Tous les articles par GIS Moyen-Orient et mondes musulmans

Le GIS recrute un(e) IR en ingénierie de la recherche et de la formation en islamologie

Le GIS recrute un(e) IR en ingénierie de la recherche et de la formation en islamologie

Durée du contrat : 5 mois
Date d’embauche prévue : 1er février 2021
Date limite de candidature : 8 janvier 2021
Quotité de travail : Temps complet
Pour postuler : https://bit.ly/3r5Jxfs

Missions

Depuis sa création, le GIS MOMM a notamment pour but de soutenir la relance de filières de formation et de recherche sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans actuellement délaissées dans l’enseignement supérieur français, au premier chef desquelles se trouve l’islamologie, entendue comme étude scientifique non confessante du fait religieux islamique. Avec le programme Condorcet Campus de l’islamologie, soutenu par le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation dans le cadre de son plan SHS, le GIS Moyen-Orient entend notamment améliorer la visibilité de l’offre publique de formation & recherche en islamologie au niveau local, national et international, promouvoir des formations doctorales de haut niveau dans ce domaine et soutenir le développement de l’offre de formation en islamologie. Le travail proposé s’inscrit dans le cadre de ce programme.

Activités

– Soutien à l’organisation de programmes de formation de haut niveau en islamologie
– Coordination du lancement d’un site multilingue (arabe-anglais) consacré à la valorisation internationale de la recherche française en islamologie ;
– Appui technique et pédagogique pour la réalisation expérimentale d’un parcours de formation en ligne en islamologie/de ressources numériques à l’appui des formations en islamologie.

Compétences

– La candidate ou le candidat doit être titulaire d’un doctorat en islamologie, ou histoire, ou études arabes, ou philosophie, et avoir fait la preuve de son engagement dans la recherche sur le fait religieux musulman par des publications scientifiques de niveau international ;
– Expérience dans le domaine de l’organisation de manifestations scientifiques
– Facilités rédactionnelles en communication scientifique.
– Bonnes capacités relationnelles.

Contexte de travail

La jeune chercheuse ou le jeune chercheur disposera d’un bureau au Campus-Condorcet dans les locaux attribués au GIS MOMM, structure fédérative adossée à l’UMS 2000 IISMM (CNRS/EHESS). Le GIS MOMM rassemble actuellement 49 équipes dédiées pleinement ou partiellement à l’étude du Moyen-Orient et des mondes musulmans. Elle ou il travaillera en liaison étroite avec la direction du GIS MOMM (Eric Vallet, Francesco Chiabotti) et avec les chercheuses.chercheurs impliqués dans la réalisation du parcours de formation en ligne.

Prolongation de l’appel à candidatures : Prix de thèse Moyen-Orient et mondes musulmans 2021

Le GIS Moyen-Orient Mondes musulmans du CNRS et l’Institut d’étude de l’islam et des sociétés du monde musulman (IISMM-UMS2000) organisent en 2021 quatre prix de thèse ciblés ayant trait au Moyen-Orient et aux mondes musulmans. Sont éligibles des travaux soutenus en français ou en France entre le 1er janvier 2019 et le 31 décembre 2020, dans toutes les disciplines des lettres et sciences humaines et sociales.

Quatre prix seront attribués et remis solennellement à l’occasion du Congrès du GIS à Aix-en-Provence fin juin 2021 :

  • Le prix Relations internationales/Sciences politiques,
  • Le prix Rémy Leveau, sur l’islam en France et en Europe soutenu par le Bureau central des cultes (BCC), du ministère de l’Intérieur,
  • Le Prix de la thèse francophone sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans,
  • Le prix Langues et littératures du Maghreb et du Moyen-Orient en partenariat avec l’Association française des arabisants (AFDA).

Conditions générales de candidature :

  • Avoir soutenu entre le 1er janvier 2019 et le 31 décembre 2020 une thèse en français ou en France sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans en lettres et sciences humaines et sociales. Cette thèse doit avoir un rapport avec les domaines des prix indiqués ci-dessus : science politique (Maghreb, Moyen-Orient, mondes musulmans), relations internationales, politique comparée, islam en France, islam en Europe, langues et littératures du Maghreb et du Moyen-Orient (toutes langues). Pour le prix de la thèse francophone, se reporter aux conditions particulières infra.
  • Avoir envoyé un dossier complet par mail selon les modalités ci-dessous, au plus tard le 15 janvier 2021.

Conditions particulières pour le prix de la thèse francophone :

  • Le ou la candidat.e, doit être citoyen.ne d’un des quatre pays suivants : Libye, Algérie, Maroc, Tunisie et doit avoir soutenu sa thèse en français, soit dans son pays, soit en France même, dans les délais indiqués ci-dessus et sur quelque sujet que ce soit ayant trait au Maghreb, au Moyen-Orient et aux mondes musulmans, dans toute discipline des lettres ou des sciences humaines et sociales.
  • Il convient de noter que si son dossier remplit les critères requis, un.e candidat.e au prix de la thèse francophone est éligible aux autres prix.

Composition du dossier :

  • Un exemplaire électronique de la thèse au format PDF.
  • Deux exemplaires du rapport du jury au format PDF. Pour les universités étrangères où il n’existe pas de rapport, prière de joindre deux lettres de recommandation : la première du directeur ou de la directrice de thèse, la seconde d’un.e autre universitaire.
  • Un CV et une liste des publications au format PDF.
  • Pour les candidat.e.s éligibles au prix de la thèse francophone, une preuve de nationalité (photocopie de la carte d’identité ou passeport).

Dossier à envoyer :

  • par e-mail (thèse en PDF, rapport de soutenance, CV, (le tout étant si possible compressé) : prix.momm@gmail.com

Étudier et publier les textes arabes avec le numérique // Formation en philologie numérique (en ligne) master, doctorat et recherche

Cette formation s’insère dans les actions du Groupement d’Intérêt Scientifique « Moyen Orient et mondes musulmans », à la suite des propositions formulées dans le Livre blanc «Vers la science ouverte ? La transition numérique et la recherche sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans en France».
L’objectif est de sensibiliser la communauté à ce qu’il est désormais coutume d’appeler la philologie numérique.
Ces trois premières journées de formation ont pour ambition d’introduire aux possibilités offertes par le numérique pour l’étude et la publication des textes arabes et de mener une réflexion autour des enjeux propres aux textes arabes.
Présentation
Cette formation, entièrement en ligne, comprend trois temps.
Elle réunit des chercheur.e.s français.e.s et internationaux qui partageront leur réflexion sur ces questions à partir de leurs expériences :
> Lundi 7 décembre : Une journée introductive et réflexive sur les possibilités offertes par le numérique pour la philologie et, en particulier, pour les textes en alphabet arabe.
> Mardi 8 décembre : La seconde journée interrogera les enjeux liés à la constitution des corpus, leur lecture et les enjeux d’encodage.
> Mercredi 9 décembre : La dernière journée abordera quelques aspects de l’analyse et de la publication des données.
Le programme de la formation
Inscription jusqu’au 30 novembre.
Contact : noemie.lucas[at]ehess.fr

ANF Digital areal 2020

Une Action Nationale de Formation (ANF) organisée par les trois GIS études aréales (GIS Asie, études africaines, Moyen-Orient et mondes musulmans) s’est tenue le 9 juin 2020 par visioconférence.

L’objectif de cette ANF était de permettre à la communauté scientifique des études aréales extra-occidentales de monter en compétences numériques, d’une part sur les questions générales ouvertes par la dématérialisation et la science ouverte, et d’autre part sur les problématiques qui sont spécifiques à la graphie non-latine de leurs sources textuelles et à la dispersion de leurs corpus. Une nouvelle ANF sur le même thème, mais avec des interventions diversifiées et des ateliers pratiques, est prévue les 14-17 juin 2021.
L’enjeu est de favoriser la transition numérique des recherches aréales, en fournissant en première approche un ensemble de grands principes, ainsi que l’occasion d’expérimentations pratiques et de retours d’expériences.

Lien vers le Livre blanc Vers la science ouverte ? La transition numérique et la recherche sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans en France, publiée en février 2020

Voici les vidéos des cinq intervenants de la journée
Elena PIERAZZO  (CESR, Université de Tours)
Les Humanités Numériques: une perspective historique et sociale
Peter  VERKINDEREN  (Kitab project – Centre for the Study of Muslim Civilisations, AKU, London)
Kitab : researching the pre-modern Arabic book tradition with digital tools
Julie ERISMANN  (In-Visu, CNRS)
Apports de la cartographie à l’exploitation  d’un  corpus iconographique sur la ville du Caire

Najat ESSAIFI  (conseillère formation, CNRS)
Propositions de formation par l’IFSeM (Service Mutualisé d’Île-de-France
Chahan VIDAL-GORENE  (École nationale des chartes)
HTR et langues peu dotées, exemple de l’arménien

Cinquième séminaire SOCOSMA 5 : 8 septembre 2020

Séance du 08 septembre 2020 (IRMC)
Vivre en Tunisie au temps du Covid-19


Oissila Saaidia
, directrice de l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) présentera l’ouvrage collectif Vivre au temps du Covid-19.

Deux interventions suivront :

Jamie Furniss, chercheur en anthropologie, MEAE
Les ressources déployées pour comprendre et combattre la crise du Covid-19 ne sont pas exclusivement biomédicales, mais aussi rituelles, spirituelles et culturelles. Celles-ci donnent à voir des manières « locales » d’appréhender et de réagir au péril, qui varient selon les contextes géographico-culturels spécifiques et l’histoire des épidémies précédentes. Jamie Furniss montrera comment le virus déconstruit les limites des séparations supposées étanches entre religion, politique et science, puis examinera des phénomènes par lesquels des liens sont établis entre le savoir médical concernant la propagation et l’impact du virus, d’une part, et des pratiques ou statuts socialement blâmables, d’autre part, donnent lieu à une «moralisation» du virus, montrant que maladie et biomédecine interagissent avec des données culturelles et sociales, s’infléchissant, s’appropriant et se déstabilisant mutuellement.

Marouen Taleb, chercheur post-doctoral, Projet Progrès Migration- GLM (IRMC/AFD)
La situation de crise en rapport avec la pandémie du covid-19 a mis en lumière en Tunisie les chevauchements de compétences entre les institutions élues et celles chargées de représenter l’État. Si en général, l’action publique locale a été marquée par une gestion rigoureuse et solidaire des risques liés à la pandémie, dans certaines régions, en revanche, la gestion de la composante « alimentaire » de la crise a soulevé d’autres problématiques héritées du passé autoritaire qui sont revenues hanter les rapports entre gouvernants et gouvernés. Elles mettent ainsi en lumière la nécessité pour l’État central d’établir de nouvelles relations en termes de gouvernance avec les instances élues locales et la société civile au lieu de se réfugier dans les circuits classiques de l’administration territoriale.

Le séminaire se tiendra en visioconférence via zoom entre 14h et 15h heure de Paris  (13h Rabat et Tunis, 14h Le Caire, 15h Beyrouth et Koweit, 16h Abu Dhabi et Mascate)
L’inscription est obligatoire. Pour recevoir le lien et mot de passe de la réunion, veuillez écrire en précisant votre affiliation institutionnelle ou universitaire et votre domaine de recherche à socosma[at]pm.me