Tous les articles par GIS Moyen-Orient et mondes musulmans

Offre CEDEJ : Bourse doctorale Aide à la mobilité (AMI) 2017/2018

Le CEDEJ propose une bourse Aide à la mobilité internationale (AMI), attribuée par le Ministère des Affaires étrangères et du Développement international, à des étudiant-e-s doctorant-e-s qui sont ou seront inscrit-e-s en thèse dans une université française et effectuant leur recherche doctorale dans l’un des domaines suivants :

  • Santé
  • Alimentation
  • Développement durable
  • Études urbaines
  • Mobilités

Cette recherche doctorale doit nécessiter un séjour en Égypte (au minimum dix mois sur douze) à compter du 1er septembre 2017 ou 1er janvier 2018. Les bénéficiaires sont prioritairement choisis pour mener à bien leur travail de thèse.

Pour plus de précisions, contacter la directrice du CEDEJ : karine.bennafla@cedej-eg.org et communication@cedej-eg.org

Ces aides à la recherche sont attribuées pour une période de 9 à 12 mois, renouvelable.

Le montant de l’aide est actuellement 1 000 € par mois. Les allocataires bénéficient d’un billet d’avion A/R. Il leur revient de trouver eux-mêmes à se loger. Il est rappelé que l’AMI n’étant pas considérée comme un salaire, elle n’ouvre droit ni aux prestations sociales, ni aux allocations chômage et ne peut être prise en compte dans le calcul des droits à la retraite. Les bénéficiaires doivent donc souscrire eux-mêmes les assurances nécessaires pour une résidence à l’étranger concernant à la couverture des dépenses de santé, accidents du travail, rapatriement.

Les formulaires du dossier de candidature peuvent être téléchargés en pièce jointe ou demandés au ministère des Affaires étrangères, Sous direction des sciences sociales et de l’archéologie, à l’adresse suivante :

  • Ministère des Affaires étrangères et du Développement international
    Sous-direction des échanges scientifiques et de la recherche
    Pôle sciences humaines et sociales
    Mme Brigitte Myard 
    27, rue de la convention 
    CS 91533
    75732 PARIS Cedex 15 
    Tél : +33 (0)1.43.17.80.05
    Fax : +33 (0)1.43.17.97.20

>> Courriel : brigitte.myard@diplomatie.gouv.fr

Le dossier doit être rempli en deux exemplaires, complétés de toutes les pièces nécessaires (CV, publications, copie des titres et diplômes, projet de recherche doctorale, attestations) et envoyé, avant le 31 décembre 2016, à chacune des deux adresses suivantes :

  • Ministère des Affaires étrangères et européennes
    Sous-direction des échanges scientifiques et de la recherche
    Pôle sciences humaines et sociales
    27, rue de la Convention
    CS 91533
    75732 PARIS CEDEX 15
  • CEDEJ – Ambassade de France en Egypte
    Directrice du CEDEJ-Karine Bennafla
    s/c Valise diplomatique
    13 rue Louveau
    92438 Chatillon Cedex

Les candidatures seront examinées par le Conseil scientifique du Pôle ESPAR (Egypte, Soudan, Péninsule arabique) au printemps 2017.

Journée des GIS sur les études aréales

L’Alliance ATHENA ouvre pour la première fois un dialogue entre les acteurs scientifiques et les administrations publiques autour des études aréales afin de réfléchir à une organisation optimale des recherches sur ces thématiques.

A l’initiative du CNRS, les quatre Groupements d’Intérêt Scientifique tournés vers les études aréales (Etudes africaines en France ; Etudes asiatiques ; Institut des Amériques ; Moyen-Orient-Mondes musulmans) ont préparé des livres blancs exposant les forces et les faiblesses du dispositif français de recherche en sciences sociales et humaines sur ces aires. Ils en ont tiré un certain nombre de préconisations concernant deux questions fondamentales.

Comment préserver et développer le potentiel de recherche de la France dans ces domaines ? Il est considérable mais il est confronté à deux défis : organiser la relève des générations dans un contexte de compétition internationale exacerbée ; et préserver la puissance et la diversité thématique et aréale des recherches dans un contexte d’autonomie des établissements de recherche et de construction des politiques de site.

Comment assurer dans les meilleures conditions le transfert des connaissances accumulées par la recherche publique vers le monde des décideurs publics ainsi que vers la société civile ? Cette question qui concerne l’ensemble des sciences humaines et sociales prend un sens tout particulier pour les recherches aréales dans le double contexte de la globalisation accélérée depuis les années 2000, et de la montée actuelle des interrogations sur la sécurité.Ces questions seront au cœur des quatre tables rondes qui scanderont une journée tournée vers l’échange entre acteurs venus des communautés scientifiques aussi bien que de l’administration publique. Ils réfléchiront ensemble à l’organisation optimale de la recherche en études aréales.

Programme

09h00 | Accueil des invités

09h15
Ouverture de la journée par Alain Fuchs, Président du CNRS et de l’Alliance ATHENA

09h45 – 11h05
Les études aréales : accès aux terrains, accès aux données

Modérateur : Alain Peyraube, directeur de recherches au CNRS
Participants : Joëlle Smadja, directrice de recherches au CNRS, UPR Centre d’Etudes Himalayennes | Olivier Ferrando, ancien directeur de l’UMIFRE « Institut français d’Etudes sur l’Asie Centrale » | Philippe Gasnot, Directeur de la Sûreté au CNRS | Benjamin Guichard, directeur scientifique de la Bibliothèque universitaire des Langues et Civilisations | Clélia Chevrier-Kolacko, Sous-directrice à l’enseignement supérieur et à la recherche, Ministère des Affaires étrangères

11h20 – 12h40
Les jeunes chercheurs et la recherche aréale

Modérateur : Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, directeur de l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire, titulaire de la chaire Etudes sur la guerre, FMSH/Collège d’études mondiales
Participants : Adrien Delmas, ancien directeur de l’Umifre « Institut français d’Afrique du Sud », chercheur à l’UMR Imaf | Augustin Jomier, maître de conférences à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales | Silyane Larcher, chargée de recherches en sciences politiques au CNRS, UMR URMIS | Julie Remoiville, docteure en Études de l’Extrême-Orient ; chercheuse postdoctorante rattachée à l’UMR Groupe Sociétés Religions Laïcités | Manuelle Franck, présidente de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, représentante  de la Conférence des Présidents d’Université | Jean-François Balaudé, président de l’Université Paris Nanterre

12h45 – 14h00 | Pause

14h00 – 15h20
Les grands enseignements des livres blancs sur les études aréales

Modérateur : Justin Vaisse, directeur du Centre d’analyse, de prévision et de stratégie, Ministère des Affaires étrangères
Participants : Jean-Michel Blanquer, directeur général du Groupe ESSEC, président de l’Institut des Amériques | Catherine Mayeur-Jaouen, professeure à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, directrice du GIS Moyen-Orient, Mondes Musulmans | Pierre Boilley, professeur à l’Université Paris I-Panthéon-Sorbonne, directeur du GIS Etudes africaines en France | Jean-François Huchet, professeur à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, directeur adjoint du GIS Asie et de l’UPS Réseau Asie & Pacifique | Pierre-Cyrille Hautcoeur, président de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales | Pascale Laborier, chargée de mission SHS, Secrétariat d’Etat en charge de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur

15h35 – 16h55
L’État et la recherche publique : quelles attentes réciproques autour des études aréales ?

Modératrice : Sandra Laugier, Directrice Adjointe Scientifique à l’InSHS et chargée de mission « Science en Société » à la présidence du CNRS
Participants : Sébastien Lechevalier, directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, directeur du GIS Asie et de l’UPS Réseau Asie & Pacifique | Elisabeth Cunin, directrice de recherches à l’Institut de Recherche pour le Développement, directrice de l’UMR URMIS | Guillaume Schlumberger, directeur stratégie de Défense, prospective et contre-prolifération de la direction générale des relations internationales et de la stratégie, Ministère de la Défense | Cédric Baylocq, chargé de mission au Bureau central des cultes (DLPAJ), Ministère de l’intérieur | Pascale Laborier, chargée de mission SHS, Secrétariat d’Etat en charge de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur

17h00
Discours de clôture par Thierry Mandon, Secrétaire d’Etat à l’Enseignement Supérieur et à la Recherche

Informations pratiques
Date
24 octobre 2016
Lieu
BULAC, Bibliothèque universitaire des langues et civilisations | 65 rue des Grands Moulins | 75013 PARIS
Transport :
Métro – ligne 14 (Bibliothèque François-Mitterrand)
RER : C (Bibliothèque François-Mitterrand)
Documents joints
Voir aussi

 

Forum : Enseigner les mondes musulmans : langues, histoires, sociétés

Ce forum a été organisé par trois laboratoires lyonnais membres du groupement d’intérêt scientifique (GIS) Moyen-Orient et mondes musulmans : le CIHAM, le LARHRA et Triangle, à l’Université de Lyon – ENS de Lyon, du 3 novembre 2016 au 4 novembre 2016. Cette manifestation a impliqué l’ensemble de la communauté éducative, et a entendu prolonger dans le domaine de l’enseignement la réflexion initiée par le Livre blanc des études françaises sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans.

Il a eu pour ambition :

  • de faire travailler ensemble enseignants du Second degré et chercheurs de toutes disciplines engagés sur les terrains du Maghreb, du Proche et du Moyen-Orient ;
  • de dresser un état des lieux de l’enseignement des langues, de l’histoire, des littératures, des arts et de la pensée des mondes musulmans dans le système éducatif français ;
  • d’émettre un certain nombre de recommandations en vue de renforcer cet enseignement, et d’éviter les écueils qui le rendent parfois difficile en aidant les équipes pédagogiques à s’approprier les acquis de la recherche.

Le défi de ce forum était de proposer de relever et de redonner sens et vigueur à l’enseignement des mondes musulmans dans le cadre républicain de la France d’aujourd’hui. Le forum a mêlé des apports scientifiques et des ateliers didactiques et pédagogiques animés conjointement par des enseignants et des chercheurs, et des formateurs du Second degré.

Programme détaillé du Forum, vidéos et podcasts des interventions

Compte rendu du Forum

 

Colloque international « Le statut des ministres du culte musulman en France dans une perspective comparative »

Sans titreSans titre1

Université de Strasbourg/CNRS/DRES
16 et 17 novembre 2016
Nouveau Patio
Salle des Thèses
Entrée libre

Contrairement aux ministres des cultes catholiques, protestants et juifs en France dont les statuts en droit interne des religions sont respectivement fixés par le droit canonique, la constitution de l’Eglise protestante unie de France et le règlement général du corps rabbinique du consistoire central, il n’existe pas de texte de portée nationale fixant le statut des imams et des autres cadres religieux par le Conseil Français du Culte Musulman. Les droits internes, disciplines et règlements des cultes chrétiens et juifs fixent le statut des ministres de la religion et plus largement des cadres religieux de manière centralisée. Ils déterminent quelle est l’autorité en charge de la nomination et le cas échéant de la révocation des personnels cultuels, définissent les conditions requises pour être admis et habilité à exercer une fonction cultuelle. Ils permettent de donner un contenu au cahier de charge des pasteurs, curés, rabbins et personnels assimilés et précisent les modes et les taux de rémunération ainsi que les procédures disciplinaires.

L’objectif de ce colloque international sur le statut des ministres des cultes musulman est de définir la fonction d’imam telle qu’elle s’impose dans les textes fondateurs de l’Islam et telle qu’elle est rapportée par les différentes écoles et traditions juridiques musulmanes. Cette présentation des principes de droit religieux régissant le statut de ces personnels sera complétée par des contributions exposant les initiatives nationales de codification d’éléments des textes fondateurs islamiques sous la forme de statut ou de règlement en vue de donner une assise institutionnelle à la fonction d’imam. La codification peut être réalisée à l’initiative d’un Etat « confessionnel » ou d’une institution religieuse notamment dans les pays où l’islam est en situation de diaspora.

Le volet comparatif de ce colloque s’appliquera aux droits des confessions religieuses juive, protestante, catholique et bouddhiste. Il comprendra pour l’Eglise catholique une présentation des dispositions canoniques relatives aux ministres ordonnés et aux permanents laïcs de la pastorale, pour le protestantisme une présentation des règles relatives aux ministères avec une insistance sur le statut des ministères de l’Eglise protestante unie de France et pour le judaïsme une exposition du statut des grands rabbins, rabbins et ministres officiants tel qu’il a été fixé par le règlement général du consistoire central de 1975. L’Union bouddhiste de France présentera le statut de ses cadres.

Des spécialistes belges, autrichiens et espagnols détailleront le statut des cadres religieux musulmans au regard de l’organisation religieuse propre aux communautés musulmanes.

Des acteurs de la religion musulmane (responsables siégeant au CFCM et aux CRCM, Imams, responsables associatifs, responsables d’établissements d’enseignement supérieur privé de théologie musulmane) interviendront au cours d’une table ronde consacrée à la rédaction d’un projet de statut des cadres religieux musulmans.

Responsable scientifique : Francis Messner

Programme provisoire

16 novembre 2016

9h00 : Accueil des participants et ouverture du colloque

Ouverture du colloque par Michel Deneken, Président par intérim de l’Université de Strasbourg

Présentation et introduction par Francis Messner  Directeur de recherche émérite au CNRS et professeur conventionné à l’Université de Strasbourg.

9h45 : Début des interventions

Le statut des imams et cadres religieux dans les textes fondateurs de l’Islam : Moussa Abou Ramadan, Professeur invité à l’Université de Strasbourg

Un statut des imams en France en l’absence de règles « canoniques » : Franck Frégosi, Directeur de recherche CNRS, IEP d’Aix-en-Provence

10h45-11h15 : Pause

Les statuts des imams à l’Ile de la Réunion : Houssen Amode, Président du CRCM de l’Ile de la Réunion

La procédure d’affiliation des Imams à la CAVIMAC : Jean Dessertaine, Directeur de la CAVIMAC

12h15 : Discussion

12h45 : Pause-déjeuner

14h30 : Reprise

Le statut des personnels catholiques : Alphonse Ky Zerbo, Maître de Conférences à l’Université de Strasbourg

Le statut des pasteurs protestants : Jean-Paul Willaime, Directeur d’études à l’EPHE

15h30-16h : Pause

Le statut des rabbins et des grands rabbins

Le statut des personnels de la religion bouddhique : Révérend Olivier Reigen Wang-Genh, Président de l’UBF

17h: Discussion

Fin de la première journée

17 novembre 2016

9h30 : Début des interventions

Les statuts des imams en Belgique : Jean-François Husson, Secrétaire général du Centre de recherche en action publique, intégration et gouvernance – CRAIG (ASBL) 

Les statuts des imams en Espagne : José Luis Llaquet, Professeur à l’Université de Barcelone

10h30-11h : Pause

Les statuts des imams en Autriche : Wolfgang Wieshaider, Professeur à la faculté de droit de l’Université de Vienne

Les statuts des imams en Turquie

12h : Discussion

12h30 : Pause-déjeuner

14h : Reprise

Les statuts des imams au Sénégal :  Seydi Djamil Niane

Les statuts des imams en Maroc :  Mohamed Tozy, Professeur d’Université

15h-15h30 : Pause

Sous la présidence de Michel Deneken

Présentation d’un projet de charte des imams rédigé dans le cadre d’instance régionale de dialogue avec l’Islam de la Région Grand Est. Table ronde avec des responsables nationaux et régionaux du culte musulman avec Olivier Bitz (Adjoint au maire de Strasbourg) et Jean-Claude Herrgott (Préfecture de la Région Grand Est) en présence notamment de Mohammed Moussaoui (Président du CFCM), Anouar Kbibech (Président du CFCM), Murat Ercan (Président du CRCM Alsace) Ahmed Jaballah ( Directeur de l’Institut européen des sciences humaines de Paris ) et Djelloul Seddiki (Directeur de l’institut Al Ghazali de la grande mosquée de Paris ).

17h : Discussion générale

Fin du colloque