Tous les articles par balneorient

Dossier « Le hammam en Méditerranée » disponible sur revue.org

Nous annoncions en oct. 2015 la parution d’un dossier thématique de la revue Insaniyat sur « le hammam en Méditerranée« . Ce riche dossier est désormais entièrement accessible en ligne.

Présentation du dossier (extrait)

(Khedidja Adel & Nouria Benghabrit Remaoun)

Ce numéro d’Insaniyat est consacré au bain communément appelé « hammam » ou « bain-maure ». En l’abordant aujourd’hui, nous mettons au cœur de nos préoccupations la question du patrimoine matériel et immatériel des soins du corps. Microcosme et héritage séculaire de la culture en méditerranée, le hammam n’en est pas moins aussi un vecteur de la mémoire collective. Cette livraison bénéficie, en grande partie, des recherches sur le hammam menées dans le cadre d’un partenariat euro-méditerranéen, piloté par l’Institut viennois du développement durable (Oikodrom). Ce projet « HAMMAM », auquel ont pris part plusieurs partenaires dont le CRASC, visait l’étude de ce lieu controversé dans les deux régions du Maghreb et du Machreq. Il a réuni des chercheurs d’horizons disciplinaires divers, avec comme perspective une analyse du hammam dans son environnement, pour développer des programmes de réhabilitation comme ce fut le cas des hammams : Seffarine (fes), Amounah (Damas) et Tanbali (Le Caire).

Les contributions portent sur cet espace de sociabilité dans différents contextes géographiques et sociologiques. Au-delà de la question de l’hygiène et de la relation au corps, évoquée par Abdelwahab Bouhdiba, le hammam révèle une certaine conception du monde et des relations sociales. (lire la suite)

Enseigne du hammam as-Selselah à Damas (Th. Fournet 2009)

Parution des actes du colloque Balnéorient de Damas

 

Télécharger le sommaire / download the summary

Depuis 2006, Balnéorient mène une enquête sur le bain collectif en Méditerranée orientale, de l’Antiquité (haute époque hellénistique) à l’époque contemporaine. Ce programme fédératif s’était donné pour but d’étudier les divers aspects d’une pratique sociale dans une région qui n’avait jamais encore été prise comme épicentre d’une réflexion menée à la fois sur le temps long et dans un cadre géographique large. L’ouvrage présent réunit 63 articles, études de cas et synthèses, accompagnés d’une bibliographie commune. Ils examinent le phénomène balnéaire à l’échelle du Proche-Orient et permettent d’en proposer une vision d’ensemble, ne serait-ce que pour en souligner la complexité et mettre en lumière l’extrême richesse du patrimoine thermal de cette région. L’approche diachronique adoptée permet, en particulier, de proposer une autre lecture de l’histoire du bain collectif, ailleurs présentée comme ponctuée de temps forts, que seraient les époques romaine et ottomane, et jalonnée de moments atones ou de périodes de reculs comme la fin de l’Antiquité ou l’époque contemporaine. Au contraire, le présent ouvrage démontre l’extrême richesse et la diversité du patrimoine balnéaire du Proche-Orient, à toutes les époques et dans toutes les contrées sur lesquelles a porté notre étude.

يعرض هذا الكتاب نتائج أبحاث بدأت منذ عام 2006 ، وهى تتعلق بدراسة الحمّامات العامة فى الجانب الشرقى من البحر الأبيض المتوسط بين الفترة الهلينيستية والفترة المعاصرة. وكان الهدف من هذا البحث، الذى تم تأييده من قبل الوكالة الوطنية للبحوث، هو دراسة مختلف جوانب الممارسات الاجتماعيّة فى منطقة لم يُجر فيها حتى الآن أى نوع من الدراسات سواء فى إطار زمنى طويل المدى أو على نطاق جغرافى واسع، ويحتوى الكتاب على 63 مقال وقائمة مراجع مشتركة. يتفحّص هذا المؤلَّف مسألة الحمامات العامة على مقياس الشرق الأدنى، ويسمح باقتراح نظرة شمولية تُظْهر التعقيدات المرتبطة بتلك المسألة، كما أنه يُلقى الضوء على الأهمية التراثية للحمامات العامة فى هذه المنطقة. إنّ هذه الدراسات تعتمد على التسلسل الزمنى، بحيث تُتيح لنا الفرصة لاقتراح قراءة أخرى لتاريخ الحمامات العامّة. وتلك القراءة تختلف عن سابقاتها طبقاً لفترات مزدهرة كالعصرين الرومانى والعثمانى، وعصور تراجُع مثل نهاية الفترتين الكلاسيكية والمعاصرة. وعلى العكس من ذلك، فيثبت هذا البحث أقصى درجات الثراء والتنوع فيما يتعلق بالتراث الحمّامى فى الشرق الأدنى فى كل العصور وفى جميع البلدان التى تناولتها الدراسة.

Since 2006 the Balnéorient team has been studying ancient (from the Early Hellenistic period) to contemporary collective baths in the Eastern Mediterranean. This federative program aimed at examining the various aspects of this hugely attested social practice in an area that had never been, so far, taken as the focal point of a survey on both the longue durée and this wide geographical context. The present book includes 63 articles, case studies and syntheses, together with a common bibliography. These examine the bathing phenomenon within the broader Middle Eastern context and allow for a panoramic view of the phenomenon that underlines its complexity and highlights the striking wealth of bath-related heritage in this region. The diachronic approach, in particular, suggests a history of the bathing phenomenon across times that differs from the one which was presented elsewhere as being made of peaks, such as the Roman and Ottoman periods, and stagnant phases or declines, such as the end of Antiquity or the modern era. On the contrary, this book demonstrates the extreme richness and diversity of bath-related heritage of the Middle East, in all periods and in all countries in which we conducted our study.

Sommaire

(un lien sur chaque titre permet d’accéder au résumé de l’article, avec possibilité d’achat des articles en pdf au détail au prix de 5€)

  • Introduction, BOUSSAC (Marie-Françoise), DENOIX (Sylvie), FOURNET (Thibaud), REDON (Bérangère), p. 1-40

1. LA PIERRE, L’EAU, L’AIR, LE FEU 1.1. Corpus, inventaires et typologies

1.2. Études archéologiques et architecturales

1.3. Histoire des techniques

2. CONTEXTES URBAINS ET ÉCONOMIQUES 2.1. Bain, ville, pouvoir et élites

2.2. L’économie du bain

3. PRATIQUES ET NORMES 3.1. Ustensiles et cosmétiques

3.2. Hygiène et thérapeutique – prescriptions et proscriptions

3.3. Le bain et ses reflets

Bibliographie

  • Études, p. 1171
  • Sources antiques, p. 1231
  • Sources arabes et turques médiévales et modernes, p. 1234
  • Sources occidentales médiévales et modernes, p. 1240

Liste des contributeurs, p. 1243

DeuxLogos

Restauration des bains omeyyades de Qusayr’ Amra

International Conference Rome 22 – 23 October 2014 Istituto Superiore per la Conservazione ed il Restauro

The Colours of the Prince

Conservation and Knowledge in Qusayr ‘Amra Baths (Jordan)

QusayrAmra_Web

The complex of Qusayr ‘Amra, built during the Umayyad period, in the 8th century AD, consists of a bath, a qasr (palace), a watchtower, an hydraulic system and other unexcavated infrastructures. The extensive cycle of wall paintings in the interior of the qasr is a unique testimony of early Islamic art. The paintings are extraordinary in their style and representations, and because they are largely preserved. For these reasons the site deserved its inscription on the UNESCO World Heritage List in 1985.

Since 2010 the site is undergoing a throrough conservation process, which is a joint collaboration between the World Monuments Fund (WMF), the Jordanian Department of Antiquities (DoA) and the Italian Istituto Superiore per la Conservazione ed il Restauro (ISCR). The project targets simultaneously the building and its decorative features (in particular wall paintings), as well as the management of the site and its community-based preservation and enhancement.

The main objective of the conference is to present to the academic world and the public the outstanding results of the last conservation project of the monument. Particular attention will be addressed to the conservation work on the wall paintings that has revealed unprecedented aspects of these rare artistic representations, such as the vibrant colors of the decorations and unexpected details that shed new light on the interpretation of the subjects and the patron of the paintings. The two-days conference also aims to bring together scholars from different fields of study and implicate them in a discussion on the building and its decorations.

For further informations: Conference Scientific Committee

  • Dr. Giovanna De Palma – giovanna.depalma@beniculturali.it
  • Dr. Francesca Manuela Anzelmo  – anzelmo.francesca@gmail.com

 

En savoir plus : Télécharger le programme / Aller sur le site de l’ISCR / communiqué de presse (en italien)

QusayrAmra

 

 

Spa cities in the Roman Empire

symposium-aquae

Programa| Program

oct. 16:

  • Discurso de abertura pelo Sr. Presidente da Câmara, Arq.º António Cabeleira
  • Apresentação dos conferencistas por Sérgio Carneiro, coordenador científico do simpósio
  • Elogio de Helena Frade (Ana Margarida Arruda, Universidade de Lisboa)
  • De lo general a lo particular: el estudio de los enclaves termales de época romana en la fachada atlántica de la Península Ibérica (Silvia González Soutelo, Universidade de Vigo)
  • El balneario medicinal romano. Edificio o ciudad (Carme Miró i Alaix, Institut de Cultura de Barcelona e María Jesús Pérex Agorreta, Universidad Nacional de Educación a Distancia)
  • De Fortuna a Hispania. El “Proyecto Balnearios”. planteamiento, método y resultados (Gonzalo Matilla Séiquer, Universidad de Murcia)
  • El enclave de As Burgas y el aglomerado romano de Ourense (Celso Rodríguez Cao, Universidade de Vigo e José Mª Eguileta Franco, Ayuntamiento de Ourense)
  • El Balneario romano de Lugo. Campañas 1998-2013 (Gonzalo Meijide Cameselle, Consellería de Cultura da Xunta de Galicia e Francisco Hervés Raigoso, Arqueoconsulting S.l.)

Oct. 17:

  • The golden age of spas: roman thermal baths of the High Empire (2nd century AD) (Jens Koehler, American University of Rome / John Cabot University)
  • Thermalism in Ancient Italy. Results and perspectives of an archaeological research program (Maddalena Bassani, Università degli Studi di Padova)
  • New data from the site of Campetti, area south-west (Ugo Fusco, Università “La Sapienza”, Roma)
  • Allianoi thermal bath (Ahmet Yaraş, Trakya University)
  • Baths and bathing in Aquincum (Gabriella Fényes, Aquincum museum, Budapeste)
  • As termas medicinais romanas de Chaves: saúde, religião e política na periferia do império (Sérgio Carneiro, Município de Chaves)
  • Visita ao balneário termomedicinal romano de Chaves

Oct. 18:

  • Visita aos balneários romanos de Lugo e Ourense

Voir en ligne : Programme / Résumés des communications / Page Facebook 

10659331_289312037944390_4287260066384781990_n

Inventaire et protection des hammams de la médina de Tunis

Rapport de la table ronde du 12 juillet 2014 – renseignements : contact@associationmedinatunis.org

Regards Posés. Hammams de la Médina de Tunis (Hammam Sidi Sahbi © Aglaé Bory)

Regards Posés. Hammams de la Médina de Tunis (Hammam Sidi Sahbi © Aglaé Bory)

Rappel des objectifs de la table ronde

Organisée dans le cadre de l’exposition « Regards posés. Hammams de la Médina de Tunis » (ci-dessus), cette table ronde avait pour objectifs de mettre en synergie les diverses initiatives d’inventaire des hammams historiques de la médina de Tunis, et d’enrichir la concertation citoyenne et le dialogue entre l’ensemble des acteurs institutionnels et non institutionnels concernés. Elle entendait également capitaliser les produits de la journée d’étude tenue le 25.12.2013 au sein de l’Institut National du Patrimoine. Elle a réuni des chercheurs et des professionnels de l’architecture, des directeurs d’institutions nationales de sauvegarde du patrimoine, des photographes associés au projet de l’association, des propriétaires de hammams et des membres de Lmdina Wel Rabtine.

Programme de la table ronde / participants

Introduction

(Sondos Belhassen, Présidente de Lmdina Wel Rabtine)

Séance 1 : Inventaire et connaissance des hammams de la médina de Tunis

(Facilitateur : Ahmed Zaouche, SG, Lmdina Wel Rabtine)

  • Mme Saloua Darghouth, Directrice de l’Inventaire et de la recherche, Institut National du Patrimoine
  • M. Adnene Ben Nejma, Conservateur de la Médina de Tunis
  • M. Zoubeir Mouhli, Directeur général de l’Association de Sauvegarde de la Médina de Tunis
  • Mme Sana Letaief, Chercheuse associée Lmdina Wel Rabtine

Séance 2 : De l’inventaire à la protection active des hammams : le point de vue des propriétaires et des artistes

(Facilitateur : Amel El Benna, SG adjoint, Lmdina Wel Rabtine)

  • Ali Bakir, Propriétaire de Hammam Tammarine
  • Monia Ben Aoun, Propriétaire de Hammam Zitouni
  • Jacques Pion, photographe (France)
  • Max Jacot, photographe (Suisse)
  • Aziz Tnani, photographe (Tunisie)

Séance 3 : Débat avec le public

(facilitateurs : Selim Adhoum, Trésorier, Ahmed Blaich, Trésorier adjoint, Lmdina Wel Rabtine)

Clôture et synthèse des travaux

Synthèse des discussions

Séance 1 : Inventaire et connaissance des hammams de la médina de Tunis

Les responsables de l’Institut National du Patrimoine et de l’Association de Sauvegarde de la Médina ont partagé l’état des connaissances disponibles au sein de leurs institutions, sur les hammams historiques de la médina de Tunis. Ils ont notamment relevé l’absence de classement officiel de hammams historiques (même pas de classement paru au JORT du Hammam El Grana qui date du Xè siècle). Les responsables de l’INP ont présenté le chantier d’étude et inventaire général du patrimoine architectural de la médina de Tunis (en cours d’élaboration) qui devrait aboutir à la production de plans et de coupes par secteurs et qui enrichira la connaissance des dimensions matérielles (architecturales) des hammams historiques. Cet inventaire sera orienté vers des projets pilotes de valorisation culturelle et de création de circuits réhabilités.

L’ASM dispose de son côté d’une étude sociodémographique (1978) qui décortique en particulier les problèmes sociaux sanitaires et éclaire sur les mesures hygiénistes mises en place par la ville de Tunis à l’époque et dont certaines se sont révélées limitées. L’ASM dispose également d’une carte détaillée vectorisée de la médina de Tunis (2013), au sein de laquelle s’est inséré le travail de cartographie initié par l’Association Lmdina Wel Rabtine et ayant abouti au repérage de 50 hammams historiques. Il est souligné l’importance de collecter des sources historiques (notamment des photographies d’époque, cartes postales, manuscrits et actes notariés pour documenter entre autres la transmission des hammams, etc.). La méthodologie de l’inventaire (quelles informations, comment les classer, quels supports, etc.) devrait également être harmonisée (en fonction des projets de sauvegarde projetés) et tenir compte du statut spécifique des hammams de Tunis qui ont toujours été des domaines privés et n’ont pas appartenu à la Djemaia des Habous comme c’est le cas au Maroc et dans d’autres pays arabes.

Il a été suggéré que le corpus photographique produit dans le cadre du projet « Regards posés » (près de 500 images) alimente une nouvelle plateforme électronique, fondée sur un système d’information géographique (SIG), permettant d’associer à la localisaion des hammams, toutes les données pertinentes (photographies, notices historiques, cartes, etc.). Les participants s’accordent sur l’importance d’un inventaire multidimensionnel, consacrant à la fois les aspects matériels et immatériels des hammams (architectures, transmission, usages, rituels, mythes, objets, récits, sons, etc.). Les panélistes ont admis le fait que le travail d’inventaire doit nécessairement anticiper les projets de valorisation des hammams qui en conditionneront la méthodologie et le format.

 

Regards Posés. Hammams de la Médina de Tunis (Hammam er-Remmimi © Jacques Pion)

Regards Posés. Hammams de la Médina de Tunis (Hammam er-Remmimi © Jacques Pion)

Séance 2 : De l’inventaire à la protection active des hammams

Les propriétaires ont rappelé le large éventail de problèmes quotidiens auxquels ils font face et qui grèvent aussi bien leur activité économique que l’entretien des hammams. Les charges de chauffage et de consommation énergétique (électricité, gaz) et d’évacuation des eaux, d’entretien et de chaulage sont les plus lourdes à gérer, ainsi que les faibles recettes du fait de la stagnation du prix d’entrée et la concurrence. Les propriétaires ont exprimé beaucoup d’intérêt pour les possibilités de classement de leurs biens et ont souligné les faibles capacités de leur syndicat à conduire le plaidoyer et à dialoguer avec les institutions nationales et avec la Ville de Tunis en vue d’une baisse des charges d’exploitation et/ou de mesures exceptionnelles d’exploitation des hammams historiques. Ils ont également souligné le caractère «limité » ou « insuffisant » des expérimentations pilotes menées récemment pour renforcer l’attractivité des hammams et leur viabilité économique (cf. notamment le projet des hammams culturels et gastronomiques). Ils ont également souligné leur intérêt et leur curiosité pour la promotion de divers modèles de hammams : (i) le hammam intégré dans un circuit de tourisme culturel et drainant un public de touristes et de clients « haut de gamme », (ii) le hammam classique destiné à la population traditionnelle de la médina et aux clients modestes, (iii) le hammam reconverti pouvant abriter d’autres usages. Trois photographes (Max Jacot, Jacques Pion et Aziz Tnani) ont livré un témoignage de la détresse économique, sociale et de l’exclusion des tenanciers des hammams (tayeb/masseurs, ouvriers précaires, etc.). Ils ont relevé le fait que les difficultés de transmission et la résolution des conflits liés à l’héritage sont le leitmotiv de leurs entretiens approfondis avec les ouvriers des hammams. Ils sont disposés à mettre leurs photos au service de tout projet de revitalisation et de valorisation de l’image des hammams.

Propositions de suivi et de collaboration

A l’issue de la discussion, les participants ont identifié des pistes d’intervention commune entre l’INP, l’ASM, l’association Lmdina Wel Rabtine et les autres partenaires impliqués afin de renforcer la connaissance des hammams et de susciter des démarches innovantes de valorisation. Il s’agit de :

  • Proposition 1 : Valoriser le fonds photographique produit dans le cadre du projet « Regards posés. Hammams de la médina de Tunis » en le rendant accessible via une plateforme électronique sécurisée ; le croiser avec l’ensemble des données architecturales, historiques et socio-économiques disponibles inhérentes aux hammams historiques de Tunis et encourager les publications autour de ce fonds.
  • Proposition 2 : Elaboration d’une étude économique sur l’offre, les recettes et la viabilité du service des hammams historiques de la médina de Tunis (« le marché des hammams »). Une telle étude permettrait d’apprécier à sa juste valeur le potentiel de valorisation et de développement du modèle économique des hammams de la médina de Tunis et d’envisager des projets d’exploitation novateurs, pouvant miser notamment sur les dynamiques du tourisme culturel. Les termes de référence de cette étude pourraient être développés par Lmdina Wel Rabtine, en étroite concertation avec l’INP et l’ASM.
  • Proposition 3 : Organisation, au cours de l’année 2015, d’un atelier de partage d’expériences réussies et de bonnes pratiques en matière d’exploitation touristique des hammams historiques, avec la participation de propriétaires de hammams étrangers ayant inscrit leurs établissements dans un circuit de tourisme culturel (par exemple le hammam Cemberlitas à Istambul) et/ou ayant initié des approches créatives de gestion/développement de leurs établissements (réduction des consommations énergétiques, communication et marketing, etc.).
  • Proposition 4 : Soutenir et/ou faciliter la communication au sein du syndicat des hammams et renforcer les capacités de mobilisation, de réseautage et de plaidoyer au sein de cette corporation pour mieux défendre les intérêts des hammams de Tunis.
  • Proposition 5 : Encourager les propriétaires de hammams à proposer le classement de leurs biens, avec l’assistance technique et institutionnelle conjointe de l’INP et de l’ASM et poursuivre la discussion sur les mesures de protection juridique complémentaires.
  • Proposition 6 : Partager les résultats de la présente table ronde avec l’ensemble des acteurs impliqués et multiplier les efforts de mobilisation de ressources pour insérer ces nouvelles proposition d’intervention dans le plan d’action du Projet « hammams », mis en oeuvre par l’association Lmdina Wel Rabtine, avec l’appui de l’Ambassade de Suisse en Tunisie et de l’Institut Français de Tunisie.

Couverture médiatique

Les travaux de la table ronde ont été enregistrés par Associated Press dans le cadre d’un documentaire dédié au patrimoine méditerranéen et dont la diffusion est prévue pour octobre 2014. La table ronde a été également couverte par l’agence de communication Graphik Island, mandatée par l’association pour élaborer une vidéo synthétisant l’ensemble des évènements organisés dans le cadre de l’exposition « Regards posés. Hammams de la médina de Tunis ». Un reportage photo est également disponible (quelques extraits dans ce billet). La table ronde a été annoncée lors de plusieurs émissions radiophoniques ainsi que sur les réseaux sociaux. Les invitations ont également été relayées par les réseaux respectifs de l’Association de Sauvegarde de la Médina de Tunis et de l’Institut National du Patrimoine.

Il convient également de souligner que la table ronde a bénéficié de la grande visibilité médiatique de l’exposition « Regards posés. Hammams de la médina de Tunis » qui a bénéficié d’une trentaine d’article parus dans la presse nationale et étrangère, en l’intervalle d’une semaine (7-14 juillet 2014). Cette revue de presse détaillée est disponible sur demande. Pour toute question : contact@associationmedinatunis.org

Regards Posés. Hammams de la Médina de Tunis (© Patricia Triki, Mahdi Chaker, Rania Dourai)

Regards Posés. Hammams de la Médina de Tunis (© Patricia Triki, Mahdi Chaker, Rania Dourai)

Remerciements

L’association L’mdina Wel Rabtine adresse ses plus vifs remerciements à tous ses partenaires et notamment :

  • Mme Saloua Darghouth, Directrice de l’inventaire et des études, Institut National du Patrimoine
  • M. Zoubeir Mouhli, Directeur, Association de Sauvegarde de la Médina de Tunis
  • M. Adnen Ben Nejma, Conservateur de la Médina, Institut National du Patrimoine
  • M Ali Bakir, Propriétaire Hammam Bakir
  • Mme Monia Ben Aoun, Propriétaire Hammam Zitouni
  • M. Aziz Tnani, Photographe (Tunisie)
  • M. Jacques Pion, Photographe (France)
  • M. Max Jacot, Photographe (Suisse)
  • ainsi que Mme Monia Riahi Maaouia (Ambassade de Suisse) et M. Yvan Bertoux (Institut Français de Tunisie).

En savoir plus : contact@associationmedinatunis.org

Exposition : hammams de la Médina de Tunis

Communiqué de presse – Tunis, 30 juin 2014

Les hammams de la Médina révèlent leurs secrets

DU 11 AU 30 JUILLET 2014, AU MUSEE DE LA VILLE DE TUNIS, PALAIS KHEIREDDINE.

Affiche-Regards-Poses

L’association L’Mdina Wel Rabtine-Actions citoyennes en Médina présente une exposition photographique inédite des hammams historiques de la Médina, du 11 au 30 Juillet 2014, au Musée de la Ville de Tunis, Palais Kheireddine. Menée en partenariat avec la Maison de l’Image et avec le soutien précieux de l’Institut Français de Tunisie et de l’Ambassade de Suisse, l’exposition « Regards Posés. Hammams de la Médina de Tunis » réunit les œuvres de 19 photographes tunisiens et européens, professionnels et amateurs, et donne à voir la réalité d’un patrimoine en péril. Il s’agit de Mohamed Amine Abassi, Sophia Baraket, Aglaé Bory, Hamideddine Bouali, Marianne Catzaras, Mahdi Chaker, Nesrine Cheikh-Ali, Chehine Dhahak, Rania Dourai, Hichem Driss, Arnaldo Genitrini, Pol Guillard, Yassine Hakimi, Max Jacot, Arthur Perset, Jacques Pion, Anna Puig Rosado, Aziz Tnani et Patricia Triki. Introduits par l’association, les photographes ont eu accès à un ou plusieurs hammams, en activité ou abandonnés, souvent peu connus du grand public, et dont certains remontent au moyen âge.

Les 114 images sélectionnées tirent de l’oubli un patrimoine riche et méconnu et nous font redécouvrir l’architecture diversifiée de ces hammams ainsi que les usages, les mythes et les rituels ancestraux qui peuplent l’imaginaire collectif. A l’heure où le phénomène de dégradation de ces bains semble s’accélérer, le projet photographique cherche à combler le vide iconographique des hammams de Tunis et plaide pour une protection vigilante et une sauvegarde créative. En effet, sur les 50 hammams historiques signalés au XIXème siècle dans le cahier des taxes municipales (Kharruba) et cartographiés en 2013 par l’association, seuls 26 hammams ont pu maintenir leur activité. 17 ont été détruits et 7 autres sont fermés. Selon les membres de l’association, des entretiens approfondis avec les propriétaires, tenanciers et personnels des hammams ont mis en exergue les difficultés majeures et les obstacles nouveaux grevant leur activité dont les charges élevées d’entretien et de chauffage ainsi que la transmission du métier et du savoir-faire aux jeunes générations. Cela laisserait présager la disparition de ces lieux historiques pendant la prochaine décennie.

L’exposition « Regards Posés. Hammams de la Médina de Tunis » alimentera une banque d’images ainsi que divers projets d’édition, de communication et de plaidoyer pour sensibiliser les décideurs et le grand public à la valeur indéniable de ce patrimoine et à la nécessité de le sauvegarder. Ce projet photographique s’inscrit dans une initiative globale de valorisation des hammams, comprenant des interventions multiples s’appuyant sur l’engagement des habitants de la Médina : prise de connaissance des techniques de réhabilitation durable, renforcement des capacités de gestion, recherche, inventaire et information des diverses parties prenantes, appui institutionnel, concertation citoyenne et mobilisation des médias.

L’association L’mdina Wel Rabtine-Actions citoyennes en Médina, a été créée en janvier 2012. Elle réunit des habitants, commerçants, passionnés et amoureux de la Médina de Tunis, ainsi que des chercheurs et des artistes, autour d’une vision partagée de gouvernance démocratique du patrimoine. L’Mdina Wel Rabtine se mobilise pour consacrer pleinement la participation des citoyens ordinaires, premiers dépositaires de ce patrimoine, dans la définition des enjeux et des moyens de sauvegarde en Médina, domaine jusque-là longtemps réservé aux spécialistes. Les projets de l’association se veulent multidisciplinaires, innovants et participatifs, cherchant à expérimenter des approches créatives de sauvegarde du patrimoine.

En savoir plus :

Les bains tardo-républicains de Cornebarrieu : des Romains chez les Gaulois…

 
Un billet de Catherine Viers (Architecte, archéologue INRAP), autour de l’exposition “Permis de construire” au Musée Saint-Raymond – 16/11/2013 – 21/09/2014

Les bains de Cornebarrieu (Haute Garonne) ont été découverts en 2005 lors du diagnostic prescrit à l’occasion du projet d’aménagement de la ZAC des Monges-Croix du Sud, au nord-ouest de Toulouse, et fouillé en 2007. Aucune autre structure contemporaine n’a pu être rattachée à cet édifice malgré l’étendue du diagnostic au nord, à l’est et au sud. Cet apparent isolement doit cependant être pondéré par la présence très vraisemblable d’une occupation à l’ouest, de l’autre côté de la D65, dont les vestiges, peu perceptibles, ont été détruits à l’occasion de l’aménagement du lotissement de Bel-Soleil à la fin des années 1980.

PlanBainsCornebarrieu_INRAP

Le bâtiment s’inscrit dans un plan presque carré de 5,25 m sur 5,75 m composé de deux pièces, l’apodyterium et le caldarium, disposées en L (voir plan ci-dessus). L’espace vacant dans le quart sud-ouest est occupé par un praefurnium. Le caldarium s’étend sur toute la longueur de l’édifice, à l’ouest. Le sol est réalisé en opus signinum à tesselles. La majorité des tesselles sont blanches, des tesselles noires étant exclusivement utilisées à des points stratégiques du décor : intersection de lignes ou centre d’un motif. Les tesselles, d’environ 1 cm de coté, sont disposées à 45° par rapport à l’axe des motifs, incrustées dans un rechapage de béton de tuileau fin d’environs 1 cm d’épaisseur, à l’emplacement des tapis.

Le tapis de l’apodyterium est constitué d’un méandre de svastikas et carrés à tesselle centrale, encadré par un filet alternant tesselles blanches et noires. Le centre de la composition est enrichi d’un petit rectangle constitué de trois fois six croisettes. Une banquette dont seul l’arrachement nous est parvenu, s’adossait aux cloisons intérieures. Bâtie en briques, elle était enduite de mortier.

Vue d'ensemble des bains de Cornebarrieu, depuis le nord-est (cliché Olivier Dayrens, Inrap)

Vue d’ensemble des bains de Cornebarrieu en cours de fouille, depuis le nord-est (cliché Olivier Dayrens, Inrap).

On accédait au caldarium par une petite porte de 0,75 m de large. Le sol, décoré de deux panneaux rectangulaires, comporte un quadrillage losangé en entrant puis un fleuron central à six feuilles, inscrit dans un méandre circulaire de svastikas et carrés pointés. Les deux panneaux sont encadrés par un méandre de même nature bordé de part et d’autre par un filet de tesselles noires et blanches alternées. Au fond de la pièce une empreinte circulaire témoigne de la présence d’un labrum, soigneusement récupéré lors de l’abandon de l’édifice, tandis qu’une baignoire maçonnée lui faisait face. Cette dernière s’implante sur un praefurnium enterré qui permettait le chauffage de l’eau. Seul ce dernier était conservé, les deux murs entre lesquels il s’inscrivait constituant les substructions du bloc-baignoire et de sa marche-margelle. Ces derniers ainsi que le foyer étaient construits avec des briques entières ou coupées en deux d’un modèle unique. de 0,43 x 0,28 x 0,065 m.

Bains de Cornebarrieu, vue zénithale du caldarium : praefurnium, sol osaiqué et négatif du labrum (© INRAP)

Bains de Cornebarrieu, vue zénithale de la salle chaude : foyer, sol mosaiqué et négatif de la vasque ronde (© INRAP)

A l’exception du bloc baignoire, l’ossature du bâtiment était en bois. Des sablières basses coffraient le béton de tuileau de l’opus signinum, tandis que des poteaux de section carré rigidifiaient les murs : quatre sur les parois nord et sud et trois à l’est et à l’ouest. L’empreinte des poteaux nous est parvenue en négatif, sous forme d’encoches dans le béton de tuileau. Celles-ci indiquent une section de bois de 0,24 m de large. Les pièces de bois étaient assemblées à mi-bois et clouées. La liaison des poteaux et des soles par des clous de 0,15 à 0,20 m de long indique que la structure de bois était posée à même le sol et non enterrée, le clouage des pièces nécessitant un certain recul. Un remblai de galets aménage dans un second temps un niveau de sol au nord du bâtiment, sur l’argile du substrat.

Bains de Cornebarrieu, détail sur l'empreinte d'un poteau dans le mortier de tuileau (cliché Olivier Dayrens, Inrap).

Bains de Cornebarrieu, détail sur l’empreinte d’un poteau dans le mortier de tuileau (cliché Olivier Dayrens, Inrap).

Les deux pièces du balnéaire étaient séparées par une cloison dont seul le négatif nous est parvenu. Sa largeur de 0,22 m permet de penser que, comme le reste de l’édifice, elle était soutenue par des poteaux de bois. Le remplissage des parois devait être en torchis. Des tegulae utilisées en remploi dans la construction du praefurnium, et retrouvées en remblai dans le comblement de ce dernier indiquent que très probablement, la toiture en était couverte. Quelques fragments d’enduit peint de couleur blanche trouvés dans les remblais de démolition suggèrent que les parois intérieures étaient enduites. L’enduit mural a par ailleurs été mis en évidence, en négatif, entre les sablières basses et les solins d’étanchéité qui protégeaient la base des murs. Le sol enfin était recouvert de peinture rouge. Des traces de celle-ci ont été remarquées le long de l’arrachement de la banquette de l’apodyterium et au pied du labrum. Des encroutements de calcin surtout présents devant le solium indiquent probablement que la baignoire était vidangée à même le sol. Une évacuation d’eau, réalisée avec un col d’amphore Pascual 1 en perçant le mur de terre face à la baignoire suggère qu’au cours de l’utilisation du bâtiment, l’acheminement de l’eau vers l’extérieur par l’apodyterium a été abandonné au profit d’une évacuation plus directe.

Maquette d'étude des bains de Cornebarrieu. Réalisation M. Viers (RMC), étude et restitution C. Viers, sous la responsabilité de Fr. Veyssière (INRAP), cliché Olivier Dayrens (INRAP).

Maquette d’étude des bains de Cornebarrieu. Réalisation M. Viers (RMC), étude et restitution C. Viers, sous la responsabilité de Fr. Veyssière (INRAP), cliché Olivier Dayrens (INRAP).

Le plan du balnéaire de Cornebarrieu trouve surtout des parallèles en Italie centrale à travers plusieurs établissements de bains publics ou privés datés de la deuxième moitié du IIème siècle a. C. Parmi ceux ci se trouvent les bains publics hellénistiques de Musarna près de Viterbe (Broise, Jolivet 2004), ou le balneum de la villa Prato à Sperlonga (Broise, Lafon 2001) dans le Latium construits dans le dernier quart du IIème siècle a. C.

Maquette restituée des bains hellénistiques de Musarna (© H. Broise)

Maquette restituée des bains hellénistiques de Musarna (© H. Broise)

Malgré un mobilier amphorique indigent, les techniques de construction et la nature du décor corroborent une datation haute pour les bains de Cornebarrieu, à partir du premier tiers du premier siècle avant notre ère, et qu’ils furent abandonnés à la période augustéenne. L’intérêt de ces bains tient dans sa construction même, associant ossature de bois et maçonnerie dans une architecture reflétant un niveau de vie et des habitudes aisés. La présence de bains aussi précoces dans le Toulousain et d’une telle qualité de décor suppose l’importation d’un modèle et d’un savoir faire italiques. La découverte de ces bains repose la question de la précocité de la romanisation de Tolosa.

En savoir plus

Site de l’exposition “Permis de construire. Des Romains chez les Gaulois”, diaporama de l’exposition et visuels presse.

Deux conférences sur le sujet sont en outre programmées à Toulouse : “Des bains grecs aux thermes romains” le 16 janvier 2014, et “Les bains tardo-republicains de Cornebarrieu (Haute-Garonne)“, le 2 février 2014.

« Ḥammām shāmī », remake or not remake de feuilletons mixés ?

Par Katia Zakharia (Université Lyon 2 et UMR 5291 GREMMO)

À mes amis damascènes et à Damas, cette parenthèse légère par des temps obscurs que j’espère temporaires

1_Calligraphie

Un feuilleton télévisé qui se déroule dans un hammam ne pouvait manquer de retenir l’attention de chercheurs participant au projet Balnéorient. C’est ainsi que, le 14 juin 2013, Thibaud Fournet signale aux « Balnéorientaux » l’annonce d’une nouvelle série syrienne, intitulée « Ḥammām shāmī » (حمام شامي, Un hammam damascain), scénario de Kamāl Mōrra et réalisation de Muʾmin al-Mullā.
Pourtant, ce n’est pas le lieu choisi pour le feuilleton qui a aussitôt piqué ma curiosité. Le titre donné à la nouvelle série appelait immédiatement à ma mémoire celui d’une autre plus ancienne, « Ḥammām al-hanā » (littéralement : « hammam de contentement » ; expression par laquelle on souhaite à quelqu’un un bain agréable) ; « Ḥammām al-hanā » qui se mélange un peu dans mes souvenirs avec une autre série, « Ṣaḥḥ en-nōm » (bon réveil)[1], qui lui avait fait suite. La première avait été tournée à Damas, la seconde à Beyrouth puis à Amman. Les deux, jouées par des acteurs syriens et se déroulant dans le vieux Damas, mettaient en scène les mêmes protagonistes, qui devaient d’ailleurs réapparaître ultérieurement dans d’autres déclinaisons télévisées de leurs péripéties.

« Ḥammām šāmī » était-il, comme je fus encline à le supposer aussitôt, un remake ? Ou avais-je tort dans ma précipitation et s’agissait-il d’un projet original ? Pour évoquer ces feuilletons, leurs liens éventuels et les raisons pour lesquelles la diffusion du premier a été reportée, je présenterai d’abord dans les grandes lignes « Ḥammām shāmī », du moins ce qui peut en être dit à l’heure où j’écris (août 2013). Ensuite, je proposerai un indispensable petit tour dans le passé proche. Enfin, je tenterai de déterminer quels liens entretiennent passé et présent feuilletonnesques.

Vous avez dit « Ḥammām shāmī » ?

La diffusion de « Ḥammām shāmī », qualifié par certaines chaînes d’information de « Syrian soap opera » (ici par exemple un article de Arab Today), était initialement prévue pour agrémenter les soirées du mois de Ramadan 2013 ; elle a cependant été reportée à une date ultérieure, comme on le verra.

Le synopsis de « Ḥammām shāmī » commence avec la sortie de prison du dénommé Kharṭūsh  (Cartouche, Gribouille). Il est pris en charge par Abū Ṣakhr, ami de son grand-père et propriétaire d’un hammam où l’ancien prisonnier travaille désormais comme garçon de bain. Souhaitant absolument épouser Ibtihāl, dont il est épris, Kharṭūsh cherche à s’enrichir par tous les moyens, au détriment des habitants du quartier ou des clients. Il ignore en effet qu’il est l’unique héritier d’une importante somme d’argent. Elle a été secrètement confiée à son intention par son grand-père à Abū Ṣakhr, qui voudrait en faire un meilleur homme avant de la lui transmettre.

Prévu en trente épisodes (pour être calé sur les trente jours du mois de Ramadan), le feuilleton a été entièrement tourné à Abu Dhabi dans les studios du « Media and entertainment hub Twofour54 ». Il a bénéficié pour la fabrication des décors, le voyage et le séjour des artistes et techniciens aux Emirats, d’un « important budget ». Le montant a été tenu secret, mais il est fréquemment précisé qu’il a multiplié par dix les dépenses qu’aurait engagées le tournage à Damas même (plusieurs sites de presse relaient l’information, notamment cet article du 10 avril 2013). Lancé à grand coups de publicité, il a sa page sur Facebook et près de 350 000 sites, à vocations diverses, en ont parlé, en parlent ou y renvoient, depuis la campagne promotionnelle.

Le tournage hors de Syrie de « Ḥammām shāmī » a rendu nécessaire la reconstitution d’un quartier de Damas et d’un hammam damascain traditionnel. Le teaser (voir ci-dessus, ou sur youtube) porte à penser que les décors, particulièrement le hammam et ses caractéristiques emblématiques, sont relativement bien rendus à l’écran. Il est difficile de trouver des illustrations qui, comme ci-dessous, montrent uniquement les spécificités du décor.

2_HammamShami

Le teaser, d’une durée de près de cinq minutes, retrace brièvement des scènes d’un intérêt très inégal, notamment des scènes de groupe confuses sur les plans visuel et sonore, ou quelques extraits à vocation burlesque dont le capital comique me semble – à tort ou à raison – incertain (notamment le sempiternel client malmené par le garçon du bain supposé le masser). La séquence promotionnelle se termine par une promesse se voulant alléchante « Vous venez de voir ce qui se passe dans ce hammam avec les hommes, attendez de voir l’atmosphère féminine ». Le traitement alternatif dans une même série des moments réservés aux hommes et de ceux réservés aux femmes dans un hammam est affirmé comme une nouveauté pionnière.

3_HammamShami

Le 6 juillet 2013, le réalisateur de « Ḥammām shāmī » annonce dans une déclaration que, finalement, son « nouveau feuilleton ne sera pas diffusé durant le mois de Ramadan à venir (pour mémoire, le mois de Ramadan 1434 a commencé le 10 juillet 2013), mais qu’il sera programmé pour avoir une place dans les diffusions prévues sitôt après ». Il affirme : « Nous, l’équipe du feuilleton “Ḥammām shāmī”, avons décidé que sa première diffusion aura lieu après le mois béni de Ramadan, ce pour plusieurs raisons, au nombre desquelles des opérations artistiques compliquées, dont il est connu qu’elles font suite au tournage, les plus importantes étant le montage, le mixage, le graphique et la musique illustrative. Ces opérations spécifiques prennent un temps non négligeable. Par conséquent, nous avons estimé qu’il fallait diffuser l’œuvre aussitôt après la fin du mois de Ramadan » Il ajoute qu’il prend soin « de chaque détail de l’œuvre comme si j’effectuais une opérations chirurgicale extrêmement complexe », rappelant également qu’il est à son avis dommage de diffuser nombre de nouveaux feuilletons durant le seul mois de Ramadan. Mieux vaudrait les distribuer sur l’ensemble de l’année plutôt que d’avoir recours pendant 11 mois à des productions étrangères, notamment turques (voir l’article en ligne).

Le report est donc expliqué ici par une mauvaise appréciation du temps nécessaire au tournage malgré l’importante publicité et les moyens conséquents mis en œuvre. En effet, deux mois au total auraient été initialement prévus pour toute l’opération. Dès lors, le retard annoncé ne serait pas vraiment surprenant. Toutefois, on est autorisé à se demander comment ou pourquoi un réalisateur, un scénariste et des acteurs tous également chevronnés ont pu faire une telle erreur d’appréciation. On peut également se demander si la diffusion sera bien faite sitôt après la fin du Ramadan, achevé le 8/9 août 2013. Enfin, la déclaration du réalisateur insistant sur le soin qu’il apporte à son travail pourrait être comprise par des esprits chagrins ou facétieux comme une arme à double tranchant, suggérant que cela n’aurait pas été le cas dans ses précédentes œuvres.

Ce report que la troupe tient à présenter comme sa propre décision assumée, est ainsi considéré par l’une des actrices du feuilleton, Hannūf Kharbuṭlī, comme « un pas particulièrement audacieux ». Elle fait état, dans une interview, de son approbation de la décision qui « permettra au téléspectateur syrien de se reposer », bombardé qu’il est de nouveautés durant un seul mois. Elle aussi « espère que cela se généralisera » de manière à répartir les nouvelles séries sur l’ensemble de l’année.

Plutôt que de parler d’un acte politico-culturel, quelques sources, plus pragmatiques, pensent que la raison du report de ce feuilleton est la prolifération de nouvelles séries conçues pour le mois de Ramadan, aboutissant à une sorte d’embouteillage dans les nouveautés et laissant ainsi aux chaînes une liberté de choix. D’autres croient savoir que cela tient à l’absence d’une chaîne qui ait accepté de diffuser « Ḥammām shāmī » et d’en acheter les droits, à la différence des autres feuilletons syriens prévus pour la circonstance (voir l’article en ligne). Sans le dire, ces deux arguments suggèrent implicitement que le feuilleton n’aurait pas été considéré comme suffisamment intéressant ou attractif.

Enfin, une dernière explication est apportée par Al-Mughtarib. L’organe de presse se réclame d’une « source bien informée » pour proclamer que « la vraie raison derrière [ce report] n’est pas purement commerciale, car la chaîne MBC a bien acheté les droits de diffusion. Mais le report tient au fait que l’œuvre pénètre pour la première fois dans une zone que la censure a estimée être interdite, nous voulons dire par là le hammam des femmes. L’œuvre aborde en effet dans de nombreuses séquences les querelles entre les femmes du quartier et la manière dont elles sont traitées au hammam sous la houlette de femmes se comportant comme de vrais chefs, ce qui a poussé les responsables de la chaîne préférer une diffusion en dehors de la course [aux feuilletons] de Ramadan »[2]. Il est difficile de déterminer aujourd’hui si cela constitue une forme subtile de publicité, visant à maintenir l’intérêt pour le feuilleton après que sa projection a été décalée, ou s’il s’agit bien de la réalité[3].

4_HammamShami

Si la publicité présente le feuilleton comme le premier à avoir été tourné hors de Syrie, ou le premier à présenter la double vie de l’espace du hammam, rythmée par la ségrégation des genres, certains médias n’hésitent pas à affirmer également, mettant parfois les propos dans la bouche du réalisateur ou du scénariste : « sans doute le premier feuilleton de ce genre, dont l’action se déroule dans un hammam et un quartier populaire, qui rapporte des histoires damascaines plaisantes, retraçant la vie d’un quartier ou de la société populaire dans son ensemble » (cette assertion est relayée par près de 250 sites, dont cette édition du 6 juin 2013). Sans préjuger de l’intérêt que peut présenter ce nouveau feuilleton, difficile à évaluer sur la seule base du teaser, de quelques photos et interviews de presse, on peut déjà affirmer catégoriquement que cette dernière assertion est entièrement fausse. J’ajoute qu’il n’est pas non plus tout à fait vrai que ce soit la première série syrienne tournée hors des frontières. Pour l’établir, je vous invite à m’accompagner sans vous impatienter quelques décennies en arrière pour recueillir moult petits détails nécessaires pour la suite de mon propos…

Petit tour très incomplètement rétrospectif

« Je vous parle d’un temps que les moins de … ans ne peuvent pas connaître »… 28 mai 1959, pour la première fois dans un pays arabe, la télévision arrive au Liban[4]. Le téléspectateur avait le choix entre les canaux 7 et 9. Le premier était propre aux programmes dits « en langue arabe » (ils incluaient des feuilletons en français ou surtout en anglais, sous-titrés) et le second à ceux en langue française. En ce temps-là, la télé paraissait générer de nouvelles convivialités, qui se révèleront éphémères : On se réunit entre voisins, amis, parents, chez ceux, encore rares, qui ont un téléviseur, pour la sahriyyé, soirée ponctuant les relations sociales. Le poste trône au centre de la pièce de réception, ou sur une estrade dans les cafés. On peut voir entre autres, ici, des séries d’importation telles que « Rintintin » ou « Ma sorcière bien-aimée » et des émissions locales confinées à un microcosme culturel et social comme « Yvette reçoit » ; là, « Layālī l-zaǧal »(des zaǧǧālūn, poètes populaires, réputés échangent piques et répons rimés, supposés totalement improvisés) ou les péripéties faussement bucoliques et très moralisatrices de « Yesʿid masēkum » (Bonsoir), plus connu sous le nom du personnage principal, le notable villageois « Abū Melḥim »; ou « Naʿīm wa-Fahīm », devenu par la suite « Abū Salīm eṭ-Ṭabel ».

C’est là encore que, durant les veillées du mois de Ramadan, on a pu, des années durant, regarder en plan fixe un acteur jouer le rôle du ḥakawātī, racontant le répertoire revisité de ces prédécesseurs d’avant la télé. Si ma mémoire ne me trahit pas, il s’agissait d’Aḥmad Khalīfé, célèbre pour sa remarquable incarnation d’Abū ʿAbd al-Bayrūtī, un fier à bras aux moustaches imposantes incurvées vers le haut, ne quittant jamais son veston, son qumbāz ni son fez, avec, à la main, une fine baguette cinglant l’air, le narguilé toujours à proximité, et parlant avec l’inimitable accent du quartier populaire de Basṭa (voir par exemple l’article nécrologique illustré sur al-mustaqbal, n° 3204 du 29 janvier 2009, p. 1).

De gauche à droite : Abū Melḥim et emm Melḥim, dans une de leurs récurrentes « pause-café » (Source : http://www.alre7ab.com) ; Abū Salīm et sa Yāsmīn (Firyāl Karīm)(Source : http://www.malebda3.net/) ; Abū ʿAbd al-Bayrūtī (Source: http://www.almustaqbal.com).

De gauche à droite : Abū Melḥim et emm Melḥim, dans une de leurs récurrentes « pause-café » (http://www.alre7ab.com) ; Abū Salīm et sa Yāsmīn (Firyāl Karīm)(http://www.malebda3.net/) ; Abū ʿAbd al-Bayrūtī (http://www.almustaqbal.com).

Entretemps, depuis le 23 juillet 1960, la télévision est également arrivée à Damas. La télévision syrienne, dont la production de feuilletons fut et demeure très active envers et contre tout (sur la situation actuelle voir le billet d’Yves Gonzalez-Quijano), produit et diffuse des feuilletons conçus pour les soirées du mois de Ramadan. C’est ainsi que, vers la fin des années 60, le plan fixe du ḥakawātī cède la place à des feuilletons proposés durant le Ramadan, dont deux sont de véritables phénomènes de société. Ils sont l’un et l’autre si mémorables et tellement inventifs, que les téléspectateurs dans leur diversité confessionnelle et sociale, qu’ils attendent ou pas l’heure de la rupture du jeun, les suivent fidèlement.

C’est d’abord, en 1967, les 13 épisodes de « Ḥammām al-hanā » dont voici le synopsis : « l’action se déroule dans un hammam damascain, à la recherche d’un siège dans lequel le grand-père de Ḥusnī al-Būrazhān (joué par Nihād Qalaʿī) a caché son argent. Ghawwār al-Ṭōshē (littéralement, Batailleur l’Étourderie, joué par Durayd Laḥḥām) complique l’affaire en manipulant et distribuant les sièges. Par la suite, on découvrira que la fortune était en monnaie turque, qui s’est totalement effondrée quand la Turquie a perdu la première guerre mondiale. Les espoirs et les rêves de fortune de l’héritier s’envolent ainsi ». La chasse au trésor est l’occasion de multiples aventures inspirées de la vie quotidienne dans un quartier populaire. Plusieurs sites en ligne proposent de brefs extraits de ce feuilleton, en noir et blanc. Ils sont malheureusement tous d’une qualité médiocre (image brouillée, son parfois inaudible) ; mais ils peuvent en donner une idée si on ne l’a jamais vu ou raviver les souvenirs si on en a ri à gorge déployée. Youtube notamment en propose 80 brèves séquences, dont le premier extrait ci-dessous.

« Ḥammām al-hanā » sera suivi en 1972 par la première saison de « Ṣaḥḥ en-nōm » (qui fera l’objet d’une seconde saison, d’une pièce de théâtre puis d’un long métrage). En voici le synopsis : Les événements se déroulent dans le quartier de « kell mīn īdō elō » (littéralement : chacun, sa main est à lui ; figurément : à chacun de se débrouiller tout seul). Une satire sociale et politique se pointe derrière une histoire d’amour confinant au burlesque : Ḥusnī al-Būrazhān (toujours joué par Nihād Qalaʿī) et Ghawwār al-Ṭōshē (toujours joué par Durayd Laḥḥām) cherchent chacun à gagner le cœur de Faṭṭūm Ḥīṣ Bīṣ (jouée par Naǧāḥ Ḥafīzh)[5]. Le second étant prêt à toutes les ruses et autres tours, finira en prison.

Le succès du feuilleton fut tel que les rues se vidaient aux heures de sa diffusion. La chanson d’amour adressée par Ghawwār à sa dulcinée, avec son texte sommaire mais suggestif et insistant, est une véritable pièce d’anthologie.

La musique est empruntée à « Garun garun garune », une célèbre chanson d’amour arménienne (on peut en écouter plusieurs versions et remix en ligne, notamment sur Youtube [6]). Ghawwār en fait une scie qui se retrouve elle aussi sur de nombreux de sites (on peut voir une capture de la séquence chantée par Ghawwār dans le feuilleton ; de mauvaise qualité, elle demeure intéressante). On notera que la pérennité de cette scie et – si l’on peut dire – sa transculturalité sont telles qu’elle ne cesse de faire l’objet de reprises. On pensera au clip bilingue (arabe et arménien) d’Ilyās Nakhlé en 2011 ou à la version (spontanément ?) entonnée en 2009, d’abord en arménien puis en arabe, par Nancy ʿAǧram au cours d’une interview durant laquelle elle est invitée à chanter « quelque chose de joli » qui lui passe par la tête (voir en ligne). Citons enfin la parodie plutôt réussie des deux animateurs Tony Abū Ǧawdé et Carla Ḥaddād [7], dans leur talk-show, « Yā lēl yā ʿēn ». En arrière-plan, la photo de Ghawwār derrière les barreaux de la prison (d’où il chante sa sérénade) est projetée. Un autre plan montre les pieds d’un invité, chaussé de socques (qabqāb). Enfin, sitôt la parodie terminée et les animateurs assis à leurs places, la version de Ghawwār est reprise en chœur par les invités, à l’initiative de Ṣafāʾ Sulṭān, et par une partie du public.

Les deux feuilletons ne sont pas seulement des événements télévisuels. Ils vont durablement marquer la langue dialectale et plusieurs phrases culte entrent dans la langue courante. Ainsi, par exemple, le solennel « anfī lā yukhṭi’ » (littéralement : mon nez ne se trompe jamais, pour : mon flair est sûr), régulièrement lancé, généralement à tort, par le responsable du commissariat de quartier, le bien nommé Badrī Abū Kalabshā (Père les Menottes), émaille les conversations pour « il n’y a pas de fumée sans feu » et autres « je n’ai pas de preuve, mais je suis sûr(e)…. ». Idem, la déclaration finale de Ghawwār, « maudit soit l’amour, cause de tant d’humiliations ! » (yeʾṭaʿ l-ḥebb shū bi-zill). Quant au qabqāb syrien traditionnel, il est désormais associé dans les mémoires à ce personnage. Son bruit caractéristique précédait régulièrement son entrée en scène et son bois solide était d’une cuisante efficacité quand les riverains lui imposaient une punition à leur façon. Il ne manquait pas de s’exclamer alors : « yeḍrab el-ʾebʾāb shū bi-waǧǧiʿ » (Damnées soient les socques, ce qu’elles font mal !). Nul besoin pour le téléspectateur de prendre des coups de socques pour s’en souvenir : la simple vue du qabqāb appelle la phrase et le souvenir de Ghawwār.

Enfin, la célèbre assertion « idhā aradta an taʿrif mādhā fī Īṭālyā fa-ʿalayka an taʿrif mādhā fī l-Barāzīl » (Si tu veux savoir ce qui se passe en Italie, tu dois d’abord savoir ce qui se passe au Brésil), par laquelle Ḥusnī al-Būrazhān introduisait sans cesse un article de presse jamais rédigé, sert toujours à dire à un interlocuteur qu’il cherche au mauvais endroit la réponse à une question qu’il se pose. Parfois modifiée pour être d’un niveau de langue plus soutenu, elle a ainsi été utilisée à plusieurs reprises entre 2011 et 2013 dans des articles de presse traitant de sujets aussi divers que le football ou les forêts amazoniennes.

La trahison des images[8] : ceci n’est pas un remake

Rares sont les sources qui établissent un lien entre les séries dont il vient d’être question et « Ḥammām shāmī ». Certaines le font en voyant comme unique point commun entre elles leur intention comique. Seule la volonté de faire rire les rapprocherait tout en les distinguant d’autres productions traitant de la vie à Damas avec un ton sérieux : « Le nouveau feuilleton, quoiqu’il appartienne aux productions traitant du milieu damascain, telles qu’on les connaît depuis des années, sort du cadre traditionnel de ces travaux dans le sens où il s’agit d’une œuvre comique dont les auteurs promettent, selon leurs propres termes, de ῞restituer au quartier populaire une ambiance de comédie qui en a disparu depuis cinquante ans” ; autrement dit depuis la présentation du feuilleton “Ḥammām al-hanā”, l’un des classiques les plus fameux de la comédie arabe, présenté par le tandem Durayd Laḥḥām et Nihād Qalaʿī au temps du noir et blanc. » (voir l’article en ligne). Comme on peut le remarquer, c’est le commentaire du journaliste et non la déclaration des auteurs qui nomme les séries les plus anciennes.

En mai 2013, la presse relaie un « message affectueux » (risālat maḥabba) adressé par Durayd Laḥḥām à l’équipe de « Ḥammām shāmī ». Dans ce message, Laḥḥām tient des propos élogieux sur la délocalisation du tournage : s’il a lieu hors de Syrie, c’est néanmoins dans un pays arabe. En effet, « quand un Arabe marche dans les pays de l’arabité, c’est comme s’il marchait à Damas ». Il affirme que cette démarche procède du panarabisme et force le respect, souhaitant la voir renouvelée pour d’autres productions. Quand il évoque sa propre expérience, il mentionne les négociations qui accompagnaient la commercialisation dans les autres pays arabes des séries tournées en Syrie mais ne dit rien au sujet du tournage de « Ṣaḥḥ en-nōm » au Liban pour la première saison et à Amman pour la seconde (voir en ligne). Ce discours répond sans les citer à des critiques (parfois virulentes) faites par d’autres artistes, intellectuels ou organes de presse au choix de tourner « Ḥammām šāmī » dans les Émirats, les auteurs de ces critiques ayant pour leur part mal perçu cette délocalisation et les dépenses y afférant, surtout dans la situation difficile vécue par la Syrie.

La presse relaie généralement le communiqué de Laḥḥām sans s’interroger explicitement sur le sens d’une telle démarche. Il est toutefois possible de dire qu’elle répond au moins à deux objectifs : l’un concerne Laḥḥām lui-même, critiqué pour certaines de ses prises de position politiques et déclarations dans le cadre du conflit syrien (voir par exemple l’article sans concession que lui consacre Ṭarīf Āghā). L’autre est une sorte de satisfecit d’arabité qu’apporte l’illustre artiste à l’équipe du nouveau feuilleton. Par contre, pas plus qu’il n’évoque ses propres tournages hors de Syrie, Laḥḥām ne dit mot sur le thème de « Ḥammām shāmī »  ni sur ses liens avec les feuilletons précédents. Signalons pour finir que certains organes de presse laissent entendre que Durayd Laḥḥām s’est rendu aux Émirats et qu’il a visité sur place les décors de la nouvelle série (voir en ligne).

La démarche de Laḥḥām, relayée par les médias, demeure partiellement incompréhensible tant pour ce qui est de l’initiative elle-même que pour ses silences. La discrétion, voire le mutisme de Laḥḥām au sujet de la nouvelle série et de ses liens éventuels avec les précédentes se retrouve pourtant chez le scénariste de « Ḥammām shāmī ». Quand il évoque spontanément son travail, il ne le relie jamais à celui de ses prédécesseurs. Quand une journaliste (la seule dans les sources que j’ai pu consulter) l’interroge à ce sujet, il lui répond que le seul lien entre les séries est le lieu où se déroule l’action, autrement dit le hammam. Les personnages communs aux feuilletons ne tiennent à ses yeux qu’au fait qu’il s’agit de stéréotypes ; quant aux thèmes analogues, ils sont universels. Elle lui demande : « Certains ont trouvé une ressemblance entre ce feuilleton et l’atmosphère des artistes Durayd Laḥḥām et Nihād Qalaʿī dans “Ḥammām al-hanā” et “Ṣaḥḥ en-nōm”. À quel point êtes-vous d’accord avec cette considération ? ». Il persiste : « Non, non, je ne vois pas de ressemblance, sinon en ce qui concerne le lieu » (voir en ligne).

Ce déni est très frappant. En effet, les profils des personnages livrés par le teaser (le fier à bras, le commissaire de police, le patron du bain etc…), leur apparence physique, les noms que portent plusieurs d’entre eux (Abū Fihmī, Ḥusnī, Abū Ṣakhr) ou encore l’entrée en lice d’un personnage, annoncée par le bruit de ses socques, sans parler des grandes lignes du scénario, ne peuvent manquer d’évoquer les deux feuilletons cinquantenaires rapidement présentés plus haut. Les thématiques ont beau être universelles, leur déclinaison présente de telles analogies qu’il est difficile, même sur un petit échantillon, de considérer cela comme une simple illustration  des mêmes stéréotypes. D’ailleurs, les personnages-type dans un quartier sont très nombreux et c’est une petite poignée, la même, qui a été retenue. Quant aux noms propres, certains sont très répandus, d’autres beaucoup plus originaux et il est difficile de considérer que leur récurrence est seulement fortuite. De là, une question se pose. Pourquoi le scénariste n’a-t-il pas évoqué par exemple un clin d’œil à ses prédécesseurs dans le choix des noms propres, ou une allusion à leur synopsis dans le choix des personnages ? Cela est d’autant plus étonnant que les remakes de longs métrages ou de séries télévisées sont dans l’air du temps. Si certains préfèrent la version la plus ancienne, d’autres ne jurent que par la nouvelle et le public, dans sa diversité y trouve son compte. De plus, le monde arabe est beaucoup moins rigide, tant en termes de réception qu’en termes de législation, sur ces questions.

On pourrait dire, à raison, qu’aucun jugement définitif ne peut être émis avant la diffusion de l’intégralité de « Ḥammām shāmī ». On pourrait ajouter que, de manière générale, création, imitation, plagiat, hommage etc. sont des questions difficiles à évaluer. Je répondrais que les éléments dont on dispose déjà pointent un nombre élevé de correspondances qui ne sauraient être fortuites (entre les titres, les noms des personnages, les thèmes, les catégories professionnelles, le bruit des socques, le grand-père, l’argent caché, les actions mues par le sentiment amoureux, le héros qui sort de prison ou entre en prison…). Tout cela ne peut que soulever la question de la similitude. Il est vraiment difficile d’admettre en toute naïve innocence qu’il ne s’agirait là que d’autant de coïncidences.

Quiconque a précédemment regardé « Ḥammām al-hanā » ou « Ṣaḥḥ en-nōm » pourra difficilement ne pas voir les termes, les récits et les images de sa mémoire se superposer, voire se substituer à ce qu’on lui propose comme nouveauté originale, pour le moment des photos, un teaser et de nombreuses interviews. Ce n’est pas seulement parce qu’il aurait la fibre nostalgique ou l’esprit mal tourné. Quelques photos présentées ci-dessous, avant de conclure, achèveront d’éclairer, mieux qu’un long discours, ce qui a déjà été dit sur les concordances entre les séries, cela malgré la mauvaise qualité de celles empruntées à « Ḥammām al-hanā » ou à « Ṣaḥḥ en-nōm » :

Concordances entre la série  « Ḥammām šāmī » (à gauche) et les séries « Ḥammām al-hanā »/ « Ṣaḥḥ en-nōm »  (source : Youtube)

Concordances entre la série « Ḥammām šāmī » (à gauche) et les séries « Ḥammām al-hanā »/ « Ṣaḥḥ en-nōm » (à droite). Source : Youtube

Alors, remake or not remake? Seule la diffusion de la série permettra de répondre de manière définitive. En attendant, malgré les dénégations ou le silence sur ce point, que l’on m’autorise, jusqu’à preuve du contraire, à croire qu’il s’agit bien d’une nouvelle œuvre de fiction très marquée par d’autres qui l’ont précédée. Dans la prose abbasside, la notion de plagiat n’existe pas et l’imitation est affirmée comme un hommage. À l’imitateur de faire ses preuves s’il parvient à surpasser l’imité[9]. Dans l’intervalle, en ce qui me concerne, ma première impression demeure pour le moment inchangée. Quoique je ne comprenne pas le silence sur les analogies entre ces séries, qui auraient pu constituer comme telles un argument publicitaire, je m’autoriserai pour finir à dire qu’au vu des informations dont je dispose aujourd’hui, je reste persuadée que « Ḥammām shāmī » est un remake mixant « Ḥammām al-hanā » et « Ṣaḥḥ en-nōm ». Je veux bien prendre le risque d’endosser dans un sourire la phrase de Badrī Abū Kalabshā « anfī lā yukhṭi’ ». À « Ḥammām shāmī », lors de sa diffusion complète, de me prouver qu’à l’instar du flair de ce commissaire de pacotille, le mien aurait pitoyablement failli…

 


[1]L’expression s’emploie également figurément pour ponctuer toute prise de conscience d’un interlocuteur qui découvre et comprend tout à coup une évidence. Elle servait à mettre en exergue dans le feuilleton la part de critique sociale. Les titres et noms propres ont été translittérés dans leur prononciation dialectale quand celle-ci domine.
[2]On aura ici une pensée pour le film tunisien de 1990, « Halfaouine, l’enfant des terrasses », entièrement centré sur le ḥammām des femmes dans le regard d’un préadolescent. Il obtint une dizaine de prix, au nombre desquels des récompenses venues de pays arabes. Il s’agissait du Tanit d’or, prix de la meilleure interprétation, prix de la meilleure mise en scène et prix Unesco aux Journées cinématographiques de Carthage, et du prix du Meilleur film arabe de l’année au Festival du Caire. Le filmage du hammam en tant qu’espace féminin, sans faire l’unanimité, n’avait donc pas eu tout à fait les mêmes conséquences.
[3] On peut signaler que dès les débuts des feuilletons produits dans le monde arabe, la diffusion est tributaire de certaines contraintes et d’une autocensure insidieuse. Au début d’une brève interview émaillée d’extraits d’anciens épisodes des feuilletons auxquels il a participé, l’acteur libanais Ṣalāḥ Tīzānī (qui jouait le rôle d’Abū Salīm, évoqué plus loin) précise qu’il y avait une liste de près de 250 interdits à respecter si on voulait produire un feuilleton qui puisse être proposé à certains pays, notamment l’Arabie Saoudite (voir en ligne). Il lève ainsi le voile sur un non-dit déterminant. On regrettera qu’il reste flou dans les exemples qu’il donne ou que ses propos aient pu être coupés au montage.
[4] Sur les débuts de la télévision libanaise, quelques pages choisies de l’histoire à la première personne qu’en livre Jean-Claude Boulos, l’un de ses piliers et principaux concepteurs, sont disponibles en ligne.
[5] Faṭṭūm est un diminutif très répandu de Fāṭima ; ḥīṣ bīṣ est une expression séculaire, littérale et dialectale, qui s’emploie pour « être dans le pétrin », « tomber dans le malheur ».
[6] Il s’agit d’une séquence intéressante car, sous-tendue par une querelle de propriété intellectuelle et culturelle, elle compare la version chantée par la soprano soviéto-azérie Zeynab Hanlarova- et celle chantée par Andy (Andranik Madadian) sans doute la plus connue.
[7] Je n’ai pas réussi à déterminer avec certitude la date de cette parodie mais septembre 2012 paraît plausible.
[8] Rappelons qu’il s’agit du titre initial du célèbre tableau de Magritte plus connu comme : « Ceci n’est pas une pipe ».
[9] Qu’on se souvienne de Ḥarīrī, jouant les modestes dans le préambule de ses belles Maqāmāt, en saluant son illustre prédécesseur Hamadhānī. Depuis des siècles, quand on le compare à sa défaveur avec le fondateur du genre, on rappelle qu’il avait lui-même dit, mettant en parallèle leurs œuvres, que « [lui-même] le canasson boiteux ne saurait dépasser [son prédécesseur] le fier destrier ». Aurait-il évité cette récurrente humiliation posthume, s’il n’en avait rien dit ?

Sauvegarde des hammams historiques de la médina de Tunis

Mobilisation citoyenne pour la sauvegarde durable des hammams historiques de la médina de Tunis

Tunis, le hammam Mtihra © L'mdina Wel Rabtine

Tunis, le hammam Mtihra © L’mdina Wel Rabtine

Véritables conservatoires de techniques architecturales singulières, les hammams historiques de la médina de Tunis constituent également des équipements urbains structurants du cœur historique de la capitale. Ils déploient un art d’édifier exceptionnel qui porte la pensée de ses bâtisseurs et des civilisations diverses qu’a connues la Tunisie (romaines, hafsides, ottomanes, etc.). Lieux de sociabilité, de pratiques cultuelles et culturelles, les hammams tunisois connaissent pourtant depuis plusieurs décennies, à l’image de certains autres hammams du monde méditerranéen, une désaffection croissante ainsi qu’une paupérisation de leurs infrastructures. Mal documentés, peu étudiés, les hammams de Tunis font face en outre à des phénomènes accélérés de transformation et de destruction qui  présagent de leur disparition probable pendant la prochaine décennie.

En s’appuyant sur une liste des hammams de la ville établie en 1843 par le Service des taxes kharrûba, l’association Lmdina Wel Rabtine a cartographié 48 hammams historiques en médina intra-muros dont près de 30% ont été rasés, fortement altérés ou sont en voie de l’être. Ces menaces procèdent de facteurs économiques, juridiques, sociaux et culturels que l’association entend documenter. On relève entre autres les mesures hygiénistes édictées par la municipalité de Tunis pour endiguer des épidémies de gale et qui conduisent à la dégradation de l’intégrité physique des édifices. Il convient aussi de signaler la flambée des charges d’exploitation qui grèvent plus lourdement encore le fonctionnement de ces hammams ainsi qu’une stagnation du tarif d’accès. L’incapacité des tenanciers des hammams à promouvoir un nouveau modèle économique d’exploitation de réhabilitation ou de réaffectation constitue une contrainte supplémentaire. La déstructuration de l’espace historique de la médina contribue à cette déliquescence avancée de l’institution thermale. Il convient aussi de signaler le « désert documentaire » ralentissant les interventions informées et multidisciplinaires pour la protection des hammams de Tunis, dans un contexte agité de transition démocratique, et où l’action publique en faveur du patrimoine demeure sinon insignifiante, du moins secondaire.

LogoLmdina_Wel_Rabtine

Initié en juin 2013 par l’association Actions Citoyennes en Médina (Lmdina Wel Rabtine), le Projet de sauvegarde durable des hammams historiques de la médina de Tunis ne prétend pas sauver la totalité de cet ensemble patrimonial. Il cherche plutôt à expérimenter des interventions pilotes et des modèles durables et contextualisés de sauvegarde qui pourraient être étendus à d’autres villes tunisiennes. Le projet de l’association (télécharger le « Document de projet ») se distingue en particulier par la place accordée aux habitants et aux citoyens ordinaires de la médina dans l’invention d’un nouveau modèle de sauvegarde durable et dans l’amorce d’une médiation avec les autorités locales et les opérateurs nationaux du patrimoine ainsi que dans la facilitation du dialogue entre les tenanciers et propriétaires de hammams d’une part, et les autorités publiques d’autre part. Fruit des espoirs suscités par la Révolution tunisienne de Janvier 2011, cette jeune association créée en janvier 2012 réunit les habitants, commerçants et amis de la médina de Tunis, autour d’une vision partagée de sauvegarde de la médina, patrimoine mondial de l’humanité, et consacrant pleinement la participation des citoyens ordinaires dans la définition des problématiques, des méthodes d’intervention pour la sauvegarde du patrimoine, selon l’acception classique du Droit au patrimoine. L’association a également réussi le pari de fédérer des jeunes chercheurs tunisiens ainsi que des artistes tunisiens et étrangers soucieux de contribuer à la préservation des bains de Tunis.

S’étalant sur 16 mois, le projet de l’association s’articule donc autour de trois volets interdépendants :

  • (1) le volet citoyen où l’effort de médiation entre les gestionnaires des hammams, les habitants, les institutions nationales et les médias afin d’identifier des mesures exceptionnelles juridiques ou économiques incitatives en faveur des hammams de la médina ;
  • (2) le niveau artistique ou la promotion de la richesse et de la diversité de ce patrimoine afin de consolider la (re)connaissance de sa valeur exceptionnelle par le biais de plusieurs médium artistiques comme la photographie ainsi que sa mise en mémoire ;
  • et enfin (3) la diffusion ciblée de connaissances sur les techniques de réhabilitation et sur les opportunités de requalification à travers le renforcement des capacités des tenanciers en matière de gestion durable et originale.

Plusieurs actions ont été entreprises depuis juillet 2013 : l’organisation de visites guidées de sensibilisation aux hammams de la médina, la tenue d’actions de plaidoyer et de concertation en présence d’une multitude d’acteurs publics et privées, la collecte de récits et de témoignages approfondies auprès de la dernière génération de tenanciers de hammams tunisois, etc.

Tunis, le hammam Mtihra © L'mdina Wel Rabtine

Tunis, le hammam Mtihra © L’mdina Wel Rabtine 

 

La constitution d’un fonds iconographique brassant une multiplicité d’auteurs est l’un des chantiers en cours. Un appel à candidatures (télécharger la version française ou arabe) a permis de collecter 55 dossiers de photographes tunisiens et étrangers, soucieux de contribuer à la constitution d’une banque d’images qui permettra d’initier de multiples actions de communication et de plaidoyer. Ces photographes amateurs et professionnels ont été appelés à poser des regards neufs pour renouveler les représentations de ces lieux en péril. Une exposition itinérante ainsi qu’un ouvrage didactique sont prévus le premier trimestre 2014.

En savoir plus : site de l’association L’mdina Wel Rabtine, ou sa page facebook, regroupant l’ensemble des actualités du projet

Bibliographie préliminaire des hammams de Tunis

Thèse et travaux de recherche internationaux

  • Bouhdiba Abdelwahab, Contribution à une psychanalyse de l’Islam, Maison Tunisienne de l’Edition, 1973.
  • Daoulatli Abdelaziz, Tunis sous les Hafsides, INAAT, 1976.
  • Dumreicher Heidi, “The Hammam : Scenarios for a sustainable future”, In Cultural Heritage and Development in the Arab World, The Bibliotheca Alexandrina, 2008 (voir en ligne, p. 229-242).
  • Dumreicher Heidi, Levine Richard, Sibley-Bahloul Magda, Hammam Rehabilitation Reader, Sonderzahl, 2012.
  • Geffrier Jacques, L’architecture du hammam au rythme des rites, Ecole d’Architecture de Belleville, 2005.
  • Kerdani Dalila, Hammam folklore dynamics in cairo: lessons from operation to régénération, Archnet-IJAR, 2008.
  • Kolb Bettina, The Hammam, a living cultural heritage, Archnet-IJAR, 2008 (voir en ligne).
  • Saadaoui Ahmed, Tunis ville ottomane, Centre de Publications Universitaires, 2001.
  • EUROMED HERITAGE 4 – Entre traditions et modernité : les hammams (voir en ligne)

Beaux livres/Photographie/Histoire

  • Collectif, Le hammam d’Othman Khadhraoui, Cérès, 1992.
  • Dailleux Denis, Fils de Roi, Portraits d’Egypte, Gallimard, 2008.
  • Dridi Kamel, Les offrandes de l’ombre, Sand & Tchou, 1995.
  • Lagrange Fréderic, Islam d’interdits, Islam de Jouissance, Cérès, 2008.
  • Lallemand Charles, Tunis et ses environs, Maison Quantin Paris, 1890.
  • Gouvion Colette, Les bains dans le monde, Aubanel, 2006.
  • Meunier Pascal, Les derniers bains du Caire, Le Bec en l’air, 2008.
  • Meunier Pascal, Tyckaerts Maud, Hammams, les bains magiciens, Dakota, 2005.
  • Négrier Paul, L’histoire du bain à travers les âges, Futur Luxe Nocturne, 2011.
  • Rosado Puig Anna, Le hammam dévoilé, Caravane Kalifa, 2007.
  • Zannad Bouchrara Traki, Les lieux du corps en Islam, Publisud, 1994.

 

 

New publication: Greek Baths and Bathing Culture

GreekBathingCulture_2013GREEK BATHS AND BATHING CULTURE
New Discoveries and Approaches
Sandra K. Lucore and Monika Trümper eds.,
Babesch Supplements 23, PEETERS 2013.

(Photo on the cover: Aerial view of the North Baths at Morgantina; Photo American Excavations at Morgantina)

This volume is the outcome of the first conference to take place on the topic of Greek baths and bathing culture, a central but hitherto neglected area in the field of ancient studies. Fifteen papers by an international group of archaeologists, art historians and ancient historians discuss Greek bathing culture from a socio-historical and cultural-anthropological perspective, resulting in a comprehensive reassessment that elucidates the sophistication of both the architecture and the culture of bathing throughout the Greek world. Individual papers examine bathing in the context of science, medicine and the cultural discourses coded in images on vases, while the majority focus on the archaeological evidence itself, as the crucial component in this reassessment that removes Greek baths from the traditional category of ‘primitive predecessors’ to Roman baths. From Greece and Egypt in the east, to Sicily, southern Italy and France in the west, new information from recent excavations is brought to bear on a wide range of related issues, including urban contexts, regional variations in experimental design and construction, innovations in technology, and the social meaning of the rise of bathing culture in the Hellenistic period. This better understanding of Greek baths adds a crucial element to the much debated question of the relationship between Greek and Roman bathing culture.

This book also provides the first comprehensive catalog of all known Greek public baths (balaneia), including descriptions, plans and bibliographies, as a major reference tool for future comparative research on ancient bathing culture and beyond. catalog and papers combined make this a rich study of a topic of newly recognized significance in the ancient world.

Contents :

  • Sandra K. Lucore and Monika Trümper, Acknowledgments
  • Monika Trümper, Introduction
  • Adrian Stähli, Women bathing, Displaying Female Attractiveness on Greek Vases
  • Rebecca Flemming, Baths and bathing in greek Medicine
  • Monika Trümper, Urban context of greek Public baths
  • Fikret K. Yegül, Thermal Matters: intersected legacies of the greek and roman baths and bathing culture
  • Vassilis Tsiolis, The baths at Fregellae and the transition from Balaneion to Balneum
  • Giovanna Greco and Carmelo di Nicuolo, The hellenistic baths at Velia
  • Maria Teresa Iannelli and Francesco Cuteri, Caulonia – Monasterace Marina: hellenistic baths in the building near the ‘casamatta’
  • Claudio Sabbione, A newly identified greek bath building at locri epizefiri
  • Sandra K. Lucore, Bathing in hieronian Sicily
  • Daniele Napolitani and Ken Saito, Archimedes and the baths: not only one eureka
  • Christian Russenberger, A new bathtub with hypocaust in Peristyle house 2 at Monte Iato
  • Polyxeni Adam-Veleni, The hellenistic Balaneion at the roman Forum of Thessaloniki
  • Emanuele Greco and Paolo Vitti, The bath complex in Hephaistia (Lemnos)
  • Cornelia Römer, The greek baths in the Fayum at Euhemeria and Theadelphia: a Preliminary report
  • Thibaud Fournet and Bérangère Redon, Heating systems of greek baths. New Evidence from Egypt
  • Thibaud Fournet, Map: location of greek Public baths
  • Monika Trümper, Catalog of greek baths. Introduction
  • Thibaud Fournet, Sandra K. Lucore, Bérangère Redon, Monika Trümper, Catalog
  • Bibliography
  • List of contributors

information and purchase: Peeters Publisher website

Below: choice of some drawings from the catalog of the 71 known Greek public baths (Thibaud Fournet, Sandra K. Lucore, Bérangère Redon, Monika Trümper)

Typologie