Prix Michel Seurat 2020

Lauréat du Prix Michel Seurat 2020

Le Prix Michel Seurat, institué en 1988 par le CNRS, «vise à aider financièrement chaque année un jeune chercheur, ressortissant d’un pays européen ou d’un pays du Proche-Orient ou du Maghreb, contribuant ainsi à promouvoir connaissance réciproque et compréhension entre la société française et le monde arabe».

A partir de 2017, l’organisation du Prix a été déléguée au GIS Moyen-Orient et mondes musulmans, en partenariat avec l’IISMM-EHESS et Orient XXI. 2020 est la 31ème édition du prix et 30 candidatures ont été reçues. Le nombre de dossiers de candidature éligibles à examiner était de 29.

Le jury, désigné par la direction du GIS Moyen-Orient et mondes musulmans, s’est réuni en le 9 juin 2020 pour élire le lauréat. Suite aux délibérations, le prix est attribué à :

Nina VAN KAMPEN, dont le projet de thèse s’intitule « Contact dialectal et accommodation linguistique : le cas des réfugiés palestiniens à Beyrouth », en préparation au CERMOM (INALCO), sous la direction de Georgine Ayoub et Bruno Herin.
Résumé de la thèse :
Cette thèse intitulée Contact dialectal et accommodation linguistique : le cas des réfugiés palestiniens à Beyrouth, en préparation au CERMOM sous la direction de Georgine Ayoub et Bruno Herin, se trouve à la croisée de la linguistique et de l’anthropologie. Partant du constat que la langue est au cœur des interactions sociales entre Libanais et Palestiniens au Liban, et que celle-ci donne lieu à des catégories et catégorisations sociales, cette recherche se propose de contribuer à identifier les contours des identités multiples et mouvantes des Palestiniens en exil en utilisant la langue comme outil d’analyse. A partir d’un corpus d’entretiens et de conversations recueilli auprès de membres de la communauté palestinienne de Beyrouth, ce travail enquête sur le rôle de leurs pratiques et représentations langagières dans les constructions identitaires. La variation que nous retrouvons dans les pratiques langagières permet d’appréhender la complexité et la diversité des pratiques sociales (contacts plus ou moins fréquents avec des Libanais, Palestiniens, autres) et spatiales (lieu de résidence, lieu de travail ou études) des individus sous un nouvel angle. Les identités des Palestiniens au Liban sont construites en rapport à leur origine en Palestine, et elles sont en même temps recomposées en rapport à leur séparation de ce territoire et à leurs expériences en exil. Ainsi, un fort maintien de formes linguistiques palestiniennes pourrait être révélateur de la ségrégation et la marginalisation des Palestiniens du Liban, tout comme d’un attachement particulier au territoire et aux localités de Palestine. En plus d’enquêter sur la relation entre langue et identité, cette recherche contribue également à la connaissance des variétés parlées dans le territoire d’origine des informateurs. Elle nous permet ainsi de reconstituer des pièces manquantes du puzzle de l’arabe palestinien, que la migration forcée a fragmenté, tout en nous montrant les effets du contact avec les populations (libanaises et palestiniennes) sur place.

Le jury, présidé par Myriam Catusse, Chercheure au CNRS au laboratoire de l’IREMAM, était composé de :

  • Sylvia Chiffoleau, directrice de recherche au CNRS
  • Nicolas Puig, directeur de Recherche à l’IRD
  • Eric Verdeil, professeur des universités à l’IEP
  • Sabrina Mervin, directrice de recherche au CNRS
  • Stéphane Lacroix, maître de Conférences à Sciences Po/CERI
  • Anna Poujeau, chargée de recherche au CNRS
  • Mounia Bennani-Chraïbi, professeur des Université à l’UNIL
  • Iyas Hassan, maître de Conférences à l’Université Lumière Lyon II
  • Alain Gresh, journaliste, représentant d’Orient XXI

__________

Prix Michel Seurat 2020 – Appel à candidatures
Sociétés contemporaines du Proche-Orient et du Maghreb

Le Prix Michel Seurat a été institué par le CNRS en juin 1988 pour « honorer la mémoire de ce chercheur du CNRS, spécialiste des questions islamiques, disparu dans des conditions tragiques. Ce programme vise à aider financièrement chaque année un jeune chercheur, ressortissant d’un pays européen ou d’un pays du Proche-Orient ou du Maghreb, contribuant ainsi à promouvoir connaissance réciproque et compréhension entre la société française et le monde arabe ».

Depuis 2017, l’organisation du Prix a été déléguée au GIS « Moyen-Orient et mondes musulmans », en partenariat avec l’IISMM-EHESS et Orient XXI.

D’un montant de 15 000 € en 2020, le Prix est ouvert aux titulaires d’un master 2 ou d’un diplôme équivalent, âgés de moins de 35 ans révolus et sans condition de nationalité, de toutes disciplines, travaillant sur les sociétés contemporaines du Proche-Orient et/ou du Maghreb. Il a pour vocation d’aider un (ou une) jeune chercheur (ou chercheuse) à multiplier les enquêtes sur le terrain, dans le cadre de la préparation de sa thèse. Les enquêtes doivent avoir lieu sur le terrain. La maîtrise de la langue du pays concerné est une condition impérative.

Date limite de dépôt des candidatures :
En raison du contexte actuel, une prolongation de l’appel permet de candidater jusqu’au mardi 28 avril 2020 (minuit, heure de Paris)

Constitution du dossier impérativement en langue française :

  • un plan et un projet de recherche détaillés précisant de manière claire les enquêtes qui seront menées sur le terrain (10 pages maximum) ;
  • un curriculum vitae ;
  • une copie des diplômes obtenus, assortie le cas échéant de leur traduction en français ;
  • une ou plusieurs attestations de personnalités scientifiques : attestations récentes et en rapport avec la candidature au Prix.

Adresser votre dossier uniquement par voie électronique impérativement aux deux adresses suivantes :

prix.michel-seurat[at]cnrs.fr
prix.michel.seurat[at]ehess.fr

Règlement du 30 janvier 2018 à consulter.