Tous les articles par Pascal Lebouteiller et Jean-François Pérouse

Quelques remarques sur l’évolution régionale de l’emploi déclaré entre 2013 et 2014

À partir des données récemment fournies par le TÜİK – transformées en cartes par Pascal Lebouteiller – on peut esquisser une brève analyse de l’évolution régionale et subrégionale de l’emploi agricole déclaré entre 2013 et 2014. Le pas de temps très réduit ne permet évidemment pas de procéder à des analyses structurelles. Il incite plus à s’intéresser aux effets de conjoncture. En outre, compte tenu de l’importance de l’emploi familial – encore très majoritairement non enregistré – dans le secteur agricole, les données officielles utilisées ne nous donnent qu’une image partielle.

jfp_istihdam2014_emploi2L’échelle retenue ici est celle des 26 nouvelles sous-régions dites de « Niveau 2 » dans la nomenclature de l’Union européenne adoptée par la Turquie à la fin de l’année 2002. Douze sous-régions sur vingt-six ont vu leur emploi officiel diminuer en valeur absolue entre 2013 et 2014. En valeur relative (à la population totale), la chute touche même seize sous-régions. En d’autres termes, l’emploi ne suit pas le mouvement d’augmentation de la population dans plusieurs des sous-régions.

jfp_istihdam2014_agricole2La seule sous-région où l’emploi a chuté dans tous les secteurs distingués par le TÜİK (agriculture, industrie-construction, services) est la sous-région TR63 (Hatay, Kahramanmaraş et Osmaniye) caractérisée par une forte présence de travailleurs syriens illégalement employés. À l’inverse, pour les sous-régions « kurdes » TRC2 (Şanlıurfa et Diyarbakır), TRC3 (Mardin, Batman, Şırnak et Siirt) et TRB2 (Van, Muş, Bitlis et Hakkari) la reprise de l’emploi agricole est notable et peut être imputée au processus de paix dont les effets se font principalement sentir dans les espaces ruraux. Pour la sous-région TRC3, pourtant limitrophe de la Syrie, la reprise de l’emploi agricole est même frappante puisqu’une augmentation sans équivalent de 93% est notée (qui peut aussi être due à une remise à jour de la statistique locale avec la normalisation relative du climat socio-économique). Il est à souligner que les sous-régions TRC2 et TRC3 étaient en 2013 les deux sous-régions où le taux de chômage officiel était le plus élevé (avec, respectivement 17,5 et 21,1%). Et où, en même temps, la part de la population en âge de travailler exerçant un emploi déclaré était une des plus basses de Turquie.

jfp_istihdam2014_industrie2Cependant, le facteur processus de paix n’est pas un facteur explicatif suffisant à la vue de l’évolution négative de la sous-région TRB1 (Malatya, Elazığ, Bingöl, Tunceli) frappée elle par un fort exode rural.

jfp_istihdam2014_services2Références

İsmet Özkul, “İstihdamda tarım, barış ve Suriyeli etkisi”, Dünya, 10 mars 2015, p. 6.