine et ottomane, et jalonnée de moments atones ou de périodes de reculs comme la fin de l’Antiquité ou l’époque contemporaine. Au contraire, le présent ouvrage démontre l’extrême richesse et la diversité du patrimoine balnéaire du Proche-Orient, à toutes les époques et dans toutes les contrées sur lesquelles a porté notre étude.

يعرض هذا الكتاب نتائج أبحاث بدأت منذ عام 2006 ، وهى تتعلق بدراسة الحمّامات العامة فى الجانب الشرقى من البحر الأبيض المتوسط بين الفترة الهلينيستية والفترة المعاصرة. وكان الهدف من هذا البحث، الذى تم تأييده من قبل الوكالة الوطنية للبحوث، هو دراسة مختلف جوانب الممارسات الاجتماعيّة فى منطقة لم يُجر فيها حتى الآن أى نوع من الدراسات سواء فى إطار زمنى طويل المدى أو على نطاق جغرافى واسع، ويحتوى الكتاب على 63 مقال وقائمة مراجع مشتركة. يتفحّص هذا المؤلَّف مسألة الحمامات العامة على مقياس الشرق الأدنى، ويسمح باقتراح نظرة شمولية تُظْهر التعقيدات المرتبطة بتلك المسألة، كما أنه يُلقى الضوء على الأهمية التراثية للحمامات العامة فى هذه المنطقة. إنّ هذه الدراسات تعتمد على التسلسل الزمنى، بحيث تُتيح لنا الفرصة لاقتراح قراءة أخرى لتاريخ الحمامات العامّة. وتلك القراءة تختلف عن سابقاتها طبقاً لفترات مزدهرة كالعصرين الرومانى والعثمانى، وعصور تراجُع مثل نهاية الفترتين الكلاسيكية والمعاصرة. وعلى العكس من ذلك، فيثبت هذا البحث أقصى درجات الثراء والتنوع فيما يتعلق بالتراث الحمّامى فى الشرق الأدنى فى كل العصور وفى جميع البلدان التى تناولتها الدراسة.

Since 2006 the Balnéorient team has been studying ancient (from the Early Hellenistic period) to contemporary collective baths in the Eastern Mediterranean. This federative program aimed at examining the various aspects of this hugely attested social practice in an area that had never been, so far, taken as the focal point of a survey on both the longue durée and this wide geographical context. The present book includes 63 articles, case studies and syntheses, together with a common bibliography. These examine the bathing phenomenon within the broader Middle Eastern context and allow for a panoramic view of the phenomenon that underlines its complexity and highlights the striking wealth of bath-related heritage in this region. The diachronic approach, in particular, suggests a history of the bathing phenomenon across times that differs from the one which was presented elsewhere as being made of peaks, such as the Roman and Ottoman periods, and stagnant phases or declines, such as the end of Antiquity or the modern era. On the contrary, this book demonstrates the extreme richness and diversity of bath-related heritage of the Middle East, in all periods and in all countries in which we conducted our study.

Sommaire

(un lien sur chaque titre permet d’accéder au résumé de l’article, avec possibilité d’achat des articles en pdf au détail au prix de 5€)

  • Introduction, BOUSSAC (Marie-Françoise), DENOIX (Sylvie), FOURNET (Thibaud), REDON (Bérangère), p. 1-40

1. LA PIERRE, L’EAU, L’AIR, LE FEU 1.1. Corpus, inventaires et typologies

1.2. Études archéologiques et architecturales

1.3. Histoire des techniques

2. CONTEXTES URBAINS ET ÉCONOMIQUES 2.1. Bain, ville, pouvoir et élites

2.2. L’économie du bain

3. PRATIQUES ET NORMES 3.1. Ustensiles et cosmétiques

3.2. Hygiène et thérapeutique – prescriptions et proscriptions

3.3. Le bain et ses reflets

Bibliographie

  • Études, p. 1171
  • Sources antiques, p. 1231
  • Sources arabes et turques médiévales et modernes, p. 1234
  • Sources occidentales médiévales et modernes, p. 1240

Liste des contributeurs, p. 1243

DeuxLogos

Restauration des bains omeyyades de Qusayr’ Amra

International Conference Rome 22 – 23 October 2014 Istituto Superiore per la Conservazione ed il Restauro

The Colours of the Prince

Conservation and Knowledge in Qusayr ‘Amra Baths (Jordan)

QusayrAmra_Web

The complex of Qusayr ‘Amra, built during the Umayyad period, in the 8th century AD, consists of a bath, a qasr (palace), a watchtower, an hydraulic system and other unexcavated infrastructures. The extensive cycle of wall paintings in the interior of the qasr is a unique testimony of early Islamic art. The paintings are extraordinary in their style and representations, and because they are largely preserved. For these reasons the site deserved its inscription on the UNESCO World Heritage List in 1985.

Since 2010 the site is undergoing a throrough conservation process, which is a joint collaboration between the World Monuments Fund (WMF), the Jordanian Department of Antiquities (DoA) and the Italian Istituto Superiore per la Conservazione ed il Restauro (ISCR). The project targets simultaneously the building and its decorative features (in particular wall paintings), as well as the management of the site and its community-based preservation and enhancement.

The main objective of the conference is to present to the academic world and the public the outstanding results of the last conservation project of the monument. Particular attention will be addressed to the conservation work on the wall paintings that has revealed unprecedented aspects of these rare artistic representations, such as the vibrant colors of the decorations and unexpected details that shed new light on the interpretation of the subjects and the patron of the paintings. The two-days conference also aims to bring together scholars from different fields of study and implicate them in a discussion on the building and its decorations.

For further informations: Conference Scientific Committee

  • Dr. Giovanna De Palma – giovanna.depalma@beniculturali.it
  • Dr. Francesca Manuela Anzelmo  – anzelmo.francesca@gmail.com

 

En savoir plus : Télécharger le programme / Aller sur le site de l’ISCR / communiqué de presse (en italien)

QusayrAmra

 

 

Spa cities in the Roman Empire

symposium-aquae

Programa| Program

oct. 16:

  • Discurso de abertura pelo Sr. Presidente da Câmara, Arq.º António Cabeleira
  • Apresentação dos conferencistas por Sérgio Carneiro, coordenador científico do simpósio
  • Elogio de Helena Frade (Ana Margarida Arruda, Universidade de Lisboa)
  • De lo general a lo particular: el estudio de los enclaves termales de época romana en la fachada atlántica de la Península Ibérica (Silvia González Soutelo, Universidade de Vigo)
  • El balneario medicinal romano. Edificio o ciudad (Carme Miró i Alaix, Institut de Cultura de Barcelona e María Jesús Pérex Agorreta, Universidad Nacional de Educación a Distancia)
  • De Fortuna a Hispania. El “Proyecto Balnearios”. planteamiento, método y resultados (Gonzalo Matilla Séiquer, Universidad de Murcia)
  • El enclave de As Burgas y el aglomerado romano de Ourense (Celso Rodríguez Cao, Universidade de Vigo e José Mª Eguileta Franco, Ayuntamiento de Ourense)
  • El Balneario romano de Lugo. Campañas 1998-2013 (Gonzalo Meijide Cameselle, Consellería de Cultura da Xunta de Galicia e Francisco Hervés Raigoso, Arqueoconsulting S.l.)

Oct. 17:

  • The golden age of spas: roman thermal baths of the High Empire (2nd century AD) (Jens Koehler, American University of Rome / John Cabot University)
  • Thermalism in Ancient Italy. Results and perspectives of an archaeological research program (Maddalena Bassani, Università degli Studi di Padova)
  • New data from the site of Campetti, area south-west (Ugo Fusco, Università “La Sapienza”, Roma)
  • Allianoi thermal bath (Ahmet Yaraş, Trakya University)
  • Baths and bathing in Aquincum (Gabriella Fényes, Aquincum museum, Budapeste)
  • As termas medicinais romanas de Chaves: saúde, religião e política na periferia do império (Sérgio Carneiro, Município de Chaves)
  • Visita ao balneário termomedicinal romano de Chaves

Oct. 18:

  • Visita aos balneários romanos de Lugo e Ourense

Voir en ligne : Programme / Résumés des communications / Page Facebook 

10659331_289312037944390_4287260066384781990_n

Inventaire et protection des hammams de la médina de Tunis

Rapport de la table ronde du 12 juillet 2014 – renseignements : contact@associationmedinatunis.org

Regards Posés. Hammams de la Médina de Tunis (Hammam Sidi Sahbi © Aglaé Bory)

Regards Posés. Hammams de la Médina de Tunis (Hammam Sidi Sahbi © Aglaé Bory)

Rappel des objectifs de la table ronde

Organisée dans le cadre de l’exposition « Regards posés. Hammams de la Médina de Tunis » (ci-dessus), cette table ronde avait pour objectifs de mettre en synergie les diverses initiatives d’inventaire des hammams historiques de la médina de Tunis, et d’enrichir la concertation citoyenne et le dialogue entre l’ensemble des acteurs institutionnels et non institutionnels concernés. Elle entendait également capitaliser les produits de la journée d’étude tenue le 25.12.2013 au sein de l’Institut National du Patrimoine. Elle a réuni des chercheurs et des professionnels de l’architecture, des directeurs d’institutions nationales de sauvegarde du patrimoine, des photographes associés au projet de l’association, des propriétaires de hammams et des membres de Lmdina Wel Rabtine.

Programme de la table ronde / participants

Introduction

(Sondos Belhassen, Présidente de Lmdina Wel Rabtine)

Séance 1 : Inventaire et connaissance des hammams de la médina de Tunis

(Facilitateur : Ahmed Zaouche, SG, Lmdina Wel Rabtine)

  • Mme Saloua Darghouth, Directrice de l’Inventaire et de la recherche, Institut National du Patrimoine
  • M. Adnene Ben Nejma, Conservateur de la Médina de Tunis
  • M. Zoubeir Mouhli, Directeur général de l’Association de Sauvegarde de la Médina de Tunis
  • Mme Sana Letaief, Chercheuse associée Lmdina Wel Rabtine

Séance 2 : De l’inventaire à la protection active des hammams : le point de vue des propriétaires et des artistes

(Facilitateur : Amel El Benna, SG adjoint, Lmdina Wel Rabtine)

  • Ali Bakir, Propriétaire de Hammam Tammarine
  • Monia Ben Aoun, Propriétaire de Hammam Zitouni
  • Jacques Pion, photographe (France)
  • Max Jacot, photographe (Suisse)
  • Aziz Tnani, photographe (Tunisie)

Séance 3 : Débat avec le public

(facilitateurs : Selim Adhoum, Trésorier, Ahmed Blaich, Trésorier adjoint, Lmdina Wel Rabtine)

Clôture et synthèse des travaux

Synthèse des discussions

Séance 1 : Inventaire et connaissance des hammams de la médina de Tunis

Les responsables de l’Institut National du Patrimoine et de l’Association de Sauvegarde de la Médina ont partagé l’état des connaissances disponibles au sein de leurs institutions, sur les hammams historiques de la médina de Tunis. Ils ont notamment relevé l’absence de classement officiel de hammams historiques (même pas de classement paru au JORT du Hammam El Grana qui date du Xè siècle). Les responsables de l’INP ont présenté le chantier d’étude et inventaire général du patrimoine architectural de la médina de Tunis (en cours d’élaboration) qui devrait aboutir à la production de plans et de coupes par secteurs et qui enrichira la connaissance des dimensions matérielles (architecturales) des hammams historiques. Cet inventaire sera orienté vers des projets pilotes de valorisation culturelle et de création de circuits réhabilités.

L’ASM dispose de son côté d’une étude sociodémographique (1978) qui décortique en particulier les problèmes sociaux sanitaires et éclaire sur les mesures hygiénistes mises en place par la ville de Tunis à l’époque et dont certaines se sont révélées limitées. L’ASM dispose également d’une carte détaillée vectorisée de la médina de Tunis (2013), au sein de laquelle s’est inséré le travail de cartographie initié par l’Association Lmdina Wel Rabtine et ayant abouti au repérage de 50 hammams historiques. Il est souligné l’importance de collecter des sources historiques (notamment des photographies d’époque, cartes postales, manuscrits et actes notariés pour documenter entre autres la transmission des hammams, etc.). La méthodologie de l’inventaire (quelles informations, comment les classer, quels supports, etc.) devrait également être harmonisée (en fonction des projets de sauvegarde projetés) et tenir compte du statut spécifique des hammams de Tunis qui ont toujours été des domaines privés et n’ont pas appartenu à la Djemaia des Habous comme c’est le cas au Maroc et dans d’autres pays arabes.

Il a été suggéré que le corpus photographique produit dans le cadre du projet « Regards posés » (près de 500 images) alimente une nouvelle plateforme électronique, fondée sur un système d’information géographique (SIG), permettant d’associer à la localisaion des hammams, toutes les données pertinentes (photographies, notices historiques, cartes, etc.). Les participants s’accordent sur l’importance d’un inventaire multidimensionnel, consacrant à la fois les aspects matériels et immatériels des hammams (architectures, transmission, usages, rituels, mythes, objets, récits, sons, etc.). Les panélistes ont admis le fait que le travail d’inventaire doit nécessairement anticiper les projets de valorisation des hammams qui en conditionneront la méthodologie et le format.

 

Regards Posés. Hammams de la Médina de Tunis (Hammam er-Remmimi © Jacques Pion)

Regards Posés. Hammams de la Médina de Tunis (Hammam er-Remmimi © Jacques Pion)

Séance 2 : De l’inventaire à la protection active des hammams

Les propriétaires ont rappelé le large éventail de problèmes quotidiens auxquels ils font face et qui grèvent aussi bien leur activité économique que l’entretien des hammams. Les charges de chauffage et de consommation énergétique (électricité, gaz) et d’évacuation des eaux, d’entretien et de chaulage sont les plus lourdes à gérer, ainsi que les faibles recettes du fait de la stagnation du prix d’entrée et la concurrence. Les propriétaires ont exprimé beaucoup d’intérêt pour les possibilités de classement de leurs biens et ont souligné les faibles capacités de leur syndicat à conduire le plaidoyer et à dialoguer avec les institutions nationales et avec la Ville de Tunis en vue d’une baisse des charges d’exploitation et/ou de mesures exceptionnelles d’exploitation des hammams historiques. Ils ont également souligné le caractère «limité » ou « insuffisant » des expérimentations pilotes menées récemment pour renforcer l’attractivité des hammams et leur viabilité économique (cf. notamment le projet des hammams culturels et gastronomiques). Ils ont également souligné leur intérêt et leur curiosité pour la promotion de divers modèles de hammams : (i) le hammam intégré dans un circuit de tourisme culturel et drainant un public de touristes et de clients « haut de gamme », (ii) le hammam classique destiné à la population traditionnelle de la médina et aux clients modestes, (iii) le hammam reconverti pouvant abriter d’autres usages. Trois photographes (Max Jacot, Jacques Pion et Aziz Tnani) ont livré un témoignage de la détresse économique, sociale et de l’exclusion des tenanciers des hammams (tayeb/masseurs, ouvriers précaires, etc.). Ils ont relevé le fait que les difficultés de transmission et la résolution des conflits liés à l’héritage sont le leitmotiv de leurs entretiens approfondis avec les ouvriers des hammams. Ils sont disposés à mettre leurs photos au service de tout projet de revitalisation et de valorisation de l’image des hammams.

Propositions de suivi et de collaboration

A l’issue de la discussion, les participants ont identifié des pistes d’intervention commune entre l’INP, l’ASM, l’association Lmdina Wel Rabtine et les autres partenaires impliqués afin de renforcer la connaissance des hammams et de susciter des démarches innovantes de valorisation. Il s’agit de :

  • Proposition 1 : Valoriser le fonds photographique produit dans le cadre du projet « Regards posés. Hammams de la médina de Tunis » en le rendant accessible via une plateforme électronique sécurisée ; le croiser avec l’ensemble des données architecturales, historiques et socio-économiques disponibles inhérentes aux hammams historiques de Tunis et encourager les publications autour de ce fonds.
  • Proposition 2 : Elaboration d’une étude économique sur l’offre, les recettes et la viabilité du service des hammams historiques de la médina de Tunis (« le marché des hammams »). Une telle étude permettrait d’apprécier à sa juste valeur le potentiel de valorisation et de développement du modèle économique des hammams de la médina de Tunis et d’envisager des projets d’exploitation novateurs, pouvant miser notamment sur les dynamiques du tourisme culturel. Les termes de référence de cette étude pourraient être développés par Lmdina Wel Rabtine, en étroite concertation avec l’INP et l’ASM.
  • Proposition 3 : Organisation, au cours de l’année 2015, d’un atelier de partage d’expériences réussies et de bonnes pratiques en matière d’exploitation touristique des hammams historiques, avec la participation de propriétaires de hammams étrangers ayant inscrit leurs établissements dans un circuit de tourisme culturel (par exemple le hammam Cemberlitas à Istambul) et/ou ayant initié des approches créatives de gestion/développement de leurs établissements (réduction des consommations énergétiques, communication et marketing, etc.).
  • Proposition 4 : Soutenir et/ou faciliter la communication au sein du syndicat des hammams et renforcer les capacités de mobilisation, de réseautage et de plaidoyer au sein de cette corporation pour mieux défendre les intérêts des hammams de Tunis.
  • Proposition 5 : Encourager les propriétaires de hammams à proposer le classement de leurs biens, avec l’assistance technique et institutionnelle conjointe de l’INP et de l’ASM et poursuivre la discussion sur les mesures de protection juridique complémentaires.
  • Proposition 6 : Partager les résultats de la présente table ronde avec l’ensemble des acteurs impliqués et multiplier les efforts de mobilisation de ressources pour insérer ces nouvelles proposition d’intervention dans le plan d’action du Projet « hammams », mis en oeuvre par l’association Lmdina Wel Rabtine, avec l’appui de l’Ambassade de Suisse en Tunisie et de l’Institut Français de Tunisie.

Couverture médiatique

Les travaux de la table ronde ont été enregistrés par Associated Press dans le cadre d’un documentaire dédié au patrimoine méditerranéen et dont la diffusion est prévue pour octobre 2014. La table ronde a été également couverte par l’agence de communication Graphik Island, mandatée par l’association pour élaborer une vidéo synthétisant l’ensemble des évènements organisés dans le cadre de l’exposition « Regards posés. Hammams de la médina de Tunis ». Un reportage photo est également disponible (quelques extraits dans ce billet). La table ronde a été annoncée lors de plusieurs émissions radiophoniques ainsi que sur les réseaux sociaux. Les invitations ont également été relayées par les réseaux respectifs de l’Association de Sauvegarde de la Médina de Tunis et de l’Institut National du Patrimoine.

Il convient également de souligner que la table ronde a bénéficié de la grande visibilité médiatique de l’exposition « Regards posés. Hammams de la médina de Tunis » qui a bénéficié d’une trentaine d’article parus dans la presse nationale et étrangère, en l’intervalle d’une semaine (7-14 juillet 2014). Cette revue de presse détaillée est disponible sur demande. Pour toute question : contact@associationmedinatunis.org

Regards Posés. Hammams de la Médina de Tunis (© Patricia Triki, Mahdi Chaker, Rania Dourai)

Regards Posés. Hammams de la Médina de Tunis (© Patricia Triki, Mahdi Chaker, Rania Dourai)

Remerciements

L’association L’mdina Wel Rabtine adresse ses plus vifs remerciements à tous ses partenaires et notamment :

  • Mme Saloua Darghouth, Directrice de l’inventaire et des études, Institut National du Patrimoine
  • M. Zoubeir Mouhli, Directeur, Association de Sauvegarde de la Médina de Tunis
  • M. Adnen Ben Nejma, Conservateur de la Médina, Institut National du Patrimoine
  • M Ali Bakir, Propriétaire Hammam Bakir
  • Mme Monia Ben Aoun, Propriétaire Hammam Zitouni
  • M. Aziz Tnani, Photographe (Tunisie)
  • M. Jacques Pion, Photographe (France)
  • M. Max Jacot, Photographe (Suisse)
  • ainsi que Mme Monia Riahi Maaouia (Ambassade de Suisse) et M. Yvan Bertoux (Institut Français de Tunisie).

En savoir plus : contact@associationmedinatunis.org