Animations

Des manifestations culturelles seront organisées autour du Moyen-Orient et des mondes musulmans :

Jeudi 6 juillet 2017

Concert du Quartet Bab Assalam au théâtre de la Cité universitaire salle de la Coupolle
Khaled Aljaramani, oud, chant
Mohanad Aljaramani, percussions, chant
Philippe Barbier, guitare électrique
Raphaël Vuillard, clarinettes & live électro

Mêlant le grain de la guitare électrique et la transformation sonore de l’électronique, aux ouds, aux chants, aux percussions et à la clarinette basse. Bab Assalam explore la tradition, transforme, actualise ces musiques entêtantes, souvent construites autour de la transe et met en exergue par ce biais, sans s’appesantir sur le malheur et l’horreur de la situation actuelle, une itinérance contemporaine imposée, qui est l’exil.

© Bab Assalam

Vendredi 7 juillet 2017

Spectacle de Karagöz
Faudrait être un âne
-Divines Absurdités de Nasr Eddin Hodja-

Durée 1h
Montreur d’Ombres / Rusen YILDIZ  http://www.abdal-hayali.com/
Musique / Mahir ISPIR http://www.dengedinan.org
…bienheureux les fous, parce qu’ils sont fêlés, ils laissent passer la lumière….

Nasr Eddin Hodja est un héros légendaire, de tradition orale, qui aurait vécu au courant du 13e siècle, en Anatolie. On le retrouve sous différents noms de l’Afrique du Nord jusqu’à la Chine, en passant par l’Égypte, la Syrie et la Sicile… Moitié fou – moitié sage, il est « tellement intelligent qu’il en devient bête et si bête qu’il finit par dire des choses intelligentes ». Tantôt idiot, tantôt éclairé, toujours fin, il fait toujours rire par sa naïveté feinte ou son sens de l’absurde.
Tout le long du spectacle, les tableaux sont accompagnés de sons et d’instruments « acoustiques » turco-anatoliens. La musique fait résonner les espaces imaginaires mis en œuvre par le théâtre d’ombres, souligne l’argument, rythme l’action et participe à la respiration du spectacle.

© Abdal Hayali

Pendant toute la durée du Congrès

« 1956, regards croisés »
12 juin au 8 juillet 2017 – Galerie de la BULAC
Exposition itinérante du CEDEJ en partenariat officiel avec la Bibliothèque d’Alexandrie et Beit Sennari

L’exposition plonge le visiteur en 1956 à travers une quarantaine de panneaux comportant textes, cartes, journaux, timbres et affiches publicitaires ou de cinéma. Grâce notamment aux fonds documentaire français du CEDEJ, aux ressources égyptiennes de la Bibliotheca Alexandrina, aux archives américaines de la bibliothèque de l’American University of Cairo et libanaises du journal francophone l’Orient le Jour, le CEDEJ souhaite croiser les regards sur cette année particulière de l’histoire de l’Égypte en présentant les faits politiques et militaires majeurs (nationalisation du canal et crise de Suez), mais aussi l’actualité économique, sociale et culturelle de l’époque.

Groupement d'Intérêt Scientifique