Tous les articles par GIS Moyen-Orient et mondes musulmans

Stage intensif de kurde à l’antenne de l’Ifpo à Erbil (septembre 2017)

Description et objectifs

Le stage intensif de langue kurde proposé par l’Institut français du Proche-Orient à Erbil vise à offrir à des stagiaires débutants et de niveau intermédiaire une formation linguistique et culturelle complète ouverte sur les mondes kurdes. Le stage met l’accent sur la maîtrise des premières notions des deux principaux dialectes kurdes, le soranî et le kurmancî, tout en sensibilisant à d’autres langues de la région (le soureth ou néo-araméen et le turkmène) ainsi qu’à l’histoire et à la civilisation du Kurdistan et de l’Irak.

Cette formation a lieu à Erbil, capitale de la région autonome du Kurdistan d’Irak, un domaine très peu exploré par les chercheurs et les diplomates occidentaux. Il représente non seulement une fenêtre ouverte sur la diversité de l’Irak arabe et kurde, chiite, sunnite et chrétien, mais se situe également au carrefour d’influences régionales culturelles et géopolitiques diverses (Turquie, Iran, Syrie) et, notamment, au centre d’un monde kurde en pleine effervescence et recomposition.

La formation offre aux stagiaires une véritable immersion dans la culture kurde et irakienne. Les connaissances acquises tout au long de ce mois d’apprentissage seront stimulées et approfondies par des interactions quotidiennes avec la population. La ville d’Erbil, de culture linguistique majoritairement soranî, abrite une importante communauté kurmancophone et intègre dans son agglomération la bourgade d’Ainkawa, qui constitue l’un des centres de la communauté assyro-chaldéenne au Kurdistan. Le stage apporte également aux participants, un approfondissement de leurs connaissances générales concernant le nord de l’Irak, fondé sur l’histoire et les cultures de cette région.

Les effectifs réduits (10 personnes maximum par niveau) de la session de cours permettent une meilleure réalisation des objectifs pédagogiques. 25 heures de cours sont dispensées par semaine (5 heures par jour pendant 4 semaines) pour un total de 100 heures par mois. Les cours portent sur les sujets suivants :

  • langues soranî et kurmancî
  • introduction au soureth
  • histoire de l’Irak contemporain
  • civilisation kurde
  • histoire et culture des églises d’Irak
  • introduction à la culture turkmène

Le stage propose deux niveaux. Les stagiaires de niveau “grand débutant”, vont acquérir de nouvelles compétences et notamment des bases sérieuses en langues kurdes soranî et kurmancî. Les stagiaires de niveau “intermédiaire” (entre 100 et 150 heures acquises) approfondiront leur maîtrise des deux langues kurdes grâce à des supports littéraires et journalistiques plus complexes et une pratique poussée de la conversation. Attention ! Un minimum de 5 stagiaires est requis afin d’ouvrir un groupe de niveau. Les cours sont assurés principalement par des professeurs irakiens ou syriens dont la langue maternelle est le kurde et possédant une solide expérience de l’enseignement à des publics étrangers. Les enseignements de civilisation peuvent être dispensés en français ou en anglais.

Pour en savoir plus

Responsables : Farooq Jamshid Khorshid et Boris James

Télécharger la plaquette du stage

Colloque international IREMAM – IMAF « Appropriations d’espaces en contexte colonial et impérial », 12-14 juin 2017

L’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM)
et l’Institut des mondes africains (IMAF) ont le plaisir de vous convier au colloque international :

Appropriations d’espaces
en contexte colonial et impérial

qui se tiendra du 12 au 14 juin 2017 à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence.

Chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants et étudiants sont les bienvenus dans la limite des places disponibles (salle Georges Duby). Les interventions se dérouleront en français et en anglais.

Le comité scientifique :

Charlotte DEWEERDT (doctorante, IREMAM)
Aurélia DUSSERRE (maître de conférences, Aix-Marseille Université / IREMAM)
Didier GUIGNARD (chargé de recherche au CNRS, IREMAM)
Henri MEDARD (professeur, Aix-Marseille Université / IMAF)
Christine MUSSARD (maître de conférences, ESPE Aix-Marseille / IREMAM)
Mehdi SAKATNI (doctorant, IREMAM)
Iris SERI-HERSCH (maître de conférences, Aix-Marseille Université / IREMAM)

29 | 2017 – Villes nouvelles au Maghreb. Discours et réalités

Présentation [Texte intégral]
Pierre Signoles
Handicaps et contradictions du Programme de villes nouvelles au Maroc [Texte intégral]
Tarik Harroud
Handicaps and contradictions of the Program of new towns in Morocco: governance and process of realization
Les villes nouvelles en Algérie : une question apparemment réglée, mais une réalité complexe [Texte intégral]
Rachid Sidi Boumedine et Pierre Signoles
New towns in Algeria: apparently no problem anymore, but a complex reality
Hay Ryad à Rabat : de la ville nouvelle au quartier ? [Texte intégral]
Sonia Serhir
Hay Ryad, Rabat: from a new town to a district?
La ville nouvelle d’Ali Mendjeli [Texte intégral]
Ahcène Lakehal
The New Town of Ali Mendjeli. A space shaped by the practices and representations of ordinary townspeople
Un bilan intermédiaire du Programme de villes nouvelles au Maroc [Texte intégral]
Jean-Marie Ballout
An intermediate evaluation of the moroccan policy of new towns
Carnets de terrain
Damiette, une ville prospère d’Égypte au péril de la mondialisation [Texte intégral]
Marc Lavergne
Damietta, an affluent egyptian city under the threat of globalization. The collapse of traditional producing activities and social disruption as a result of technological modernization, global logics and State’s withdrawal
Biographies des auteurs
Biographies des auteurs [Texte intégral]
Résumés de thèses
Territorialisation par « ville nouvelle » au Maghreb [Texte intégral]
Jean-Marie Ballout
Étalement urbain et opérations immobilières périurbaines pour classes moyennes à Marrakech [Texte intégral]
Elsa Coslado
Comptes rendus
New Medinas : vers des villes nouvelles durables ? Expériences croisées au nord et au sud de la Méditerranée, de Pascaline Gaborit (dir.) [Texte intégral]
Pierre Signoles
Beyond the square. Urbanism and the Arab Uprisings, de Deen Sharp et Claire Panetta (eds) [Texte intégral]
Roman Stadnicki
Royaume d’asphalte. Jeunesse saoudienne en révolte, de Pascal Ménoret [Texte intégral]
Roman Stadnicki
Géopolitique de Dubaï et des Émirats arabes unis, de William Guéraiche [Texte intégral]
Marc Lavergne

Appel à projet 2017

La date limite de dépôt des dossiers par voie électronique est fixée au 4 septembre 2017 à minuit

Le GIS Moyen-Orient et mondes musulmans est en mesure d’accorder 5 000 euros destinés à financer un projet, porté par des équipes partenaires du GIS.

L’objectif de cette aide est de permettre la préparation d’une proposition de plus grande envergure en réponse à un appel d’offre (notamment ANR, ERC).

Porteur du projet : Tout chercheur ou enseignant chercheur statutaire et en activité appartenant à l’une des institutions partenaires du GIS Moyen-Orient et mondes musulmans peut être porteur de projet.

Participants : La participation des doctorants et jeunes chercheurs non-statutaires aux projets est très souhaitée et constituera un atout supplémentaire.

La participation des doctorants et jeunes chercheurs non-statutaires aux projets est très souhaitée et constituera un atout supplémentaire.

Les critères de sélection des projets sont les suivants :

  • une thématique en relation avec les thématiques GIS ;
  • association d’au moins deux équipes partenaires du GIS, sans exclure d’éventuels partenaires extérieurs ;
  • innovation et originalité (les projets déjà financés ne seront pas éligibles pas plus que l’achèvement des projets en cours) ;
  • interdisciplinarité, transversalité et comparatisme;
  • faisabilité et bonne adéquation entre les objectifs et la demande de moyens

Les fonds attribués pourront être utilisés pour des dépenses d’équipement et de fonctionnement (documentation, numérisation, frais de déplacements, prestations de service sur facture…), mais ne pourront pas servir à des dépenses de personnel (rémunérations, vacations, honoraires ni des achats du matériel informatique). Ils ne devront pas servir non plus au seul financement de colloques.

Pour la constitution des dossiers qui sont dématérialisés, un formulaire accompagne le présent appel d’offre. Tout projet soumis devra comporter le visa des directeurs des unités concernées. La date limite de dépôt des dossiers par voie électronique est fixée au lundi 4 septembre 2017 à minuit.

Les dossiers seront envoyés à la direction du GIS (mail dans le formulaire joint) pour évaluation aux membres du conseil scientifique selon leur spécialité, éventuellement à des experts extérieurs (deux évaluations par dossier). La décision finale sera prise par le conseil scientifique du 18 octobre 2017 sur la base des rapports fournis. Le financement du projet retenu sera versé dans le courant du premier trimestre 2018. Le porteur devra rendre compte précisément de l’emploi des fonds mis à sa disposition, grâce à un rapport qui sera joint au rapport d’activité du GIS.

Formulaire à remplir

Appels à projets « Islam, religion et société » 2017 – Bureau central des cultes (DLPAJ), Ministère de l’intérieur

Guide des appels à projets de recherche 2017

 « Islam, religion et société »

Ministère de l’Intérieur, Direction des libertés publiques et des affaires juridiques ­ Bureau central des cultes, en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche

En février 2015, le Gouvernement annonçait entre autres mesures le soutien à la recherche en islamologie ainsi qu’en sciences humaines sur l’islam de France. Cette annonce faisait suite au constat d’un déclin de l’islamologie en France (« Livre Blanc » du GIS Moyen-Orient/Mondes Musulmans » et Rapport « Disciplines rares », 2014), contrairement à la plupart des pays européens, et d’un défaut de renouvellement des travaux en sciences humaines portant sur l’islam de France. Une ligne de crédits de recherche intitulée « Islam, religion, et société » a donc été ouverte pour la première fois à la rentrée 2015, avec pour finalité de répondre aux besoins de connaissance de la diversité des institutions, courants, pratiques et discours relatifs à l’islam contemporain en France, de sa composition en mutations et recompositions permanentes. Les usages passés et présents du corpus religieux islamique, l’étude de la production scripturaire ancienne comme contemporaine ne seront pas non plus ignorés. Une approche pluridisciplinaire intégrant sociologues, anthropologues, juristes, économistes, politologues, historiens et islamologues a été privilégiée.

Les appels à projets 2017, qui s’adressent à l’ensemble de la communauté académique francophone, répondent aux besoins de connaissance des pouvoirs publics, dont plusieurs rapports récents estiment qu’ils devraient nouer un dialogue plus soutenu avec le monde de la recherche. Ainsi, après les 7 appels projets lancés en 2016, ce sont 8 nouveaux appels à projets qui seront soutenus cette année. Les sujets ont été retenus en accord avec le Conseil d’administration et le Conseil scientifique de ces crédits de recherche, composé de sept universitaires reconnus, présidé par le professeur Francis Messner (Université de Strasbourg) :

Projet no 16-2017 – L’islam au quotidien: discours, pratiques ordinaires, rapports à la norme (Seine Saint-Denis, Marseille, Lyon, Lille) (2ans).
Projet no 17a et 17b-2017 – L’islam à Mayotte et à La Réunion (2 ans).
Projet no 18-2017 – Engagements féminins dans l’islam de France.
Projet no 19-2017 – Les salons musulmans en France et en Belgique : économie, réseaux et acteurs socioreligieux.
Projet no 20-2017 – Le soufisme en France, entre hétérogénéités, mutations et velléités de rassemblement. Confréries, acteurs et réseaux.
Projet no 21-2017 – L’islam subsaharien et comorien en France métropolitaine.
Projet no 22-2017 – L’humanitaire islamique en France.

La date limite d’envoi des candidatures est fixée au Mardi 6 juin 2017. Elles seront ensuite examinées par le conseil scientifique et le conseil d’administration des crédits recherche, pour une délibération à la fin de ce même mois.

Exposition : Le Caire sur le vif. Beniamino Facchinelli,photographie (1875-1895)

Redécouvert très récemment par le recoupement de recherches de spécialistes de la photographie et du Moyen Orient, le travail de Beniamino Facchinelli réalisé au Caire entre 1875 et 1895 sera présenté pour la première fois à l’Institut national d’histoire de l’art du 21 avril au 8 juillet 2017, illustré par une sélection de tirages originaux, ouvrages scientifiques et cartes postales d’époque.

Établi au Caire au cours des années 1870, Beniamino Facchinelli a réalisé quelque 1 200 vues de ses rues et de ses monuments. Certaines répondent à des commandes passées par des amateurs français ou britanniques engagés dans la conservation et la restauration des monuments du Caire, et s’attachent à en documenter au plus près la physionomie. D’autres saisissent la ville au quotidien, sa vie et les mouvements humains, animaux dans ses rues. Certaines se distinguent par l’originalité de leur facture proche de l’instantané et toutes par leur style documentaire. Elles fournissent à ce titre un témoignage inédit et original de l’univers architectural, ornemental et urbain cairote avant les grandes restaurations du début du XXe siècle.

L’exposition présentée à l’INHA résulte des travaux plus généraux menés par le laboratoire InVisu (CNRS/INHA) sur l’iconographie du patrimoine monumental du Caire. Elle présente un inventaire photographique des architectures civiles, religieuses et des constructions modernes ou pittoresques à la fin du XIXe siècle. Elle revient également sur les techniques photographiques utilisées par Facchinelli, ainsi que sur la circulation de ses images dans les milieux aussi bien savants qu’artistiques.

À l’occasion de cette exposition, un colloque se tiendra à l’INHA le 17 mai 2017 rassemblant des historiens de la photographie et de l’architecture, afin de dresser un bilan des enseignements que peut livrer aujourd’hui ce corpus.

Exposition organisée par l’Institut national d’histoire de l’art, le laboratoire InVisu (CNRS/INHA) et la Bibliothèque nationale de France (BnF)

Commissariat

  • Thomas Cazentre (BnF)
  • Jérôme Delatour (INHA)
  • Mercedes Volait (InVisu, CNRS/INHA)

_____

Informations pratiques

Galerie Colbert, salle Roberto Longhi
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne – 75002 Paris
Accès : 6, rue des Petits-Champs
Métro : Bourse ou Palais Royal-Musée du Louvre

Du 21 avril au 8 juillet 2017
Du mardi au samedi de 14h30 à 19h30

Entrée libre

Projets transversaux soutenus par le GIS

2013

– Parangipettai, carrefour indien des mondes musulmans entre Asie du Sud-Est et péninsule Arabique
Responsable :Rémy Delage
Partenaires : CEIAS, Institut français de Pondichéry (IFP)

– Productions et circulations transnationales des biens médiatiques dans les mondes arabes et musulmans
Responsable : Dominique Marchetti,
Partenaires : Centre Jacques Berque en partenariat avec l’Institut français d’études anatoliennes d’Istanbul (IFEA)
Colloque international en septembre 2014.

– Le Prophète comme modèle : implications doctrinales et pratiques dévotionnelles
Reponsables : Denis Gril, Nelly Amri et Rachida Chih
Partenaires : IREMAM, CETOBAC
Colloque à Aix-en-Provence en octobre 2013.

2014

– 80 ans de sciences sociales de l’émigration dans les pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée : constructions nationales, effets de domination et dynamiques transnationales
Responsable : Jean-François Pérouse
Partenaires : IFEA, CJB, IFPO.

2015

Économie politique des circulations et consommations au Moyen-Orient
Responsable : Yoann Morvan
Partenaires : IDEMEC (Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative)

2016

L’orientalisme en train de se faire (années 1870 – années 1960)
Responsable : Emmanuel Szurek

Patrimoine et culture des élites sur les routes de la soie des origines à l’époque moderne : production, circulation et conservation entre la Méditerranée et la Chine
Responsable : Anna Caiozzo

L’héritage textuel des peuples sahariens (XVIe – XIXe siècle) : approches historiques et philologiques
Responsable : Ismail Warscheid

Parution : « La circulation des productions culturelles : cinémas, informations et séries télévisées dans les mondes arabes et musulmans » (CJB-IFEA)

Cet ouvrage analyse les enjeux (politiques, économiques, sociaux, religieux, linguistiques) du fonctionnement des univers culturels nationaux et transnationaux dans les pays des mondes arabes et musulmans.

Les auteurs s’appuient sur des enquêtes de terrain articulées autour de trois entrées. La première cerne les processus de transnationalisation culturelle en matière d’information, tout particulièrement le développement des chaînes panarabes d’information, les nouveaux rapports de force entre « grossistes » (agences de presse, etc.), l’émergence de médias en ligne et les acteurs transnationaux dans la formation des journalistes. Le deuxième volet appréhende ces logiques d’import-export à travers les programmes de télévision et le cinéma. Les films et les séries télévisées turques, l’émergence contemporaine de la production documentaire en langue arabe, les luttes politiques et religieuses autour des représentations visuelles des figures saintes de l’islam ou encore le poids de l’Inde et des Émirats arabes unis dans le marché cinématographique sont les terrains privilégiés. La troisième partie porte sur les politiques audiovisuelles et cinématographiques des États. Sont abordés successivement la diffusion des séries étrangères et nationales par les chaînes de télévision marocaines, les conditions de coproduction et de diffusion des films dits « du Maghreb » en France ou encore la création récente de deux instances de régulation des chaînes de télévision au Maroc et en Tunisie.

Au-delà des spécialistes, cet ouvrage s’adresse plus largement à tous ceux qui s’intéressent aux processus de transnationalisation culturelle.

Il est disponible gratuitement en format électronique sur le portail OpenEdition Books sur le lien suivant : http://books.openedition.org/cjb/1201

Table des matières

Partie 1. Les transformations contemporaines des circulations transnationales de l’information et des pratiques journalistiques

Tourya Guaaybess
Chapitre 1. La transnationalisation de l’information et du journalisme.
Le cas de la région arabe

Nicolas Dot-Pouillard
Chapitre 2. D’Al Jazeera à Al Mayadeen : la réinvention d’un journalisme militant ?

Enrico De Angelis
Chapitre 3. Nouveaux médias et flux d’information journalistique dans le monde arabe : localisation de la production et internationalisation de la consommation

Dominique Marchetti
Chapitre 4. Les nouveaux rapports de forces entre « grossistes » de l’information internationale
Le cas révélateur de la production et de la circulation transnationale de l’information « marocaine »

Olivier Koch
Chapitre 5. La professionnalisation du journalisme tunisien dans la période transitionnelle : le rôle des acteurs extranationaux

Partie 2. Les enjeux et les conditions sociales de l’import-export du cinéma et des programmes télévisés

Romain Lecler et Jean-François Polo
Chapitre 6. L’exportation du modèle français de financement du cinéma en Turquie : un transfert avorté

Nilgün Tutal-Cheviron et Aydın Çam
Chapitre 7. La vision turque du « soft-power » et l’instrumentalisation de la culture

Julien Paris
Chapitre 8. La morale nationale et internationale des histoires
L’impératif moral dans la production et la circulation des séries télévisées turques

Michel Tabet
Chapitre 9. Al Jazeera, production documentaire et « identité arabe »
Emergence et enjeux d’une industrie documentaire dans le monde arabe

Yves Gonzalez-Quijano
Chapitre 10. Biopics religieux et rivalités régionales dans la crise moyen-orientale

Némésis Srour
Chapitre 11. Réappropriation des réseaux de distribution de films indiens au Moyen-Orient : entre hégémonie hollywoodienne et concentrations émiraties
Le cas de l’implantation de la première société indienne à Dubaï

Partie 3. Les marchés médiatiques nationaux dans tous leurs états

Catherine Miller
Chapitre 12. Adapter et produire marocain
L’évolution des programmes de séries et films télévisés de la télévision marocaine entre 2003 et 2012

Abdelfettah Benchenna
Chapitre 13. La circulation commerciale des films maghrébins dans les salles de cinéma en France
Enquête sur des entreprises de distribution des films

Enrique Klaus
Chapitre 14. La transformation des marchés médiatiques à l’épreuve du redéploiement de la souveraineté de l’État au Maghreb
Les expériences marocaines et tunisiennes de régulation audiovisuelle

Tristan Mattelart
Postface

Colloque international : « Métiers de l’alimentation en Méditerranée occidentale. Pratiques culinaires et traditions alimentaires (Antiquité – Temps modernes) »

Du 5 au 6 avril 2017 à la Casa de Velázquez, Madrid

 

 

Coordinateurs :
Marianne BRISVILLE (CIHAM/UMR5648, Lyon 2 et EHEHI, Casa de Velázquez),
Rached LAKHAL (HESM, CEIK, Tunis)
Audrey RENAUD (associée AMR-ASM, Montpellier)
Nuria ROVIRA (AMR-ASM, Montpellier)

Organisation : École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Labex Archimède, UMR5648 (CIHAM, Lyon), Université de Lyon, UMR5140 (ASM, Montpellier), Laboratoire de recherches Histoire des Economies et des Sociétés Méditerranéennes (HESM, Université de Tunis)

Collaboration : INRAP, UMR7209 Muséum, UMR8164 (HALMA, Lille)

PROGRAMME  : 2017_04_5-6 — Métiers alimentation_programme

AFFICHE : 2017_04_5-6 — Métiers alimentation_affiche

Lien : https://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/news/les-metiers-de-lalimentation-en-mediterranee-occidentale/

Egalement : http://ciham.ish-lyon.cnrs.fr/metiers-lalimentation-en-mediterranee-occidentale-pratiques-culinaires-traditions-alimentaires

MERCREDI 5 avril

10h-14h :

Spécialisation des activités alimentaires (présidence : Manuela Marín)

Stéphanie Raux, « L’instrumentum des productions de bouche : quelques exemples de Narbonnaise  »

Catherine Richarté, Nicolas Garnier, Sonia Gutiérrez Lloret, Claudio Capelli, « À la recherche de biomarqueurs. Analyses archéométriques et contributions à l’étude des contenus des récipients des épaves islamiques de Provence (fin IXe-début Xe siècle)  »

Leonor Peña-Chocarro, Natalia Alonso Martínez, Guillem Perez, « Frutos y especias durante época medieval en el Mediterráneo Occidental »

Annliese Nef, Elena Pezzini, Viva Sacco, « Les métiers liés à l’alimentation dans la Sicile islamique : éléments textuels et archéologiques  »

Rached Lakhal, « Dar el ‘ūla (office des provisions) à la cour des Beys de Tunis aux XVIIIe et XIXe siècles »

15h30-18h30 :

Permanences et évolutions (présidence : Armelle Gardeisen)

Emmanuel Botte, « L’artisanat de la transformation du poisson en Italie tyrrhénienne antique (IVe av.- IIe ap.) »

Tarek Oueslati, « Mille ans d’occupation à Rirha vus au travers de l’os animal : innovations antiques et médiévales »

Marie-Pierre Ruas, « Les témoins archéobotaniques sur les héritages et les spécificités dans l’économie agro-vivrière du Maroc antique et médiéval »

Sophie Gilotte, Catherine Richarté, « Écrire sur les récipients en al-Andalus : réflexions à partir du cas d’Albalat »

JEUDI 6 avril

9h30-14h :

Consommation et saisonnalité (présidence : Laurent Callegarin)

Nicolas Garnier, « Cuisine et archéologie biomoléculaire : identifier des denrées et des procédés à partir de simples tessons. Un état de l’art »

Touatia Amraoui, « Aspects de la production et du stockage des denrées alimentaires en Maurétanie césarienne et en Numidie : diffusions et permanences des techniques »

Jérôme Ros, Carole Puig, « Productions vitivinicoles en Roussillon antique et médiéval à la croisée des sources archéologiques, archéobotaniques et historiques »

Marcos García García, Marta Moreno García, « Hábitos de consumo alimentario de origen animal en Córdoba durante época emiral y califal a través del registro arqueozoológico : los casos de Cercadilla y Saqunda »

Iria de Santás de Arcos, « Alimentación y medicina a través de las obras de adab : La segunda perla del andalusi Ibn ‘Abd Rabbihi »

Hafedh Ben Hassen, « La cuisine du Sultan Ottoman à la fin du xviie siècle d’après le manuscrit de Lacroix »

Résumé

L’alimentation occupe une place majeure dans les activités des communautés, qu’elles soient l’œuvre de professionnels ou qu’elles s’insèrent dans le cadre domestique. Cette importance se traduit par la multiplicité et la diversité des processus et des savoir-faire de production, de transformation et de commercialisation des aliments. Les variations spatiales ou temporelles, séparant la production de la consommation, conduisent à interroger les modalités de ravitaillement et de commercialisation des denrées, ainsi que la saisonnalité des produits.

L’approche pluridisciplinaire et multiscalaire, sur la longue durée et sur un espace géographique vaste, vise à étudier les spécificités des métiers de bouche et de mettre en relief les acteurs qui organisent le fait alimentaire depuis la production jusqu’à la consommation, en passant par la transformation et la commercialisation. Il s’agit d’estimer les évolutions dans le temps, en s’interrogeant sur les ruptures ou les continuités liées à trois phénomènes historiques majeurs : la romanisation du bassin méditerranéen, l’établissement du Dār al-Islām et la diffusion de nouveaux produits suite à la découverte des Amériques. L’objectif est aussi de percevoir des similitudes ou des spécificités locales ou régionales liées aux ressources locales ou aux dimensions confessionnelles.